Des manifestants bloquent l’accès à l’aéroport en Côte d’Ivoire

Une vue de l’aéroport de Bouaké|©DR

Des centaines de manifestants qui sont menacés d’expulsion de leur cité bloquaient mardi l’aéroport de Bouaké, deuxième ville de Côte d’Ivoire, épicentre du mouvement de mutineries de militaires qui ont secoué le pays en début d’année.

Scandant notamment le slogan « Un Ivoirien, un toit », les manifestants, dont une immense majorité de femmes, refusent de quitter les maisons qu’ils occupent depuis des années dans une cité de la ville.

« Voilà 25 ans que je suis dans cette maison avec ma famille. Il y a même des familles qui ont passé plus de 30 ans ici. Pendant des années, nous avons fait des réunions et des réunions avec les différents directeurs régionaux de la SICOGI (Société ivoirienne de construction et de gestion immobilière). On nous a dit qu’on allait nous vendre ces maisons et aujourd’hui, on nous demande de déguerpir les lieux et ils vont donner les maisons à d’autres personnes  » a expliqué Lôtchô Mariam Sekongo Koné.

Ancienne « capitale » de la rébellion ivoirienne, qui contrôla la moitié nord du pays entre 2002 et 2011, Bouaké a été le point de départ des mutineries en début d’année. La vie y est régulièrement troublée par des accès de violence (émeutes contre augmentation de l’électricité, bavure policière etc…)

AFP

AFP

AFP

L’Agence France-Presse (AFP) est une agence de presse mondiale fournissant une information rapide, vérifiée et complète en vidéo, texte, photo, multimédia et infographie sur les événements qui font l’actualité internationale.


Tags assigned to this article:
aéroportbouakécote d'ivoire

Related Articles

Ebola: le Sénégal ouvre un corridor humanitaire pour acheminer de l’aide

  Le Sénégal a ouvert un corridor humanitaire aérien pour permettre d’acheminer de l’aide dans les trois pays les plus

Côte d’Ivoire : Le Ministre Ally Coulibaly dénonce la surenchère et le procès en sorcellerie du FPI

11 avril 2011-11 avril 2014, il y a trois ans jour pour jour que le régime de Laurent Gbagbo tombât.

Le président gambien Yahya Jammeh fait arrêter la directrice de la presse et des relations publiques

Les journalistes gambiens sont outrés par le maintien en détention de leur collègue Fatou Camara, ancienne  directrice de la presse

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*