RD Congo: 57 ans de crise de légitimité

présidents congolais RDC Indépendance

Le Congo est un pays de crise de légitimité à répétition caractérisée, depuis 1960, par les ruptures des compromis politiques, les coups d’Etat, les régimes dictatoriaux, les élections contestées et par les ingérences extérieures. Malgré les malgré les difficultés qu’éprouve l’élite politique à sortir de cette crise, tous les espoirs ne spas perdus pour autant. L’élite peut encore relever les défis. Mais elle doit, pour prétention à cette possible ambition, se remettre en question et se donner une nouvelle éthique politique. 

LA CRISE DE LÉGITIMITÉ EN BREF

La première crise de légitimité survient le 5 septembre 1960 lorsque le président Joseph Kasa-Vubu, sous pression des pays occidentaux, révoque le premier ministre, le nationaliste Patrice Lumumba, chef de la coalition parlementaire victorieuse de premières élections libres, transparentes et crédibles de mai 1960, supervisées par Ganshof Van Der Mersch, ministre des affaires africaines. Cette révocation entachée de vice de fond et de forme entraîne une crise politique qui se soldera par l’assassinat de Patrice Lumumba et ses compagnons d’infortune au Katanga, le 17 janvier 1961. C’est, en réalité, une révocation qui fait perdre à Joseph Kasa-Vubu sa légitimité. Élu président de la république, par suffrage indirect, grâce à la majorité parlementaire des Lumumbistes, Joseph Kasa-Vubu ne peut se prévaloir d’une légitimité issu d’un compromis politique cassé. Depuis la date de cette révocation suivie du coup d’État de Mobutu du 14 septembre 1960, Joseph Kasa-Vubu est sans légitimité, si ce n’est celle de la forme ou celle fondée sur la violence. Il ne fera rien pour se forger une nouvelle légitimité par la dissolution de l’Assemblée nationale et la convocation de nouvelles élections. Cette première rupture sera suivie par d’autres, attestant ainsi l’incapacité de l’élite congolaise à trouver un compromis politique consensuel, durable et prometteur.

La deuxième crise de légitimité intervient le 24 novembre 1965 par le deuxième coup d’État de Mobutu. Profitant de difficultés du président de la république Joseph Kasa-Vubu et le premier ministre Moïse Tshombe à trouver un compromis politique, après la victoire de ce dernier aux élections de février et avril 1965, Mobutu réédite le scénario du 14 septembre 1960, opère son coup d’État du 24 novembre 1965, pour s’emparer du pouvoir et le conserve jusqu’à sa chute le 17 mai 1997. Et il instaure la dictature de 37 ans, à compter de la date de son premier coup d’État, événement politique qui marque son entrée sur la scène politique congolaise et fait, de lui, le maître de la politique congolaise, conseiller militaire et politique de Joseph Kasa-Vubu. Ce dernier ne peut rien entreprendre sans le consulter, comme le révèle Francis Monheim, le biographe de Mobutu dans son livre ‘Mobutu, l’homme seul’. En réalité, Mobutu a l’éffectivité du pouvoir : il a l’armée à sa solde.

L’autre rupture éclate dans les années 90 par le refus de Mobutu d’accepter Étienne Tshisekedi comme premier ministre élu par la conférence nationale souveraine et de passer avec lui un compromis de partage du pouvoir.

D’autres crises de légitimité suivront, notamment la prise de pouvoir par Laurent-Désiré Kabila par les armes, par les deux élections contestées de 2006 et de 2011, élections et résultats généralement jugés frauduleux et non conformes à la vérité.

Pour ce qui est de la crise de légitimité, le Congo serait-il sous l’influence de la loi des séries ?

Par Joseph Anganda


Tags assigned to this article:
congoindépendanceRDC

Related Articles

Tshisekedi en Afrique du Sud, un voyage au bout de l’inconnu

Depuis le 20 février, une certaine presse plutôt favorable à l’opposition et plus particulièrement à l’UDPS (Union pour la Démocratie

RDC: le changement de la constitution reste une possibilité pour Lambert Mende

Dans la guerre de communication que se livre l’opposition politique et la majorité parlementaire, soutient du président Joseph Kabila, on

RDC: au bord du lac Kivu, la ville de Goma veut de l’eau

La ville congolaise de Goma est bordée par un des plus grands réservoirs d’eau douce au monde, le lac Kivu,

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*