Le parc des Virunga menacé de déclassement par l’UNESCO

Le parc des Virunga menacé de déclassement par l’UNESCO

Patrimoine mondial en péril de l’Unesco, le Parc des Virunga, au Nord-Kivu, risque de perdre ce statut en raison de la disparition progressive des animaux phares – gorilles, hippopotames – et des plantes rares. L’Institut national congolais de Conservation de la Nature tente de l’éviter en aidant les populations riveraines pour limiter le braconnage. Entretien avec Emmanuel de Mérode, son directeur provincial pour le Nord Kivu et le directeur du parc.
Oeil d’Afrique: Présentez-nous brièvement du Parc des Virunga et sa richesse.

Emmanuel de Mérode:  Créé en 1925, le Parc naturel des Virunga est situé à l’Est de la RD du Congo, à la frontière du Rwanda et de l’Ouganda. Il couvre une partie des territoires de Rutshuru et Lubero, au Nord-Kivu, et s’étend sur une superficie de 800 000 ha. Il est considéré comme le plus riche d’Afrique, voire au monde en termes de nombre d’espèces de mammifères, des reptiles et d’oiseaux. C’est en raison justement de sa valeur biologique que le Parc appartient depuis 1994 au Patrimoine mondial en péril de l’Unesco. Mais, avec la disparition de certaines espèces, ce statut n’est plus garanti pour les années à venir.

ODA: La menace est réelle?

EdM : Tout à fait, ce statut n’est pas acquis définitivement. Si le parc venait à perdre sa valeur biologique, il serait tout naturellement déclassé. La situation est réévaluée chaque année, lors de la réunion du comité du Patrimoine mondial de l’Unesco. La menace de déclassement est bien réelle et, à l’Institut national congolais de Conservation de la Nature (Iccn), nous en sommes conscients. Nous cherchons des solutions pour écarter ce risque. Pour l’instant, le parc survit et nous assistons même à la multiplication de certaines espèces, comme les gorilles de montagne.
ODA: Sur quels critères se fonde le comité de l’Unesco pour déclasser le Parc des Virunga ?

EdM : A cause d’une baisse du nombre d’hippopotames dans le lac Edouard. De 27 000 en 1970, le chiffre est tombé à 300 aujourd’hui. Même constat pour les éléphants dont la diminution est de 90% et d’autres animaux encore. En cause, l’occupation anarchique par les riverains et les groupes armés locaux ou étrangers mais surtout le braconnage. L’Iccn fournit des efforts considérables pour préserver la faune et la flore de cet endroit magnifique. Ce qui a d’ailleurs déjà coûté la vie à 130 gardes, victimes des braconniers.
ODA: Si le comité décide d’exclure le Parc des Virunga, comment allez-vous réagir, sur le plan de l’organisation?

EdM : En terme d’organisation interne, le Parc de Virunga va continuer à fonctionner, avec le personnel, pour la plupart des agents mis à notre disposition par le gouvernement congolais. Mais, sur le plan extérieur, le déclassement du Parc pourrait entraîner le retrait de bailleurs de fonds comme l’Union européenne. Et là, nous serions obligés de trouver d’autres ressources pour faire face aux coûts de l’entretien de ce patrimoine.

ODA: Quels actions avez-vous entreprises pour vous en sortir?


EdM : Beaucoup de choses peuvent et doivent être faites. Nous avons constaté que la méthode policière pour lutter contre la dévastation forestière n’a pas porté ses fruits, au contraire. Nous avons investi 80 000 $ afin de fournir un appui aux populations riveraines du Parc des Virunga. C’est dans cet esprit que nous avons réalisé des infrastructures comme, par exemple, le barrage de Mutwanga et la construction de 12 écoles dans les territoires de Rutshuru et Lubero. De même que la réhabilitation de 70 km de route pour désenclaver la localité de Watalinga. Cette route favorise le développement du tourisme dans le Parc. Depuis le mois de mai de cette année, nous rétrocédons 30% des recettes du tourisme aux populations locales.
A Rutshuru, nous avons également lancé un projet de fabrication de briquettes combustibles qui marche bien, avec l’encadrement de 3000 personnes. Ce programme est très important à nos yeux car si, dans les 5 années à venir, rien n’est fait pour répondre aux besoins énergétiques des populations, le déboisement risque de décimer tout le secteur sud du Parc.

Entretien réalisé par Mwanza kasongo
Goma / Oeil d’Afrique


Tags assigned to this article:
Parc virungaRDCunesco

Related Articles

Un tutis burundais parle au peuple des grands lacs

J’avais reçu comme souvent un appel qui m’avait beaucoup surpris. Le monsieur s’était présenté comme un activiste burundais et qu’il

La fondation pour l’Afrique de Borloo en marche d’ici la fin de l’année

  Jean-Louis Borloo, qui s’est retiré de la vie politique en avril dernier, estime que sa fondation sur l’Afrique sera

RDC – Freddy Matungulu: « Je défis le gouvernement de prouver ses accusations d’insurrection »

Freddy Matungu, président de Congo Na Biso (CNB) était l’invité de Roger Musandji. Il revient sur les événements tragiques que

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*