Obama devant les étudiants africains: « le monde a besoin d’une Afrique forte et autonome »

Obama devant les étudiants africains: « le monde a besoin d’une Afrique forte et autonome »

Barack Obama

Barack Obama

A une semaine du sommet USA-Afrique qui rassemblera à Washington, la quasi-totalité des dirigeants africains avec les responsables américains, le président des Etats-Unis Barack Obama a déclaré lundi que le monde a besoin d’une Afrique « forte et autonome ». Il a également souligné la nécessité de renforcer les institutions démocratiques sur le continent.

Le président américain faisait cette déclaration devant des étudiants africains assurant qu’il illustrerait sa conviction que « la sécurité, la prospérité et la justice dans le monde ne sont pas possibles sans une Afrique forte, prospère et autonome ». En effet, ils étaient 500 étudiants africains participant à un programme d’échange rebaptisé « Mandela Washington Fellowship for Young African Leaders », en l’honneur de l’ancien président sud-africain et icône de la lutte anti-apartheid.

Avec les jeunes étudiants africains, M. Obama a insisté sur la question de la gouvernance sur un continent où 60% de la population a moins de 35 ans. Il a appelé de ses vœux un nouveau modèle de partenariat entre l’Amérique et l’Afrique, un partenariat d’égal à égal s’appuyant sur votre capacité à renforcer la démocratie et à promouvoir la paix et la sécurité.

« Quelles que soient les ressources d’un pays, si vous n’avez un pas un ensemble de lois, le respect pour les droits civiques et les droits de l’homme, si vous n’avez pas de liberté d’expression et de rassemblement (…), il est très rare qu’un pays réussisse dans la durée… Vous n’éliminerez jamais la corruption à 100% (…) mais l’important est que le respect de la loi soit la norme », a déclaré le président américain.

Barack Obama ne fait pas de mystère sur ces convictions par rapport à l’Alternance politique à la tête des Etats africains.

« Un Etat de droit c’est aussi le fait que les dirigeants ne gardent pas le pouvoir éternellement. Si vous avez les mêmes dirigeants tout le temps, vous n’avez plus d’idées nouvelles et le respect de la loi va en diminuant », expliqué M. Obama.

Cette position du président américain est affichée à une semaine du sommet USA-Afrique qui se tient les 5et 6 août prochains. Ce forum se veut « le plus grand rassemblement de chefs d’Etat et de gouvernement africain jamais organisé par un président américain ». Seuls les dirigeants de l’Erythrée, du Soudan et du Zimbabwe n’ont pas été conviés par la Maison Blanche à ce sommet de trois jours, qui débute lundi. L’Egypte, qui avait dans un premier temps été écartée, a finalement reçu une invitation de dernière minute.

« Si nous sommes conscients des réelles difficultés que rencontrent tant d’Africains chaque jour, nous avons aussi le devoir de saisir le potentiel extraordinaire de l’Afrique d’aujourd’hui, qui est le continent le plus jeune et qui connaît la croissance la plus forte », a indiqué Barack Obama.

En effet, le Fonds monétaire international (FMI) table sur une croissance de 5,4% pour l’année en cours et de 5,8% pour 2015, pour l’Afrique sub-saharienne. Ces chiffres sont nettement supérieurs aux projections de croissance mondiale qui sont de 3,4% pour 2014 et de 4% pour 2015.

Et les Etats-Unis comptent tirer profit de cette évolution africaine, eux qui sont désormais 3e dans les échanges commerciaux avec l’Afrique, derrière l’Union européenne et la Chine.

Didier Assogba
oeildafrique.com

 

Didier Assogba

Didier Assogba

Journaliste à Oeil d'Afrique. Basé à Lomé, Togo


Tags assigned to this article:
afriqueobamasommetusa

Related Articles

L’Afrique victime du prisme des médias occidentaux ?

L’Afrique se retrouve bien souvent dans les nouvelles en occident seulement quand elle rentre dans la case qui a été

Un enfant de 8 ans inculpé de meurtre aux Etats-Unis

Il est accusé d’avoir mortellement frappé dans son berceau une fillette d’un an qui pleurait et dont la mère était

RDC : la concertation débouche sur un catalogue de bonnes intentions

Les concertations nationales congolaises ont proposé jeudi, deux jours avant leur clôture, un catalogue de bonnes intentions, prônant une meilleure

1 commentaire

Espace commentaire
  1. Idriss Ahmade
    Idriss Ahmade 30 juillet, 2014, 04:25

    I realy I enjoyed what was said by He’s Excellency Mr Barak Obama, And i’m glad to heard that from him, But the main problem is sometimes we can read nice words, But we can’t find them into practise, those kind of things are the mechanismes which are killing africa and africans, We hope this forum will be the amoung the keys to save my continent.

    Répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*