RCA : Jean-Marie Michel Mokoko, le nouveau patron de la MISCA

RCA : Jean-Marie Michel Mokoko, le nouveau patron de la MISCA
Jean-Marie Michel Mokoko

(Image d’archives) Jean-Marie Michel Mokoko

La Mission internationale de soutien à la Centrafrique sous conduite africaine (MISCA) a un nouveau patron. Il s’agit du Général de Division à la retraite Jean-Marie Michel Mokoko, de la République du Congo. Le nouveau chef a été nommé le 22 novembre 2013. Jean-Marie Michel Mokoko est également le nouveau Représentant Spécial de l’Union Africaine (UA) en République Centrafricaine (RCA).

C’est la présidente de la Commission de l’UA, Dr. Nkosazana Dlamini-Zuma qui a signé sa nomination ainsi que celles des autres membres de l’équipe dirigeante de cette mission. Notamment, le Général de Brigade Martin Tumenta Chomu (Cameroun), nommé Commandant de la composante militaire de la MISCA ; le Colonel de gendarmerie Patrice Otsangue Bengone (Gabon), nommé Chef de la composante police de la MISCA. 

Jean-Marie Michel Mokoko n’est pas un novice dans le domaine de la paix. L’homme a une longue et riche expérience dans le domaine de la paix et de la sécurité. Ancien chef d’Etat-Major général des Forces armées congolaises (FAC) de 1987 à 1993 ; Conseiller à la paix et à la sécurité du Président de la République du Congo depuis février 2005 ; Représentant Spécial du Président en exercice de l’UA (Denis Sassou N’Guesso) en 2006 ; Représentant Spécial du Président en exercice de l’UA pour la Côte d’Ivoire de 2006 à 2007 et Adjoint au Haut Représentant de l’UA pour le Mali et le Sahel avant sa nomination. 

Officier militaire et homme politique, né le 19 mars 1947 à Mossaka, dans le département de la Cuvette, au Nord du Congo-Brazzaville, Jean-Marie Michel Mokoko est diplômé de l’École spéciale militaire (ESM) de Saint-Cyr-Quoëtquidan et de l’École d’État-major, en France. 
Le Général de Brigade Martin Tumenta Chomu est, lui aussi, un homme de grande expérience. Il a occupé les fonctions de Commandant de région militaire et d’autres importantes fonctions au sein de l’armée camerounaise. Diplômé d’Etat-major aux États-Unis (Ft. Levenworth) et de l’Ecole militaire interarmées (EMIA), Breveté de l’École de guerre en France, de l’Ecole de maintien de la paix d’Egypte, il est également instructeur parachutiste et instructeur commando Pathfinder. Il est né le 22 janvier 1954 à Babungo dans la région du Nord-Ouest du Cameroun. 

Quant au Colonel de gendarmerie Patrice Otsangue Bengone, il est diplômé de l’École nationale de gendarmerie d’Owendo, au Gabon. Il a suivi des cours de formation et de perfectionnement dans différentes autres écoles, notamment en France et au Maroc.

En dehors de ces trois personnalités, le Général de Brigade Athanase Kararuza de Burundi a lui été nommé Commandement en second de la composante militaire de la MISCA alors que le Commissaire principal de police Don Deogracias Ndong Nguema de la Guinée Équatoriale sera le Commandant adjoint de la composante police de la MISCA. Ces personnalités sont nommées pour soutenir les efforts conjoints de l’UA et de la Communauté économique des Etats de l’Afrique Centrale (CEEAC), en vue de l’opérationnalisation effective de la MISCA. L’UA et la CEEAC veulent assurer une transition réussie entre la Mission de consolidation de la paix de la CEEAC en RCA (MICOPAX) et la MISCA. La passation de service aura lieu le 19 décembre 2013. 

Mme Nkosazana Dlamini-Zuma a réitéré l’appel de l’UA aux Nations Unies pour l’octroi d’un soutien effectif à la MISCA pour qu’elle s’acquitte effectivement de son mandat et crée les conditions d’un appui international permettant de soutenir la stabilisation à long terme et la reconstruction de la RCA.

Oeildafrique.com

Didier Assogba

Didier Assogba

Journaliste à Oeil d'Afrique. Basé à Lomé, Togo


Tags assigned to this article:
CentrafriqueMISCA

Related Articles

RDC: attaque rebelle sur la ville de Beni, 26 morts

Un groupe armé rebelle a attaqué dans la nuit de mercredi à jeudi la ville de Beni, important carrefour commercial

Disparus du Beach de Brazzaville : Le parquet français veut poursuivre l’enquête

Interpellé en Ile-de-France et mis en examen en 2013 sur le dossier des 350 personnes disparues au port fluvial de

Congo: 3 policiers et 4 assaillants tués dans une interpellation

Au moins trois policiers congolais et quatre délinquants présumés originaires de la République démocratique du Congo (RDC) ont été tués

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*