Mauritanie : L’ambassade à Paris mise à sac

L’ambassade de Mauritanie en France

L’ambassade de Mauritanie en France

La présidence de Nouakchott mise à rude épreuve, suite au saccage imprévisible, le 5 juillet 2016, de sa chancellerie en France (rue Montevideo, 16 ème Arrondissement, Paris ). Selon notre confrère La Lettre du Continent, dans sa livraison du jour, un individu visiblement un « forcené » s’est introduit à l’enceinte de l’ambassade et a mis à sac l’impressionnant mobilier de bureau.

Le palais ocre de Nouakchott sous le choc. En première ligne, le président mauritanien, Mohamed Ould Abdel Aziz. Aussitôt informé du saccage de la chancellerie parisienne, il s’est attaché les services du célèbre avocat français, Julien Barba, du cabinet Clyde & Co, informe nos confrères de la Lettre du Continent dans leur livraison de ce jour. « L’avocat français Julien Barba (Clyde & Co) a été mandaté pour instruire ce dossier et préparer les poursuites qui devraient immédiatement être engagées pour « acte de vandalisme » », renseigne notre confrère.

Une affaire délicate qui agace l’homme fort de Nouakchott. Selon des sources diplomatiques crédibles contactées par Les Afriques, Nouakchott envisage dans un délai proche de recruter une agence de sécurité française pour filtrer les entrées et sorties en surveillant le périmètre de la chancellerie. En 2014, le bureau de l’ambassadeur mauritanien en France, Mohamed Mahmoud Ould Brahim Khlil, avait été attaqué par un groupuscule d’individus.

PAR ISMAEL AIDARA


Tags assigned to this article:
Mauritanie

Related Articles

Burkina: Zéphirin Diabré désigné candidat à la présidentielle

Zéphirin Diabré, chef de file de l’opposition burkinabè sous le régime déchu de Blaise Compaoré, a été investi dimanche par

Kenya: plusieurs corps sortis des décombres du Westgate

Plusieurs corps, dont ceux de deux soldats kényans, ont été sortis des décombres du Westgate, attaqué par un commando lié

Au Kenya, le pape François dénonce « l’injustice atroce » imposée par les puissants

Le pape François a condamné vendredi à Kangemi, un bidonville de Nairobi, « l’injustice atroce » vécue par les habitants des « périphéries

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*