La Maison-Blanche déboutée: le décret migratoire reste suspendu

Le président américain Donald Trump

Dimanche matin, la demande de l’administration Trump de rétablir l’application du décret bloqué par un juge fédéral a été rejetée

Le bras de fer entre la Maison-Blanche et la Justice américaine se poursuit à un rythme haletant. Dimanche matin, la cour d’appel a débouté l’administration Trump dans sa demande d’annuler la suspension de l’application du décret anti-immigration décidée par le juge fédéral James Robart vendredi. Le département de la Justice avait fait appel samedi soir de la décision du juge bloquant l’application de ce décret signé il y a huit jours, rouvrant ainsi les portes des Etats-Unis aux ressortissants de sept pays musulmans.

Swiss et plusieurs autres compagnies aériennes comme Air France, Qatar Airways ou encore Lufhansa ont recommencé samedi à transporter vers les Etats-Unis les ressortissants des sept pays qui étaient interdits d’entrée, après le blocage par un juge du décret de Donald Trump. Elles appliquent ainsi les nouvelles directives de la justice américaine lorsque les passagers concernés possèdent un visa en règle. « À l’heure actuelle, tous les passagers munis de documents de voyage valables peuvent voyager sur n’importe quel vols Swiss à destination des Etats-Unis », a assuré la Compagnie Swiss. D’autres compagnies restent plus prudentes face à une situation encore incertaine.

Décret bloqué

Cette décision des compagnies aériennes a été prise après le blocage vendredi soir par le juge fédéral de Seattle, James Robart, du décret du président américain interdisant l’entrée des Etats-Unis pendant trois mois aux ressortissants de sept pays (Irak, Iran, Libye, Somalie, Soudan, Syrie et Yémen), ainsi qu’à tous les réfugiés pendant quatre mois. Les compagnies aériennes auraient reçu un avis de l’aéroport JFK à New York sur l’arrêt de l’application du décret du président américain. Mais cette autorisation pourrait en effet n’être que temporaire. Elle est valable sur l’ensemble du territoire américain, le temps qu’une plainte déposée lundi par le ministre de la Justice de l’Etat de Washington, Bob Ferguson, soit examinée sur le fond. « La Constitution a gagné aujourd’hui », a déclaré Bob Ferguson lors d’une conférence de presse vendredi à Seattle. « Personne n’est au-dessus de la loi, pas même le président », a-t-il ajouté.

Trump en colère

La réaction de Donald Trump n’a pas tardé dans une salve de tweets: « L’opinion de ce soit-disant juge, qui en gros prive notre pays de sa police, est ridicule et sera cassée! », a prévenu Donald Trump. » « Quand un pays n’est plus capable de dire qui peut et qui ne peut pas entrer et sortir, surtout pour des raisons de sûreté et de sécurité – gros problème! », s’est-il exclamé dans un autre. Le ministre de la Justice entend déposer une injonction d’urgence pour faire appliquer le décret et annuler la décision du juge fédéral, a affirmé la Maison Blanche.

Visas valides

Malgré cette manifestation de mauvaise humeur, le Département d’Etat est d’ors et déjà revenu sur la révocation des visas liée au décret Trump. La diplomatie américaine a annoncé samedi être revenue sur la révocation de quelque 60.000 visas pour les Etats-Unis. « Nous avons renversé la révocation provisoire des visas entraînée par le décret présidentiel 13769. Les personnes munies de visas qui n’ont pas été physiquement annulés peuvent désormais voyager si le visa est valide », a expliqué une porte-parole du département d’Etat dans un communiqué.

AFP

AFP

L’Agence France-Presse (AFP) est une agence de presse mondiale fournissant une information rapide, vérifiée et complète en vidéo, texte, photo, multimédia et infographie sur les événements qui font l’actualité internationale.


Tags assigned to this article:
immigrationTrump

Related Articles

France : Quel Hollande pour l’Afrique ?

Et le septième président de la Ve République est… François Hollande ! Exit donc Nicolas Sarkozy ! Game over.«Ce peuple

Le président angolais à Paris après des années de tension

Le président angolais José Eduardo Dos Santos effectue mardi une visite officielle de deux jours en France, la première depuis

Etats-Unis : un Blanc tue neuf personnes dans une église noire de Charleston

Le tireur est toujours recherché par la police qui a engagé d’importants moyens pour le retrouver. Le chef de la

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*