Obama fera tout pour briser la Syrie

Obama fera tout pour briser la Syrie

Le dernier rapport sur les violations des droits humains a été rédigé avec l’aide des gens liés aux services secrets américains. Les Américains n’ont pas seulement formé des activistes égyptiens et tunisiens à la base de la révolte dans les rues arabes, il y avait aussi des Syriens. L’un d’entre eux s’appelle Tal Al-Mallouhi, une jeune blogueuse de 20 ans. En février 2011, pendant les événements en Égypte, elle fut arrêtée puis condamnée à 5 ans de prison pour  » intelligence avec un pays étranger ». Les USA ont demandé qu’elle soit libérée. Une page FCB a même été créée à cette occasion par Wael Ghoneim, un cadre de Google au Qatar.En fait, c’est depuis l’âge de 15 ans qu’elle a été recrutée par un officier autrichien de la FNUOD (Force de l’ONU chargée de surveiller la situation sur plateau de Golan) qui lui a demandé de partir avec sa famille en Égypte. Sur place, elle a rencontré des responsables américains qui lui ont demandé des informations sur l’ambassade de Syrie au Caire, notamment sur Samer Raboou, le troisième secrétaire d’ambassade. En ce moment même, les USA recrutent des terroristes liés à Al-Qaida en Irak, Afghanistan, Yémen pour déstabiliser la Syrie. Ce sont ces unités terroristes qui attaquent les forces syriennes et ce sont elles qui massacraient les civils en Libye, massacres qu’on attribuait généralement à Kadhafi. Le président ASSAD doit se montrer intraitable avec tous ces bandits… Vous avez aimé Bush, vous allez adorer Obama… Je bois mon lait.

Patrick Mbeko


Tags assigned to this article:
agentsarabeASSADciaCPIobamaonupolitiqueSyrie

Related Articles

La démocratie est un luxe pour l'afrique !

Les elections en afrique nouveaux facteurs de déstabilisation du continent ? « La démocratie est un luxe pour l’afrique ! » :

Patrice Lumumba, 53 ans après l’assassinat : L’homme, son idéologie et sa succession

Ce 17 janvier 2014 fait exactement 53 ans que Patrice Lumumba, l’ancien Premier Ministre congolais a été assassiné (17 janvier

Mali : la part de responsabilité de l’ex-junte

En dépit de soutiens intérieurs plutôt quelconques, émanant de personnalités que l’on classerait volontiers parmi les opposants à l’ancien président malien renversé, Amadou Toumani

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*