Retrouvez les meilleurs vidéos qui BUZZ sur les réseaux sociaux sur www.RecPlayTv.com
AfriqueQuotidien.com, l'autre actualité africaine. Les insolites et autres faits divers.
Home » Afrique » Afrique de l'ouest » Mémoire d’histoire: Attentat manqué contre Guillaume Soro en 2007 

Mémoire d’histoire: Attentat manqué contre Guillaume Soro en 2007 

by Jonas Saraka on 2nd-juillet-2013

Six ans après cet attentat, les faits restent encre vivace dans les esprits. 29 juin 2007, alors qu’il se rendait à Bouaké, capitale des forces nouvelles, pour procéder à installation des magistrats dans le cadre du lancement des audiences foraines, l’avion du premier ministre Soro Guillaume, sera attaqué à la roquette.

Un attentat  manqué avec un bilan très lourd

Alors que l’avion, le Foker 100, du premier ministre et sa délégation amorçait son atterrissage sur le tarmac de l’aéroport de Bouaké au matin de ce vendredi, celui-ci sera lourdement attaqué à la roquette et à la kalachnikov par des soldats dont l’identité reste à ce jour un mystère. Le bilan de cet attentat est lourd. Si Guillaume Soro a pu s’en sortir indemne, ce ne sera pas le cas pour des membres de son service de sécurité et protocole, et d’autres passagers. Cet attentat enregistrera quatre tués sur le coup et une dizaine de passagers blessés. Dans cette grisaille, le cordon de sécurité qui va se déployer par les soins du commandant Wattao, alors chef militaire des forces nouvelles, réussira à mettre en lieu sur le premier ministre, Guillaume Soro.

soro-attentat-07

A cette période de l’année 2007, le marigot sociopolitique de la Côte d’Ivoire, ne manquait pas d’être trouble. Entre Laurent Gbagbo qui refusait d’aller aux élections et des entités au sein des forces nouvelles qui criaient à la trahison, un climat insipide et délétère était bien perceptible. En effet, Guillaume Soro, l’icône de la rébellion au terme de l’accord de Ouagadougou en Avril 2007, a accepté le poste de premier ministre de Laurent Gbagbo. Cette nomination à la primature diversement interprétée, tant dans le camp des frontistes de Laurent Gbagbo, que dans celui des forces nouvelles a laissé entrevoir un malaise. Le malaise du coté des forces nouvelles était si criard que certains chefs de guerre seront mis en quarantaine. Leur rengaine à l’endroit de Soro, le fait de n’avoir pas été associé aux négociations de l’accord de paix de Ouagadougou.

Ainsi, ces entités au sein de la rébellion qui ruminaient leur désaccord depuis le mois d’avril 2007, date de ladite nomination, auront certainement exprimé cette colère macabre ce vendredi 29 juin. Cette situation qui sera vite maitrisée par de nombreuses arrestations et rafles dans la ville de Bouaké, n’entachera pas le processus de paix enclenché à Ouaga pour sortir la Côte d’Ivoire de cette impasse. Jugé irréversible, ce processus sera conduit à son terme par le tandem Laurent Gbagbo – Guillaume Soro. Un jeu de cache-cache auquel Guillaume Soro réussira à tirer son épingle du jeu. Sa dextérité aura contraint le président Gbagbo à se résoudre à organiser des élections attendues depuis dix ans.

Dans tous les cas, en sortant saint et sauf de cet attentat qui était planifié pour lui ôter la vie, Guillaume Soro est certainement sur la trajectoire de son destin. Aujourd’hui Président de l’Assemblée Nationale, l’on est à s’interroger sur sa future destination !
Jonas Saraka
Abidjan-Œil d’Afrique

Category Afrique de l'ouest, Côte d'Ivoire and tagged , , , .
Leave a Reply

Laisser un commentaire