Les combattants congolais ont-ils réussi le grand oral à RFI?

Les combattants congolais ont-ils réussi le grand oral à RFI?

Capture d'écran. Source: Youtube

Capture d’écran. Source: Youtube

Il est rare de voir les combattants congolais bénéficier d’une audience telle que celle des médias internationaux. Mardi 21 janvier 2014, Claudy Siar avait convié les combattants et les musiciens congolais à un débat dans son émission Couleurs Tropicales sur les ondes de Radio France Internationale (RFI). Une rencontre rare pour ne pas créer chez activistes congolais une forte tension en attendant le direct de l’émission.

21H 30, le débat peut commencer

Les combattants congolais organisent depuis plusieurs années des opérations de boycotts de concerts d’artistes musiciens. Une situation dont souffre ces ambassadeurs de la culture congolaise. De Papa Wemba à JB Mpiana en passant par Fally Ipupa, aucun n’y échappe. Les raisons de ce boycott sont nombreuses. Au micro de Couleurs Tropicales, Youyou Muntu Mosi représentait le mouvement combattant – résistant. De l’autre côté au bout du fils depuis Kinshasa, Felix Wazekwa représentait les artistes victimes du boycott. Expliquant l’esprit de leurs actions, elle le défini par le slogan « Kabila Dégage ». Une inspiration venue tout droit des révolutions arabes qui ont conduit aux départs des anciens présidents, Ben Ali en Tunisie et Moubarak en Egypte.

Les raisons qui poussent à empêcher les musiciens à faire leur travail est l’exercice sur lequel les combattants se retrouvent confronter et souvent mis à mal. Principalement comme va le répéter YouYou Muntu Mosi, la contestation des concerts de ces artistes serait du aux « soutiens de ces musiciens au régime de l’actuel président de la République Démocratique du Congo (RDC), Joseph Kabila. » En effet, durant les campagnes présidentielles de 2006 et de 2011, JB Mpiana, Koffi Olomide, Werrason, Felix Wazekwa et d’autres avaient tous moyennant finance fait la promotion du candidat Joseph Kabila en composant des chansons à la gloire du président contesté par les combattants.

« Parce que nous voulons être impartial. »

Felix Wazekwa ne pouvait laisser une aussi belle occasion offerte par YouYou. « Je peux comprendre que JB Mpiana ne puisse chanter, je peux comprendre que je ne puisse chanter mais pourquoi bloquent-ils ceux qui n’ont jamais saluer Monsieur Kabila ? Ils sont tout simplement contre toute la musique. » conclu monsieur Wazekwa.

« Parce que nous voulons être impartial. » Cette réponse de mademoiselle Muntu Mosi aura pour pour effet de surprendre certaines personnes qui étaient à l’écoute.

L’impartialité voudrait qu’on puisse traiter tous les musiciens à la même enseigne. Or tel n’est pas le cas. Les combattants vont jusqu’à refuser à Ferre Gola et Fally Ipupa de présenter devant leurs publics leurs derniers albums. Deux artistes qui avaient clairement refusé d’aller chanter durant la campagne présidentielle de 2011 pour le candidat Kabila. Pire, ils se sont permis d’interdire Marie Paul, depuis en France, qui avait durant la même période chanter pour Etienne Tshisekedi, candidat soutenu par les combattants, d’organiser un concert. 

Débat ou meeting politique

Les interventions de Youyou Muntu Mosi étaient bien plus nombreuses que celle de Felix Wazekwa. De quoi se demander si Couleurs Tropicales ne s’était pas transformées à une promotion du discours des combattants. Claudy Siar sentant la bascule s’opérer va recarder en rappelant qu’il s’agit d’échanger avec les musiciens et non de dénoncer le pouvoir de Joseph Kabila qui n’avait pas de représentation dans l’émission.

