RDC: Et pourquoi pas Felix?

Felix Tshisekedi, cadre de l'UDPS et membre du Rassemblement de l'opposition en RDC

Felix Tshisekedi, cadre de l’UDPS et membre du Rassemblement de l’opposition en RDC

Depuis la signature de l’accord politique au centre interdiocésain, les regards sont tournés vers le Rassemblement qui a obtenu la désignation du futur Premier Ministre du gouvernement d’union nationale qui sera nommé par le Président Joseph Kabila.

Comme souvent au Congo, il ne manque pas de candidats. Freddy Matungulu, Delly Sesanga, Martin Fayulu, Olivier Kamitatu, Felix Tshisekedi, tous sont sur la ligne de départ. Selon les critères requis pour le poste, ces prétendants ont à différents degrés les arguments pour occuper la fonction.

Pourtant, le profil de Felix Tshisekedi pose problème. Dans la presse, sur les réseaux sociaux, le fils du Président du comité des sages du Rassemblement ne laisse personne indifférent. Deux observations reviennent régulièrement, à savoir, sa filiation avec le futur Président du comité de suivi de l’accord et sa formation initiale qui reste floue.

Si voir Felix Tshisekedi devenir Premier Ministre pose problème c’est avant tout parce qu’il est le fils d‘Etienne Tshisekedi. Autant le combat politique du patriarche est salué par l’ensemble des congolais. Autant son héritage politique reste encore à déterminer. 

Felix Tshisekedi est dans le combat politique depuis son enfance à travers son père. Même dans les rangs de la majorité présidentielle, on le reconnaît.  « Felix, n’a peut-être pas le même niveau de formation que ses concurrents mais Il porte en lui une empreinte indélébile du combat mené par son père. Le Rassemblement semble ignorer que le poste de Premier Ministre est principalement politique avant même la gestion d’une équipe. » explique un cadre de la mouvance présidentielle. 

Les critères retenus pour ce poste sont clairs et risque de barrer l’ascension de celui qui avait été tristement appelé par Jeune Afrique « Maman m’a dit« .

« Diplomate, Patriote et crédible. Compétent, d’une forte personnalité et rassembleur. Avoir une connaissance des grandes questions liées aux dossiers important du pays. Avoir une expertise de gestion suffisante des affaires publiques ou équivalent. Intègre, de probité morale approuvée. » sont les critères proposés par la coalition de l’opposition.

Dans la maîtrise académique des dossiers tel que le laisse entendre les critères présentés à la CENCO, Freddy Matungulu, Olivier Kamitatu et Delly Sesanga sont loin devant Felix Tshisekedi. Mais, la crise que vit le Congo nécessite surtout un profil rassembleur bénéficiant d’un soutien populaire. D’où l’avantage de Felix Tshisekedi qui peut se reposer sur l’UDPS et ses nombreuses fédérations installées dans la quasi-totalité du Congo.

Felix Tshisekedi souffre également de l’image d’un homme au service de son clan. Pis, il serait pour d’autres au service de sa famille biologique. « Le combat de Felix est tout simplement la revanche d’un homme face aux échecs répétés de son père. Il va par cette nomination réussir à gouverner le Congo et prouver que les Tshisekedi méritaient depuis longtemps d’être aux affaires. » nous dit un sympathisant de l’UDPS. Le fossé est encore large pour croire que Felix Tshisekedi n’aurait pas le sens de l’intérêt général. 

En cas de nomination, Félix Tshisekedi se retrouvera donc en train de gérer la transition et son père en sera le contrôleur. C’est aussi une des pilules difficiles à avaler au sein de l’opposition. Eve Bazaiba y a même consacré une formule « On ne pas avoir un fils gestionnaire et un père inspecteur ». Cela peut également constituer un point en défaveur de Félix Tshisekédi.

Cependant, Félix est demeuré l’un des cadres qui est toujours resté aux côtés de son père, impliqué dans des discussions en coulisse, comme lors de la réception au Quai d’Orsay en juillet dernier, ou avec certains dirigeants politiques Africains, Félix Tshisekedi a pris de l’ampleur et balisé son chemin. Avec cette position de proximité politique adoubée à la filiation biologique, le fils d’Etienne Tshisekedi peut logiquement rêver être le choix de son père pour succéder à son ami Samy Badibanga. D’aucuns estiment que Félix Tshisekedi est apte à assumer les fonctions de Premier ministre. C’est ce que soutien Sam Bokolombé de l’UNC qui déclaré à son sujet. « J’ai passé des heures de discussion avec l’homme sur les questions essentielles touchant à la vie nationale et internationale et n’ai relevé aucun déficit intellectuel. Il rebondit avec perspicacité et pertinence sur tous les sujets

Effectivement, le Congo se doit de faire la promotion de l’excellence. De ce fait, il est important de récompenser les plus méritants. Cela passe en premier par ceux qui ont choisi la voie des études. Un choix qui n’exonère pas de l’expertise nécessaire pour occuper des fonctions de haut niveau.

En Afrique et en particulier du Congo, la politique ne doit plus être un tremplin des personnalités sans parcours et sans références. Le message envoyé par un possible nomination de Felix Tshisekedi comme premier ministre aura un double message. La continuité du népotisme pour les contradicteurs et de l’autre côté, on y verra la reconnaissance du courage et la récompense de plusieurs années de combat politique.  Un défi lourd de sens tant les congolais seront plus que jamais attentifs à l’action du prochain gouvernement.

Roger Musandji
Oeil d’Afrique

 

Roger Musandji

Roger Musandji

Fondateur de RM COMMUNICATION, société éditrice d'Oeil d'Afrique.


Tags assigned to this article:
Felix Tshisekedipremier ministreRDCudps

Related Articles

La RTNC : De surprise à l'étonnement puis la déception

IL y a de ses jours ou la technologie et les avancées de la science vous font dire que l’on

Côte d’Ivoire: Deux ans de pouvoir Ouattara, le bilan !

La présidentielle de 2010 en Côte d’Ivoire a servi de prétexte pour l’organisation d’une grande foire à promesses. Soins médicaux gratuits,

RDC: Les trois points qui permettraient de signer un accord de paix à Kampala

Le gouvernement de la République Démocratique du Congo (RDC) via de publier via son ministère des médias, chargé des relations

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*