Le Congo voudrait améliorer son image dans le milieu des affaires

Le Congo voudrait améliorer son image dans le milieu des affaires

Fiscalité lourde, énormes tracasseries administratives pour monter une entreprise : le climat des affaires est loin d’être attractif au Congo où les autorités ont lancé une Agence pour la promotion des investissements (API).

Le pays espère ainsi gagner quelques places au classement Doing Business qui en 2012 l’a placé 183ème sur 185 Etats.

Les investisseurs nationaux et expatriés nous répètent souvent que notre fiscalité n’est pas bonne pour le développement de leurs affaires. C’est pour corriger cette situation, diversifier notre économie et limiter la dépendance vis-à-vis du pétrole que nous avons lancé l’API a expliqué à l’AFP Jean Pinda Niangoula, directeur général de la promotion du secteur privé.

A travers cet organe ils auront un interlocuteur qui a pour mission de mettre en oeuvre la politique du gouvernement en matière de promotion et de facilitation des investissements privés locaux et étrangers, qui ne représentent que 5% du Produit intérieur brut (PIB), a-t-il ajouté.

Selon Pinda Niangoula, l’API se chargera de mettre en oeuvre le Plan national de développement (PND) 2012-2016 destiné à améliorer le climat des affaires et diversifier les richesses nationales. Cette agence va bénéficier de l’assistance du Board of investment de l’Ile Maurice.

Selon son président, M. Lin Sit Chen Lam, le plan de diversification de l’économie d’ici à 2016 prévoit que le poids du secteur pétrolier dans la richesse nationale passe de 62% à 52%, au bénéfice du secteur minier qui devrait progresser de 25%.

Dans son dernier classement Doing business, la Société financière internationale (SFI), proche de la Banque mondiale, a classé le Congo au 183e rang sur 185 pays pour ce qui concerne le climat des affaires. L’Ile Maurice est 19ème.

Ce classement montre qu’au Congo l’environnement des affaires n’est pas optimal, fait remarquer à l’AFP Sylvie Dossou Kwamé, représentante de la Banque mondiale. Nous accueillons la création de l’API avec beaucoup d’espoir parce que le Congo pourrait faire des progrès dans le Doing Business poursuit-elle.

Les acteurs économiques sont réservés. C’est vrai, cet organe a été créé, mais il ne faut pas être euphorique. En matière de développement des affaires, le Congo est toujours malade. Attendons de voir ce que l’API va apporter, affirme Albert Samba, secrétaire général de l’Union interprofessionnelle du Congo.

Toujours dans la perspective de diversifier son économie, le Congo développe depuis quelque temps un vaste projet de création de Zones économiques spéciales. Toutes ces initiatives font suite à un constat: les champs pétroliers connaissent un vieillissement. Avec près de 99 millions de barils, la production pétrolière a connu une baisse de 10% en 2012, s’inquiète Serge Bouiti-Viaudo, directeur de cabinet au ministère des hydrocarbures.

 

AFP


Tags assigned to this article:
congo

Related Articles

RDC : l’UDPS prête à participer au dialogue proposé par Kabila

L’UDPS, formation d’opposition historique en République démocratique du Congo, a fait savoir jeudi qu’elle était prête à participer au dialogue

Le Maroc promet une « nouvelle politique migratoire »

Confronté à des critiques sur sa politique migratoire, le Maroc s’est engagé mercredi à mettre en œuvre une série de

RDCongo: l’ONU donne 48 heures aux rebelles pour quitter Goma

Les Nations unies ont donné mardi 48 heures aux rebelles du M23 pour quitter la ville de Goma, à l’est

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Laisser un commentaire