Libye: 44 soldats tués en un mois dans les combats à Benghazi

Les forces loyales aux autorités libyennes parallèles, commandées par le maréchal Khalifa Haftar à Benghazi, en Libye, le 20 mai 2017 afp.com – Abdullah DOMA

Quarante-quatre soldats des forces loyales au maréchal Khalifa Haftar, homme fort de l’est libyen, ont été tués en un mois de combats contre des groupes jihadistes à Benghazi, selon une source médicale de cette ville.

Les soldats ont été tués dans les quartiers d’al-Sabri et Soug al-Hout, derniers bastions des jihadistes à Benghazi, a précisé à l’AFP Hani al-Aribi, porte-parole du ministère de la Santé des autorités parallèles de l’est du pays.

Deux autorités se disputent le pouvoir en Libye: un gouvernement d’union nationale basé à Tripoli et reconnu par la communauté internationale et une autorité non reconnue dans l’Est du pays à laquelle est lié le maréchal Haftar.

Un porte-parole de l’Armée nationale libyenne (ANL) autoproclamée par Khalifa Haftar, Khalifa al-Abidi, a fait de son côté état samedi d’une « progression importante », ajoutant que les « terroristes » étaient assiégés dans une zone de 2km2.

Aucun bilan n’a été communiqué sur les pertes du côté des jihadistes.

Le maréchal Haftar a appelé ses troupes cette semaine à accélérer leur progression pour « libérer totalement la ville de Benghazi des terroristes ».

Depuis le printemps 2014, l’ANL livre une guerre sans relâche aux groupes jihadistes parmi lesquels figurent notamment des membres présumés de l’organisation Etat islamique (EI) et d’autres jihadistes proches d’Al-Qaïda.

Fin mai, le groupe libyen d’Ansar Asharia, classé comme organisation terroriste par l’ONU et les Etats-Unis, a annoncé sa « dissolution », admettant implicitement avoir été « affaibli » par la guerre contre les forces du maréchal Haftar.

Le groupe lié à al-Qaïda est accusé par Washington d’être derrière l’attaque du 11 septembre 2012 contre le consulat américain de Benghazi (est), qui a coûté la vie à l’ambassadeur Christopher Stevens et à trois autres Américains.

La Libye est livrée au chaos depuis la chute de l’ex-dictateur Mouammar Kadhafi en 2011.

AFP

AFP

AFP

L’Agence France-Presse (AFP) est une agence de presse mondiale fournissant une information rapide, vérifiée et complète en vidéo, texte, photo, multimédia et infographie sur les événements qui font l’actualité internationale.


Tags assigned to this article:
libye

Related Articles

Raids américains en Libye et Somalie: Washington « maintient la pression »

Les Etats-Unis ont assuré dimanche qu’ils continueraient à « maintenir les terroristes sous pression », après deux raids, l’un en Somalie, l’autre

Lybie : les parties antagonistes décident du sort de deux parlements rivaux au Maroc

Pour l’émissaire des Nations unies pour la Libye, Bernadino Léon le résultat du deuxième round des négociations inter-libyennes qui ont

Libye : La possibilité d’une nouvelle intervention militaire de la France évoquée

Malgré la mort du guide libyen, Mouammar Kadhafi et le semblant de calme en Libye, la situation du pays est

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*