Mais Youyou avait un discours tout fait : qu’elle se devait de dire et ainsi croire avoir fait passer un message. « Kabila est un criminel », « La victoire de FARDC face au M23 ne signifie pas la fin de la guerre », « Nous sommes pour un Etat de droit. Un Etat démocratique car la RDC n’a de démocratique que le nom », « Nous nous battons pour une paix durable. »

En manque d’arguments pour défendre leur situation. Felix Wazekwa va se lancer dans des propos puéril. « Pourquoi vous n’empêchez par le coiffeur, le chauffeur ou le médecin de Kabila d’exercer leur boulot? » A cela, on lui opposera que ces personnes ne sont pas des leaders d’opinion…

Le retour au vrai débat conduit Youyou Muntu Mosi à subir une contre argumentation de la part du présentateur. En effet, un des arguments de combattants est que les artistes ne remplissent pas leur rôle de leader d’opinion comme peuvent le faire d’autres artistes comme Alpha Blondy ou Miriame Makeba. Claudy Siar va rappeler aux combattants qu’Alpha Blondy avait chanté « Dja Houphouët » sans connaître des boycotts de concert de la part des ivoiriens. Un argument qui va laisser curieusement Youyou sans réponse.

Ce silence en dit long sur la profondeur du combat contre les musiciens. On a toujours eu l’impression que les combattants sont très efficaces lorsqu’il s’agit de taper sur les artistes dont ils étaient fans et léger à l’encontre des politiciens. Bizarrement dans cette émission Youyou Muntu Mosi ne va pas traiter en direct le différend qui les oppose avec les musiciens mais oriente son discourt sur la chose politique et sur Joseph Kabila. Une occasion rater de dire clairement aux artistes ce qui leur est reproché, souligner les accointances avec les hommes politiques qui seraient responsables de la dérive du bateau RDC.

Koffi Olomide a fuit le débat.

A la sortie de l’émission Youyou Muntu Mosi a publié sur son mur Facebook, un message sur l’absence remarqué du chanteur Koffi Olomide. Joins par la rédaction d’oeildafrique.com, Koffi Olomide s’étonne de ces propos. « J’ai bien été contacté par RFI pour une émission mais je n’ai jamais donné mon accord pour une participation. Nous devions nous recontacter afin qu’ils me donnent plus d’éléments sur le contenu de l’émission et l’organisation du débat. Claudy Siar est un ami. Je ne peux lui refuser une invitation. Je n’ai tout simplement pas été recontacter pour finir la préparation de l’émission. Donc je n’ai pas donné suite. Voilà. » dit Koffi Olomide. Du côte de Couleurs Tropicales, Kerwin Mayizo, initiateur de ce débat au près de Claudy Siar n’a pas voulu répondre à nos questions.

L’émission n’a pu atteindre son objectif qui était de permettre aux uns et autres de dialoguer. Le temps de parole étant fortement limité, on a eu l’impression que les intervenants ne pouvez développer un argumentaire solide. Vingt minutes pour un sujet aussi complexe paraissent insuffisantes. Il est toute même important d’apprécier l’initiative qui est appeler à être renouveler.

Roger Musandji

Roger Musandji

Roger Musandji

Fondateur de RM COMMUNICATION, société éditrice d'Oeil d'Afrique.


Tags assigned to this article:
combattantsCouleurs TropicalesMusicqueRDCrfi

Related Articles

Présidentielle au Togo: participation en berne, les premiers résultats attendus

A peine plus de la moitié des électeurs togolais se sont rendus aux urnes samedi pour élire leur président, un

L’Afrique confirme son grand intérêt pour l’exposition universelle de Milan

Le Ghana a officialisé samedi sa participation à Expo-2015, l’exposition universelle qui se tiendra dans la capitale économique italienne dans moins de

Barack Obama entamera une tournée dans trois pays africains à la fin de juin

Le président américain Barack Obama va effectuer du 26 juin au 3 juillet sa première grande tournée africaine depuis son

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*