RDC : A quoi servent les victoires du camps Kabila face à l’opposition ?

Le Président congolais Joseph kabila entouré par Aubin Minaku, Président de l'Assemblée Nationale et Kengo Wa Dondo, Président du Sénat

Le Président congolais Joseph kabila entouré par Aubin Minaku, Président de l’Assemblée Nationale et Kengo Wa Dondo, Président du Sénat

Les batailles s’enchaînent et les victoires qui les accompagnent font l’objet de questionnements. Tout comme en France après la victoire du Parti Socialiste aux législatives de 1997, au sein de la majorité présidentielle en RDC, des voix s’élèvent pour demander – « Qu’avez-vous fait de nos victoires? »

En effet, la question a tout son sens tant la Majorité Présidentielle semble faire du surplace. Bousculé par une opposition structurée après son conclave de Genval et la création du Rassemblement des forces acquises au changement, la MP a jusqu’à là réussi à repousser les assauts d’une opposition bien décidée à lui ravir le pouvoir.

En Janvier 2015, Kinshasa la capitale s’enflamme, suivi par plusieurs grandes villes du pays. En 2016, l’année de tous les dangers pour la MP, l’opposition réalisé à chaque manifestation un succès considérable. Les journées villes mortes sont des réussites qui démontrent le soutien populaire dont bénéficie l’opposition.

De ces manifestations qui démontraient le visage policier du pouvoir de Kinshasa. La communauté internationale (Union Européenne et USA) décide de sanctionner. Plusieurs haut-cadres et proches du Président Joseph Kabila sont visés. Ce qui devait pousser le bateau Kabila à se vider, fini par faire naître un sentiment de solidarité. Les sanctions sont vécues comme de l’ingérence. La MP retourne ces attaques externes contre l’opposition. Les communicants s’emploient à dénoncer la trahison du combat de Patrice Emery Lumumba. La cause? Le Rassemblement a choisi de sortir du cadre national et d’internationaliser les difficultés rencontrées face à Kabila et les siens. L’opinion nationale est de nouveau partagée. Ce qui offre à la MP un léger répit.

La vraie victoire de la Majorité Présidentielle est d’être encore aux commandes alors que l’opposition avait promis les ténèbres en cas de maintien de Joseph Kabila à la tête du Congo à l’issue de son second et dernier mandat constitutionnel. Le rendez-vous du 20 décembre dernier était dans les agendas de tous les congolais. Mais le Congolais est traumatisé. Il est affamé et craint la répression policière. Abandonné par une opposition qui devait inspirer la révolte, la population s’est décommandée d’un rendez-vous qui se devait historique. Un autre « ouf » de soulagement pour la MP.

Empêtrés dans des dialogues interminables, plombés par une série d’indécisions, les évêques de la CENCO dénoncent la situation dans laquelle elle est mise. L’opposition et les évêques sont pris au piège tendu par la majorité. L’image de médiateur sans parti pris souffre et la crédibilité des évêques est en jeu. La population devenant de plus en plus exigeante les accuse de pencher du côté du pouvoir.

Trois mois après le dépassement de mandat présidentiel, Joseph Kabila est toujours à la tête du Congo. Pour encore combien de temps? Bien malin celui qui donnera la bonne réponse. Mais au sien de la Majorité Présidentielle, les murmures se font de plus en plus entendre. Le nom d’un possible dauphin fait débat. Pourtant personne ose manifester ouvertement son désir de proposer une alternative à un possible départ de Joseph Kabila.

La grande bataille du prolongement du mandat présidentiel gagné, la mouvance de Joseph Kabila ne sait pas quoi en faire. Le projet profond (le référendum sur les institutions) que dissimule les stratèges de la MP fait toujours craindre le soulèvent populaire. Alors, ils optent pour la continuité dans le glissement.

Aucun membre de la MP peut affirmer avec certitude la volonté de Joseph Kabila. Lui, le taiseux, refuse de partager son souhait pour l’avenir. Alors qui pourra répondre à ces membres de la Majorité qui se posent des questions sur l’intérêt du combat mené et de l’exploitation de ces victoires face à l’opposition?

Les supposés victoires de la MP ont ceci de ridicule qu’ils laissent penser à un attaquant qui obtient des penaltys mais n’arrive pas à les transformer. Il ne sera une surprise de voir ceux qui ont dominé tout le long de la partie perdre à la dernière minute.

Roger Musandji Nzanza
Œil d’Afrique

Roger Musandji

Roger Musandji

Fondateur de RM COMMUNICATION, société éditrice d'Oeil d'Afrique.



Related Articles

CPI : verdict du procès Jean-Pierre Bemba, entre déception et soulagement

La Cour Pénale Internationale (CPI) a enfin rendu son verdict ce 21 mars 2016 dans le procès Jean-Pierre Bemba, poursuivi

La RDC tente d’écarter le dollar de son système monétaire

Le gouvernement de la République démocratique du Congo (RDC) a engagé depuis plusieurs mois une «dédollarisation» de son économie pour

RDC: Les autorités retirent les licences d’exploitation de 10 compagnies aériennes

De nouvelles compagnies sont encore dans la tourmente en République Démocratique du Congo (RDC). Au total dix compagnies se sont

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*