Maroc: Une loi pour discipliner les dragueurs audacieux

Maroc: Une loi pour discipliner les dragueurs audacieux
Dragueurs marocains

Image d’archives pour illustration

Les députés marocains s’apprêtent à voter une loi particulière. Une loi jugée coercitive par les dragueurs parce qu’elle va s’attaquer aux comportements jugés excessifs des dragueurs marocains de plus en plus entreprenants. A Rabat, Casablanca et Marrakech, la seule évocation de ce projet irrite des jeunes hommes mais fait sourire les femmes.

Mercredi dernier, dans un café du centre-ville de Marrakech, autour d’un verre de thé, cinq jeunes, habillés chic, dévissent vivement..Vêtu d’un costume bleu ciel et en cravate, l’un d’entre eux lance .  »Avez vous entendu que les députés veulent voter un projet de loi contre la drague ? », interroge t-il. Ce projet de loi est une vraie provocation ; mais pourquoi veulent-ils gérer nos sentiments ? ».

Depuis un mois maintenant, le débat sur le projet de loi que s’apprêtent de voter les députés marocains contre certains actes de drague fait florès. Dans le bus, le train et surtout au marché, on ne parle que de ça.  »S’ils votent une telle loi, il sera même difficile d’adresser la parole à une dame demain sans passer pour un dragueur et surtout être poursuivi pour harcèlement », suggère Rachid, tenancier d’un restaurant à Rabat.

En effet, le projet de loi que les députés veulent voter compte criminaliser des actes des dragues osés. Ainsi, dans le cadre de cette législation, jugée coercitive par de nombreux hommes, les dragueurs devront se tenir tranquilles pour éviter des amendes voire même des procès ; Siffler pour exprimer son admiration au passage d’une femme, des appels un peu trop osés et même un clin d »œil risquent de devenir sources d’ennuis pour ceux qui ne seront pas capable de se contrôler.

Les hommes désapprouvent, les femmes s’en réjouissent

Ce projet de loi, les jeunes surtout n’en veulent pas et ils n’ont pas des propos assez catégoriques pour dire leur désapprobation;  »Avec cette nouvelle loi, même siffler au passage d’une belle dame risque de passer pour un harcèlement », déplore Morad, un jeune fonctionnaire résident à Rabat. Abdellatif, la trentaine et agent d’une banque, ne dit pas autre chose.  »Dans une société patriarcale, soutient-il, on ne doit pas créer des nouveaux codes sociaux susceptibles de bousculer les habitudes. C’est grotesque cette affaire ».

Les femmes, elles, ne cachent pas leur soulagement de voir les élus du peuple prendre une loi pour les protéger contre certains abus qu’elles reprochent à certains dragueurs trop entreprenants.  »C’est vrai que certaines dragueurs exagèrent. Quand ils abordent des dames, ils agissent comme si ils avaient affaire à des objets et non à d’êtres humains »’ soutient Sonia, une cigarette à la main.

La société approuve

 »Dans une société qui se modernise, il convient de fixer les nouvelles règles liées à cette modernisation. La bienséance est donc désormais requise. Si draguer est un acte inoffensif, la réitération, alors qu’il y a un refus, l’encerclement – comme c’est le cas au travail où il est interdit de fuir ou de contester la domination- peuvent constituer un délit de harcèlement. Aussi protéger les femmes par une loi est une bonne chose », relève le psychologue Bernard Corbel, établi à Casablanca.

Dans la tranche d’âge de 40 à 50 ans , l’idée du projet de loi contre la drague est accueillie favorablement.  »Les jeunes d’aujourd’hui, ont perdu le sens de la courtoisie et de l’élégance et une loi pour les discipliner ne peut qu’être une bonne chose », assène Mahmoud, un quinquagénaire qui tient un Bazar à la Medina de Casablanca. Chez les religieux, imams, prêtres et pasteurs, le projet de loi fait l’unanimité.  »Nous ne pouvons qu’accueillir avec bonheur toute mesure qui va dans le sens de bonnes mœurs », lâche l’imam d’une mosquée de Casablanca.

Mohamed Mboyo Ey’ekula
oeildafrique –  Maghreb

 

Mohamed Mboyo Ey'ekula

Mohamed Mboyo Ey'ekula

Journaliste - Politologue.


Tags assigned to this article:
amourdragueloirelation

Related Articles

RDC: le gouvernement annonce l’expulsion de Y’en a marre du Balai citoyen

Arrêtés à Kinshasa à la suite d’une rencontre sur la bonne gouvernance et la démocratie pour l’éveil démocratique des jeunes

Le Rwanda veut son siège à l’ONU

Le Rwanda est bien placé pour obtenir un des cinq sièges disponibles au Conseil de sécurité de l’ONU, lors d’une

El Watan TV fermée en Algérie après avoir accueilli un ancien chef islamiste

Les locaux d’El Watan TV, à Alger, ont été fermés et ses équipements mis sous scellés, raconte son patron, Djaffar

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*