RDC : Une division interne n’est pas forcément une opposition nationale

Premier Vice-Président de l’Alliance de Base pour l’Action Commune (ABACO), Gaspard-Hubert Lonsi Koko

Premier Vice-Président de l’Alliance de Base pour l’Action Commune (ABACO), Gaspard-Hubert Lonsi Koko

Après l’annonce officielle de la candidature de Moïse Katumbi, l’ancien gouverneur du Katanga, à la présidence de la République Démocratique du Congo, l’Alliance de Base pour l’Action Commune (ABACO) donne son point de vue à travers son premier Vice-Président Gaspard-Hubert Lonsi Koko.

Œil d’Afrique : Quelle est votre réaction par rapport à l’annonce de Moïse Katumbi Chapwe à la présidence de la République Démocratique du Congo ?

Qu’attendez-vous comme réponse de ma part ? Tout Congolais n’est-il pas habilité à être candidat à la présidence de la République, conformément à l’article 72 de la Constitution ? La candidature de monsieur Katumbi a au moins le mérite de confirmer le statu quo du paysage politique et le choix éventuel, le moment venu, à cet effet.

Œil d’Afrique : C’est-à-dire ?

J’ai cru comprendre que monsieur Katumbi était un fervent adepte de la candidature unique de l’opposition. Or, en aucun cas, l’annonce de sa candidature à la présidence de la République n’est le fait de l’adoubement des partis politiques de l’opposition dont il s’est curieusement senti proche après avoir soutenu très longtemps les idées du PPRD. Je constate seulement que la supercherie n’est plus un secret pour personne.

Œil d’Afrique : Pourriez-vous précisé encore plus votre pensée ?

Je suis pourtant explicite.

Œil d’Afrique : Essayer de sortir un peu de cette ambiguïté, qui caractérise le bon Mukongo et l’habile analyste politique que vous êtes…

Sans renier le fait d’être Mukongo par mes deux parents, je me considère avant tout comme un Congolais d’origine mu par la volonté d’apporter à ses compatriotes la dignité et le bonheur auxquels ils aspirent. Au sein de l’Alliance de Base pour l’Action Commune, parti politique dont je suis le premier Vice-Président, nous sommes conscients que la divergence dans la sphère gouvernementale ne confère pas naturellement le label propre à l’appartenance à l’opposition. On est en principe opposant sur des bases idéologiques, et non sur une simple dissidence interne.

Œil d’Afrique : Qualifiez-vous donc Moïse Katumbi comme un membre de la majorité présidentielle et non un opposant ?

En tout cas, la position libérale des partisans de monsieur Katumbi n’ont rien à avoir avec la pensée réellement social-démocrate préconisée par mon parti l’ABACO. La majorité des soutiens de l’ancien gouverneur du Katanga, à commencer par la G7, a constitué une fraction importante de la mouvance gouvernementale. Aucun parti de l’opposition n’ayant été dupe pour croire à la mystérieuse conversion d’anciens kabilistes aux combats de l’opposition, la candidature de monsieur Katumbi reflète tout simplement l’œuvre d’une scission au sein du PPRD qui a poussé les alliés politiques de ce parti à faire le choix entre messieurs Kabila et Katumbi. Une division interne n’est pas forcément une opposition nationale.

Œil d’Afrique : Que compte faire l’ABACO face à cette division, interne soit-elle, dès lors que votre parti est partisan d’un dialogue national préconisé par le président Joseph Kabila ?

L’ABACO est favorable au dialogue pour trouver une voie intelligente, s’agissant du devenir de la République Démocratique du Congo et de la vraie joie de vivre du peuple congolais. Nous ne sommes pas partisans d’une transition incluant les premiers responsables de la crise politique et de l’hécatombe socio-économique auxquelles est confronté le pays. Plus précisément, notre aspiration au dialogue inclusif et républicain ne conditionne pas notre adhésion à un individu, qu’il se réclame de l’opposition ou de la majorité. L’ABACO souhaite une réelle alternative politique, raison pour laquelle notre parti politique privilégie le projet de société susceptible de générer une alliance programmatique.

Œil d’Afrique : Êtes-vous en train de peaufiner, vous-même, une candidature à la présidence de la République, comme l’affirment certaines sources bien informées ?

Encore faut-il qu’il y ait élection présidentielle à la fin de l’année, après que la CENI ait réellement livré un fichier électoral fiable. Mon implication la plus sérieuse consiste à ce que l’ABACO puisse apparaître comme le parti politique ayant le projet le plus cohérent et le plus crédible possible. C’est dans cette optique que nous travaillons en ce moment. En tous cas, la désillusion étant une sottise en politique, nous préférons privilégier le principe qui veut que chaque chose se fasse en son temps. Je renvoie d’ailleurs vos lecteurs à nos 10 propositions pour la RD Congo de demain. « Que nulle n’entre s’il n’est géomètre », pouvait-on lire à l’entrée de l’Académie, l’école fondée à Athènes par Platon.

Propos recueillis par Roger Musandji
© OEIL D’AFRIQUE

 

Roger Musandji

Roger Musandji

Fondateur de RM COMMUNICATION, société éditrice d'Oeil d'Afrique.


Tags assigned to this article:
AbakoMoise KatumbiRDC

Related Articles

RDC: Kabila révoque son ministre du Plan et un conseiller spécial

Le président congolais Joseph Kabila a démis mercredi de leurs fonctions son conseiller spécial en matière de sécurité, Pierre Lumbi

RDC: Ces femmes qui s’enrôlent dans l’armée pour défendre leur pays

Deux décennies de guerre et tentatives de déstabilisation de la République Démocratique du Congo(RDC) n’ont pas réussi à affaiblir le

RDC: nomination d’un nouveau gouvernement resserré, peu politique

Cinq mois après les élections de fin 2011, la RDC a enfin son nouveau gouvernement, nommé samedi par le président Joseph

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*