RDC-CIRGL : Dos Santos soutient le dialogue et prévient contre toute velléité de violence

Le chef de l’Etat Angolais, José Edouardo Dos Santos

Le chef de l’Etat Angolais, José Edouardo Dos Santos

Ce mercredi 26 octobre 2016, Luanda capitale de la République d’Angola a abrité un important sommet de la Conférence internationale pour la région des Grands-Lacs qui fait une part belle à la situation qui prévaut actuellement en République Démocratique du Congo.

Ce sommet très attendu se tient à une période très cruciale au regard de la situation d’extrême délicatesse que traverse présentement la République Démocratique du Congo. Le pays qui vient de boucler son fameux dialogue voit l’initiative toujours rejetée par une grande partie de l’opposition qui tout en insistant sur le respect d’une constitution consacrant le départ du Président Kabila arrivé à la fin de son second et dernier mandat, agite en parallèle le spectre d’un coup de force. 

José Eduardo Dos Santos, président en exercice de la CIRGL a analysé la situation. Occasion pour le président angolais d’évoquer l’après dialogue et de prévenir contre toute velléité des violences dans le pays.

« Pas du dialogue pour le dialogue »

Une semaine après la fin officielle du dialogue sanctionné par un accord politique entre parties prenantes, deux tendances ont jailli. D’une part, la série d’entérinement des conclusions du forum et de l’autre celle de leur rejet. Un dilemme qui a fait de Luanda et du sommet de la CIRGL un nouvel arbitre déterminant de la situation. Un rôle que José Eduardo Dos Santos a bien compris. Dans son discours ce mercredi, le président angolais a tiré les choses au clair. « Nous sommes toujours en faveur du dialogue. Pas du dialogue pour le dialogue mais de celui qui préserve et suscite la sagesse et qui conduit à des positions raisonnables et de consensus. »

Visiblement, Dos Santos a pris acte des résolutions sorties de la cité de l’Union africaine. « Les négociations ont culminé avec succès et dans l’intérêt des parties en cause, et ont été promues par l’Union Africaine, l’Agence pour la Politique, la défense et la Sécurité de la SADC et les Etats Membres de la Conférence Internationale pour la Région des Grands-Lacs, sous la médiation de l’ancien Premier Ministre du Togo, son excellence Monsieur Edem Kodjo », a-t-il déclaré avant de renchérir : « La création en RDC d’un gouvernement d’unité nationale et de transition permettra de mettre fin au climat de contestation et de déstabilisation qui a régné ces derniers temps, et de préserver la paix et la stabilité, qui sont des conditions essentielles pour le fonctionnement normal du pays et de ses institutions permettant la participation active et consensuelle de nouveaux acteurs politiques. »

Une mise en garde contre toute violence

On le sait, une grande partie de l’opposition regroupée au sein du Rassemblement est contre ce dialogue. Elle l’a manifesté à maintes reprises en appelant à des mouvements de contestation qui tournent à des scènes des violences. Et la contestation ne faiblit pas, bien au contraire elle grandi davantage à l’approche de la date fatidique du 19 décembre.

Et comme pour calmer les ardeurs, José Eduardo Dos Santos est monté au créneau dénonçant toute initiative dans ce sens : « Pour ceux qui prônent la violence, il est important de savoir que c’est seulement dans un climat de paix et de stabilité, qu’il est possible de réaliser un procès électoral sérieux, honnête et crédible, tant pour les personnes qui vont voter comme pour la communauté internationale qui en sera témoin. » dit-il.

Décidemment, José Eduardo Dos Santos ne soutient aucune initiative tournée vers la violence d’où ce rappel : « les exemples que nous voyons maintenant dans le monde, en particulier au moyen Orient et de l’Afrique sont plus instructifs pour quelconque politicien conscient et honnête que toute rhétorique à cet égard. »

Voilà qui est dit et clairement signifié à l’intention de tous.

© OEIL D’AFRIQUE

Freddy Mulumba

Freddy Mulumba

Journaliste basé à Kinshasa, République Démocratique du Congo


Tags assigned to this article:
AngolaCIRGLDos Santosgrands lacsjoseph kabilaRDC

Related Articles

Immigration: Denis Mukwege dénonce le silence des dirigeants africains

Le gynécologue congolais Denis Mukwege a déploré, lundi dernier, à Rome le silence des dirigeants africains face aux drames de

Sénégal: Wade se prononce sur le cas de son fils

Depuis son voyage en Côte-D’Ivoire, l’ancien chef de l’Etat sénégalais ne s’est pas prononcé sur l’actualité sénégalaise, notamment sur l’arrestation

« L’activité africaine en 5 titres » du 18 juin 2016

Le parquet de Strasbourg requiert deux ans de prison contre Claude Le Roy, sélectionneur du Togo Le parquet de Strasbourg

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*