Mali-la junte annonce le rétablissement de la constitution et des instutitutions républicaines

Mali-la junte annonce le rétablissement de la constitution et des instutitutions républicaines

Capitaine Amadou Sanogo chef de la junte

Bamako, 2 avril (Oeil D’Afrique)— Face à la pression de la cédéao et de l’avancée de la rébellion touarègue, la junte au pouvoir à Bamako depuis le 22 mars  a annoncé ce jour à son Quartier général de Kati le rétablissement de l’ordre constitutionnel et le transfert du pouvoir à un gouvernement civil.

C’est autour de 11 heures que le capitaine Sanogo à pris la parole pour annoncer à l’opinion nationale et internationale la décision de la junte de procéder  ce dimanche 01 avril au rétablissement de l’ordre constitutionnel  puis au transfert du pouvoir a un gouvernement civil selon les dispositions constitutionnelles en ces termes :« Nous allons rétablir ce jour la constitution malienne adopté en 1992 puis  les institutions républicaines »

Visiblement, la pression de la communauté internationale sous la houlette de la cédéao dont l’ultimatum lancé à la junte de céder le pouvoir arrivait à échéance  à minuit a accéléré les choses. En effet, le déplacement à Ouagadougou d’une délégation  du CNDRE qui est aller s’entretenir avec  le Président du Faso Blaise Compaoré a certainement convaincu la junte de choisir la voie républicaine .le Capitaine Sanogo a fait cette annonce en présence du ministre Burkinabè des affaires étrangères Djibril Bassolé arrivée dans la foulée à Bamako.

Toutefois le Capitaine Sanogo  a lancé un appel aux forces vives de la nation sous l’égide de la médiation de la cédéao de se retrouver dans le cadre d’une convention pour définir les conditions d’une transition démocratique et l’organisation des élections libres et transparentes à laquelle aucun membre du CNDRE ne pourrait se présenter.

De son côté le front du refus s’interroge sur la manière dont les institutions républicaines vont être rétabli car selon son porte parole ; c’est à la suite du constat de la vacance du pouvoir au sommet de l’Etat que la cour constitutionnel  va désigner le président de l’Assemblée Nationale à prendre la tête  du pays .Ainsi elle ne comprend pas l’organisation d’une convention. Il sied de noter que lors du putsch le président de l’Assemblée était entre Abidjan et Ouagadougou ;ce dernier aurait accepter de conduire cette transition tout en renonçant à sa candidature à la future présidentielle au nom de la paix de la stabilité et de la démocratie nous a indiqué un de ses proches que nous avons eu au téléphone depuis Niamey .

Visiblement, la page ATT est tournée ; si on s’en tient aux informations en notre possession le président ne serait plus rétabli dans ses fonctions de chef de l’Etat car son nom n’est mentionné nulle part.

Qu’a cela ne tienne, les membres du CNDRE estiment que l’essentiel c’est  l’unité du mali et la défense de l’intégrité du territoire gage de la stabilité et de la démocratie ; car si il y’a un vainqueur ce serait le peuple Malien et si il a un vaincu  ce serait toujours le peuple Malien.

Rodrigue  Fénelon MASSALA
envoyé spécial à Bamako
© Oeil D’Afrique

 

 

 



Related Articles

Achats avec des faux billets, Werrason en garde à vue à Paris. Qui dit la vérité ?

En séjour à Paris depuis une semaine avant un départ vers les USA, le chanteur congolais, Werrason a été interpellé

Le monde félicite Hollande

RÉACTIONS – Les chefs d’Etat étrangers ont salué l’élection du nouveau président. Ils ont tous décroché leur téléphone ou se sont

Nord du Mali: des habitants racontent « l’enfer »

Des habitants du nord du Mali ont dénoncé les atrocités commises par les groupes islamistes armés qui contrôlent cette vaste

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*