RDC : l’ONU réduit de 2.000 les effectifs de ses Casques bleus

RDC : l’ONU réduit de 2.000 les effectifs de ses Casques bleus
Casques bleus

Image d’archive|

L’ONU a renouvelé jeudi pour un an le mandat de sa mission en République démocratique du Congo (RDC) et a décidé d’en réduire les effectifs militaires de 10%, sur fond de vives tensions avec Kinshasa sur le sort de cette mission.

Selon une résolution adoptée unanimement jeudi, la Monusco verra ses effectifs réduits de 2.000 hommes sur près de 20.000 soldats autorisés.

La résolution souligne aussi la nécessité de rendre la Monusco plus souple et mobile et plus efficace sur le terrain.

Le Conseil indique son intention de rendre cette réduction d’effectifs permanente dès que des progrès auront été faits dans la démocratisation et la stabilisation du pays et pour réduire la menace des groupes armés actifs dans l’est du pays, en premier lieu les rebelles rwandais des Forces démocratiques de libération du Rwanda (FDLR).

Mais il maintient le plafond autorisé de la force, fixé à 19.815 soldats et 1.400 policiers environ, ce qui lui permettra si besoin de revenir sur sa décision.

Selon des diplomates du Conseil, Kinshasa réclamait le retrait immédiat de 6.000 Casques bleus.

La force est présente depuis 15 ans en RDC et essentiellement déployés dans l’Est, en proie à des conflits depuis plus de 20 ans. C’est une missions les plus importantes et les plus chères déployées par l’ONU.

AFP

AFP

AFP

L’Agence France-Presse (AFP) est une agence de presse mondiale fournissant une information rapide, vérifiée et complète en vidéo, texte, photo, multimédia et infographie sur les événements qui font l’actualité internationale.


Tags assigned to this article:
onuRDC

Related Articles

RDC: La rumeur d’une nouvelle attaque a provoqué un mouvement de panique à Kinshasa

  Un proverbe africain dit que lorsqu’on est mordu une fois par le serpent, on se méfie du ver de

Centrafrique: les ex-présidents Bozizé et Djotodia s’engagent pour la réconciliation

Les ex-présidents centrafricains François Bozizé et Michel Djotodia, longtemps accusés de saper la transition dans leur pays, ont signé mardi

Evaristo Carvalho, élu président de Sao Tomé et Principe

Evaristo Carvalho, le candidat du Premier ministre à Sao Tomé et Principe, a été élu président de ce petit archipel

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*