Des opposants éthiopiens accusés d’avoir préparé un coup d’Etat

Hailemariam Desalegn

Le Premier ministre éthiopien Hailemariam Desalegn.|DR

Le gouvernement éthiopien a annoncé mercredi avoir lancé des poursuites judiciaires contre trois opposants, accusés d’incitation à l’émeute, destruction de biens et préparation de coup d’Etat lors d’un récent mouvement de contestation du régime.

Ces accusations font suite à des mois d’affrontements entre la police et des manifestants antigouvernementaux, qui ont fait des centaines de morts et n’ont cessé qu’avec la proclamation de l’état d’urgence en octobre pour une durée de six mois sur l’ensemble du pays.

Deux des opposants visés sont Jawar Mohammed, dirigeant du Oromia Media Network (OMN), un média d’opposition basé aux Etats-Unis, et Berhanu Nega, déjà condamné à mort par la justice éthiopienne dans le passé.

Les deux hommes vivent à l’étranger, mais le troisième accusé, le président du Congrès fédéral oromo (OFC) Merera Gudina, a été arrêté en décembre et sera jugé à Addis Abeba.

« Ils ont provoqué des dégâts considérables et en portent la responsabilité », a déclaré à l’AFP Fentaw Ambaw, directeur des affaires publiques du Procureur général.

Des membres des ethnies oromo et amhara, les deux principales du pays représentant plus de 60% de la population, ont lancé en novembre 2015 un grand mouvement de contestation du régime dirigé par le Premier ministre Hailemariam Desalegn, sans précédent depuis 25 ans.

Les contestataires dénoncent la domination sans partage de la coalition au pouvoir depuis 25 ans et ce qu’ils estiment être une surreprésentation de la minorité des Tigréens aux postes-clés au sein du gouvernement et des forces de sécurité.

Jawar Mohammed, qui vit aux Etats-Unis, a déclaré à l’AFP n’avoir reçu aucun document officiel concernant les poursuites contre lui et ne pas avoir l’intention de se rendre en Ethiopie pour comparaître devant un tribunal.

Il a nié avoir incité à manifester, disant avoir seulement organisé la couverture médiatique des manifestations.

« Le gouvernement était très mécontent du fait que nous avions des sources, des reporters partout dans le pays récoltant des informations et opinions au moment des faits », a-t-il expliqué.

Lors de la flambée de violences les manifestants s’en étaient notamment pris à des bâtiments publics et à des usines appartenant à des capitaux étrangers. La répression a fait plus de 500 morts, selon des organisations de défense des droits de l’Homme.

AFP

AFP

AFP

L’Agence France-Presse (AFP) est une agence de presse mondiale fournissant une information rapide, vérifiée et complète en vidéo, texte, photo, multimédia et infographie sur les événements qui font l’actualité internationale.


Tags assigned to this article:
Ethiopie

Related Articles

Idriss Déby se garde de commenter le retrait des militaires tchadiens déployés au Mali

Le chef de l’Etat tchadien, Idriss Déby Itno, s’est gardé de commenter le retrait des troupes tchadiennes déployées dans le

Côte d’Ivoire: Ouattara dans un fauteuil avant la présidentielle d’octobre

Majorité unie, opposition divisée, bilan flatteur selon ses soutiens: le chef de l’Etat Alassane Ouattara, candidat depuis dimanche à l’élection

RDC: l’Assemblée nationale remet en cause le budget 2013

La discussion sur le budget 2013 devant l’Assemblée nationale de la République démocratique du Congo (RDC) a tourné à la

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*