Nigeria : Limogeage de 17 agents de douanes pour des faits graves

Muhammadu Buhari

Le président nigérian Muhammadu Buhari, le 14 juin 2015 à Johannesburg|AFP

Le gouvernement nigérian joue désormais la tolérance zéro au niveau des douanes. Dix-sept (17) agents de douanes viennent de l’apprendre à leurs dépens. Pour s’être rendus coupables de mauvaises conduites dans l’exercice de leur fonction, ces agents ont été licenciés par le gouvernement.

Wale Adeniyi, le porte-parole du Service des douanes du Nigeria a annoncé que le gouvernement fédéral a décidé de licencier dix-sept agents de douanes pour mauvaises conduites. Les faits reprochés à ses agents sont assez graves. Il s’agit notamment de la toxicomanie, de la falsification de certificats, de vol et absentéisme entre janvier et septembre de cette année.

Dans un communiqué rendu public, le porte-parole du Service des douanes du Nigeria Wale Adeniyi a affirmé que les nominations de deux autres cadres avaient été annulées pour absence illégale au travail, tandis qu’un autre a été renvoyé pour toxicomanie.

Par ailleurs, le responsable a précisé que les enquêtes sur les infractions commises par les agents supérieurs sont en cours d’achèvement.

Adeniyi a ajouté que les agents reconnus coupables devraient faire face à des sanctions sévères similaires.

© OEIL D’AFRIQUE


Tags assigned to this article:
nigeria

Related Articles

Niger/trafic de bébés: 17 écroués, l’avocat d’un opposant dénonce une affaire politique

Le trafic présumé de bébés venant du Nigeria, pour lequel 17 personnes ont été écrouées jeudi au Niger, est une

Côte d’Ivoire: le pouvoir confronté au malaise des étudiants

Moins d’un an après la réouverture en grande pompe des universités, le gouvernement ivoirien est confronté au malaise des étudiants,

Au Ghana, on vide les égouts pour éviter de nouvelles catastrophes

Les grosses pluies seront bientôt de retour à Accra et, comme chaque année, la crainte des inondations aux conséquences imprévisibles

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*