Perquisitions au domicile et dans les bureaux de Nicolas Sarkozy

Perquisitions au domicile et dans les bureaux de Nicolas Sarkozy
Perquisitions au domicile et dans les bureaux de Nicolas Sarkozy

Nicolas Sarkozy s’exprime après les résultats de 1er tour des élections présidentielles en France

Les policiers de la brigade financière et le juge de Bordeaux Jean-Michel Gentil ont perquisitionné, mardi 3 juillet, au matin, le domicile de Carla Bruni-Sarkozy, villa Montmorency dans le 16e arrondissement de Paris, le cabinet d’avocats Arnaud, Claude et associés, dans lequel Nicolas Sarkozy détient des parts, situé 53, boulevard Malesherbes (17e) et ses nouveaux locaux mis à sa disposition en tant qu’ancien chef de l’Etat, situés 27, rue de Miromesnil.

Le juge Gentil, saisi pour abus de faiblesse et financement illicite de campagne électorale, enquête sur d’éventuelles remises de fonds par Liliane Bettencourt à l’ex-chef de l’Etat, notamment lors de sa campagne présidentielle de 2007.

Nicolas Sarkozy, dont l’immunité présidentielle a pris fin le 16 juin, est mis en cause à double titre : d’après Claire Thibout, l’ancienne comptable des Bettencourt, une somme de 150 000 euros aurait été remise au début 2007 à Eric Woerth, à l’époque trésorier de la campagne présidentielle de M. Sarkozy. Par ailleurs, plusieurs témoignages recueillis par la justice font état de visites, pendant la campagne de 2007, effectuées par M. Sarkozy au domicile des Bettencourt, dont l’objet aurait été des remises d’argent en espèces.

Ces opérations ont été menées en l’absence de Nicolas Sarkozy, « parti (lundi) en famille au Canada », a indiqué son avocat, Me Thierry Herzog.

 

Source: Le Monde

 

 


Tags assigned to this article:
Bettencourtjugejuge Gentilpolicesarkozy

Related Articles

Burkina Faso: tirs et détonations dans un des principaux hôtels du centre de Ouagadougou

Des tirs multiples et des détonations ont été entendus vendredi soir au Splendid, un des principaux hôtels du centre de

Mali: début du retrait des troupes françaises à partir de la fin avril

Le Premier ministre français Jean-Marc Ayrault a annoncé mercredi que le retrait des troupes françaises du Mali débuterait à partir

Bouffée de colère à Rome contre les immigrés

« Pourquoi on devrait s’occuper d’eux, c’est de moi dont il faut s’occuper ! » Elvio, 51 ans, résume à sa façon

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*