Papa Wemba victime “d’un infarctus massif”

Samedi 23 Avril 2016. Abidjan. Le chanteur congolais, Papa Wemba en prestation sur la scene du Festival des Musiques Urbaines d`Anoumabo (FEMUA 9)|©DR

Samedi 23 Avril 2016. Abidjan. Le chanteur congolais, Papa Wemba en prestation sur la scene du Festival des Musiques Urbaines d`Anoumabo (FEMUA 9)|©DR

La star africaine de la musique congolaise Papa Wemba, est mort, dimanche 24 avril à Abidjan, d’un “infarctus massif”, a indiqué à Jeune Afrique une source médicale.

L’artiste congolais mort sur la scène du Festival des musiques urbaines d’’Anoumabo, a été victime  d’un arrêt cardiaque. «Il s’agit d’un infarctus massif. Tout le cœur se contracte d’un coup et s’arrête de battre. Dans sa chute, il était déjà mort avant de toucher le sol», confie une source médicale à Jeune Afrique. Le journal précise que cette même source était présente au moment du drame et malgré les efforts du personnel médical, “rien n’a pu être fait”. Dans l’ambulance qui conduisait le roi de la rumba congolaise vers un centre hospitalier privé de la capitale ivoirienne, plusieurs tentatives de réanimation ont eu lieu, en vain, ajoute la source.

Même s’il souffrait régulièrement de paludisme et qu’il était fréquemment fatigué, Jeune Afrique constate que l’artiste avait bonne mine avant le spectacle, selon des proches, mais il avait renoncé à prendre son dîner pour être plus léger lors des chorégraphies sur scène. Et pendant sa brève prestation, Papa Wemba a dû insister plusieurs fois auprès des techniciens pour qu’ils augmentent le son de la musique qu’il estimait faible.

© OEIL D’AFRIQUE


Tags assigned to this article:
abidjandécèspapa wembaRDC

Related Articles

Centrafrique: libération des prisonniers politiques, fin du couvre-feu

Le président centrafricain François Bozizé a pris mercredi deux décrets permettant de libérer les prisonniers politiques et de lever le

Sommet UA : L’envoi des casques bleus en RCA et l’action de la Force en attente au cœur des débats

Lors de la 1ère session ordinaire du sommet des chefs d’Etat et de gouvernement à Durban (Afrique du Sud) en

Burundi: des ressortissants rwandais arrêtés et torturés, Kigali proteste

Pendant qu’Amnesty International accuse le régime de Pierre Nkurunziza de recourir à la torture au tout début d’un troisième mandat

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*