Maroc : Le coronavirus MERS sème la panique dans les rangs des prétendants au pèlerinage

Maroc : Le coronavirus MERS sème la panique dans les rangs des prétendants au pèlerinage
|Archives

|Archives

Faut-il se rendre à la Mecque cette année pour accomplir le 5e pilier de l’islam ? Au Maroc, la question fait débat. Mais les autorités ont leur petite idée que le sujet. Le ministre de la Santé, El Houssaine Louardi a recommandé, aux citoyens qui prévoient de se rendre au pèlerinage cette année à renoncer à cette décision pour éviter le risque de contamination au coronavirus MERS.

Répondant à une question orale à la Chambre des représentants mardi, Houssaine Louardi a indiqué que le gouvernement conseille aux pèlerins de ne pas se rendre aux Lieux Saints. « Cette décision a été prise par son département après des concertations avec plusieurs parties, en particulier l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et les ministres arabes de la santé », a indiqué le ministre.

Selon le Chef de la santé marocaine, l’Arabie Saoudite a également diffusé un communiqué recommandant à l’ensemble des musulmans de renoncer à accomplir la Omra et le Hadj cette année, mettant en garde contre la possibilité de transmission du coronavirus par les pèlerins à leur retour au Maroc après avoir accompli le Hajj.

Mais pour les fidèles comptant se rendre aux Lieux Saints, le ministre leur demande de se munir de masques de protection distribués par le ministère de la Santé gratuitement dans les hôpitaux et à suivre les conseils figurant dans les dépliants de sensibilisation.

Le Coronavirus est une maladie dangereuse qui tue une personne atteinte sur trois. Les autorités marocaines précisent qu’il n’y a ni médicament, vaccin ou antibiotiques pour traiter ce virus.

L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) indique que 681 cas confirmés du virus Corona ont été détectés parmi les humains, dont 204 décès et ce, depuis l’apparition de ce virus en 2012.

L’OMS suit avec inquiétude l’évolution de la situation, mais n’a pas appelé à des mesures drastiques pouvant aller jusqu’à la remise en cause du pèlerinage ou une réduction du nombre des pèlerins. Les experts ont constaté une aggravation de l’épidémie mais que les conditions n’étaient pas réunies pour déclarer une urgence de santé publique de portée globale.

© Oeildafrique.com

 


Tags assigned to this article:
islamMarocreligion

Related Articles

Transport en Afrique: Dakar-Bamako, le chemin de croix

Les passagers du corridor Dakar-Bamako souffrent énormément des contrôles intempestifs des hommes en tenues qui ont fini de faire de

Maroc: Paris va décorer le patron du contre-espionnage marocain

Le ministre français de l’Intérieur Bernard Cazeneuve, en visite au Maroc, a annoncé samedi que Paris décorerait prochainement le patron

Bilan sur les enfants de la rue d’Afrique du Nord

En Afrique du Nord, l’Unicef recense plus de 100 000 enfants des rues âgés de 9 à 18 ans, dont

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*