RDC : Arrivée de la dépouille d’Etienne Tshisekedi, un défi sécuritaire

Des centaines de Congolais se sont réunis le jeudi 9 février pour la cérémonie religieuse en hommage à l'opposant Etienne Tshisekedi © Nicolas Maeterlinck / BELGA / AFP

Des centaines de Congolais se sont réunis le jeudi 9 février pour la cérémonie religieuse en hommage à l’opposant Etienne Tshisekedi © Nicolas Maeterlinck / BELGA / AFP

L’enterrement d’une grande personnalité dans un pays qui connait une crise politique comme l’est la République Démocratique du Congo (RDC) est un défi pour les autorités en place. Le principal risque étant le débordement de la police et des mouvements de foule qui pourrait causer une tragédie.

Alors que l’arrivée de la dépouille d’Etienne Tshisekedi continue de faire l’objet de discussions entre la famille biologique et le gouvernement congolais, les services de sécurités se préparer à contenir une marée humaine jamais vu au Congo.

Le Sphinx de Limeté n’a pas fini d’hanter les nuits des dirigeants congolais. Sa mort leur a donné un énième défi. En effet, pour l’arrivée de la dépouille d’Etienne Tshisekedi, entre 3 à 5 millions de personnes sont attendues dans les rues de Kinshasa pour lui rendre hommage. Une occasion pour les agents sous les ordres du général Kanyama de démontrer leur savoir-faire.

Contacté par Œil d’Afrique, Lambert Mende, le ministre de la communication et porte-parole du gouvernement, tient à rassurer. « Ce n’est pas la première fois que nos forces de police auront à gérer un tel événement. Nous avons eu il y a quelques mois l’arrivée de la dépouille du chanteur Papa Wemba qui avait également drainé une foule conséquente. La police avait su canaliser la population. Notre police est expérimentée. Elle saura remplir sa mission. »

A l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS), on s’inquiète de possibles débordements. Peter Kazadi, conseiller juridique d’Etienne Tshisekedi explique : « Nous avons l’habitude de voir des éléments des partis de la majorité présidentielle et surtout ceux du PPRD infiltrer nos manifestations pour y semer le désordre. De notre côté, aucun membre sérieux peut venir perturber ce moment de recueillement. Bien que nous ayons notre propre service de sécurité, c’est à l’Etat de jouer son rôle, c’est-à-dire la sécurisation des personnes et des biens. »

Ces dernières années la RDC a connu des nombreuses manifestations politiques qui ont causé des pertes en vies humaines. Janvier 2015, septembre et décembre 2016, les manifestations ont compté une trentaine de morts à chaque rendez-vous. La police et l’armée sont pointés du doigt. Les organisations de défenses de droits de l’homme comme le FIDH dénoncent « L’usage d’armes à balles réelles par la police congolaise lors des opérations de maintien de l’ordre. »

Mais pour Lambert Mende, c’est le discours « très irresponsables » des cadres de l’UDPS qui pourrait être mal compris par la population. « Nous sommes au regret de voire la question de l’enterrement de monsieur Etienne Tshisekedi faire l’objet de polémiques. Si la famille ou des amis de l’illustre disparu estiment qu’il mérité la décoration d’héros national, ils doivent en faire la demande officielle auprès des institutions habilitées à prendre une telle décision. Cette décoration est régie par la loi. »

Katumbi le retour

L’ex-gouverneur du Katanga, Moise Katumbi, actuellement en exile en Europe a lui aussi annoncé son retour. Il rentrera avec la dépouille d’Etienne Tshisekedi. L’annonce a été faite à Bruxelles, à la sortie de la messe en hommage au Président de l’UDPS. Une annonce qui a eu pour effet de compliquer encore un peu plus les préparatifs sécuritaires. La popularité de monsieur Katumbi et sa capacité à drainé les foules, associé à un tel événement semble être « une provocation » affirme un membre de la majorité présidentielle.

 « Pour ce qui est du retour de Moïse Katumbi, c’est un non-événement. Il n’a pas le courage d’affronter la justice de son pays et préfère la fuite. Son cas n’a pas encore été résolu. Son retour l’expose aux lois de la République. » dit Lambert Mende.

Selon un conseiller diplomatique français, « Il est très important que la famille et Kinshasa concluent les négociations avant l’arrivée du corps de monsieur Tshisekedi au Congo. Nous sommes très inquiets de la réaction de la population et surtout des éléments non contrôlés qui pourraient perturber l’évènement et plonger le pays dans une situation bien plus précaire. »

La dépouille d’Etienne Tshisekedi rentrera-t-elle au Congo ? Cette question trouvera surement une réponse positive. Mais pour se faire, les différentes parties devront épargner le pays d’un spectacle indigne de nos coutumes et rites bantous.

Roger Musandji Nzanza
© Oeil d’Afrique

Roger Musandji

Roger Musandji

Fondateur de RM COMMUNICATION, société éditrice d'Oeil d'Afrique.


Tags assigned to this article:
Etienne TshisekediRDCudps

Related Articles

RDC : La ferme de Moïse Katumbi perquisitionnée

Alors qu’il est convoqué ce lundi 9 mai par le Parquet général près la Cour d’appel de Lubumbashi afin d’être

53 ans après la mort de son mari: Pauline Opango, veuve de Patrice Lumumba, enterrée à Kinshasa

Pauline Opango a été inhumée lundi 29 décembre au cimetière Nécropole à Nsele à Kinshasa, après 53 ans de veuvage

RDC: Fin de la formation des unités de maintien de l’ordre public

Le projet vise à contribuer à la professionnalisation des éléments, à l’harmonisation des techniques utilisées et au respect strict des droits humains. Les Groupes mobiles

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*