RDC: le parti de Jean-Pierre Bemba annonce sa participation aux concertations

RDC: le parti de Jean-Pierre Bemba annonce sa participation aux concertations

Le Mouvement de libération du Congo (MLC), deuxième parti d’opposition parlementaire en République démocratique du Congo, a annoncé mardi qu’il participerait aux concertations nationales devant s’ouvrir mercredi, démentant l’intention de les boycotter qui lui était prêtée.

« Nous sommes pour (les concertations nationales). La confusion vient du fait que Jean-Lucien Bussa, un ancien membre du parti, a fait une déclaration allant dans le sens contraire », a déclaré mardi à l’AFP Thomas Luhaka, secrétaire général du parti de Jean-Pierre Bemba, aujourd’hui détenu et jugé à la Cour pénale internationale (CPI).

M. Bussa avait signé samedi au nom du « groupe parlementaire MLC et alliés » une déclaration d’opposants qui rejettent le cadre des concertations. Ils le jugent non conforme aux recommandations de l’ONU et regrettent notamment que les groupes armés qui déstabilisent le pays ne soient pas conviés aux discussions.

Deux députés ont aussi paraphé la déclaration en se disant du « MLC ». « Mais il n’y a pas deux branches du MLC », qui compte 27 députés sur 500, a insisté M. Luhaka. Jean-Lucien Bussa « a été radié après avoir contesté une décision de Jean-Pierre Bemba, et ses actes et déclarations n’engagent plus le parti », a-t-il ajouté.

Le président congolais Joseph Kabila, réélu en 2011 dans des circonstances contestées, avait promis pour début 2013 des concertations pour mettre fin à la crise politique, sociale et sécuritaire.

Fin juin, il a signé une ordonnance précisant qu’elles porteraient sur la gouvernance, l’économie, le désarmement des groupes armés, les conflits communautaires et la décentralisation.

Les échanges doivent durer une quinzaine de jours. Les états-généraux se dérouleront à Kinshasa, la capitale, à Lubumbashi, la deuxième ville du pays et capitale de la province riche et instable du Katanga (sud-est) d’où est originaire M. Kabila, ainsi qu’à Kisangani, la capitale de la Province Orientale (nord-est).

L’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS), parti qui dispose du principal groupe parlementaire, a déclaré qu’il boycotterait le processus. Son chef Etienne Tshisekedi avait rejeté le résultat des élections contestées de novembre 2011, qui ont vu la victoire de Joseph Kabila et des partis qui le soutiennent.

Ancien vice-président de la RDC (de 2003 à 2006), M. Bemba est jugé à La Haye. Il est poursuivi pour des crimes contre l’humanité et des crimes de guerre qu’aurait commis sa milice en 2002-2003 en Centrafrique.

Oeildafrique.com avec l’AFP


Tags assigned to this article:
RDC

Related Articles

Nouveau président à la tête du M23 après la destitution de Runiga

La nouvelle est tombée durant la journée d’hier, plus précisément vers les après-midi, Bertrand Bisimwa devient président du M23 ,

RDC: l’ONU dénonce la diffusion d’une vidéo du meurtre de ses experts

Les Nations unies ont critiqué lundi 24 avril la décision des autorités congolaises de présenter une vidéo montrant ce qu’elles

Sommet des Grands Lacs : La création d’une force neutre au cœur des échanges

Les présidents de la République démocratique du Congo (RDC) et du Rwanda ainsi que les représentants des Etats de la

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*