RDC : Moïse Katumbi, la prison pour gagner des galons d’opposant

Les opposants Moïse Katumbi et Étienne Tshisekedi

Les opposants Moïse Katumbi et Étienne Tshisekedi ont annoncé jeudi leur accord pour l’élection présidentielle à venir. |©DR

En exile depuis bientôt un an, l’ex-gouverneur du Katanga (RDC), Moïse Katumbi a choisi de rentrer au Congo. Un retour qui devrait avoir lieu en même temps que l’arrivée de la dépouille d’Etienne Tshisekedi, encore bloqué en Belgique pour des raisons familiales et politiques.

Après plusieurs annonces non réalisées, cette dernière semble être la bonne. Moïse Katumbi est belle et bien décidé à rentrer au Congo. Il l’a annoncé à Bruxelles, à la sortie de la messe en hommage au Président de l’UDPS. Au-delà de la presse, monsieur Katumbi échange avec ces visiteurs du soir et affirme avec fermeté que l’heure est venu pour lui d’aller faire face à la justice de son pays.

Poursuivi dans une affaire de spoliation d’immeuble, Moise Katumbi a été condamné à trois années de prison et à un million de dollars américains de dommages et intérêts. Une décision de justice dénoncée par les avocats de l’ex-gouverneur qui avaient dénoncé la rapidité de la procédure et fait part de leur intention d’interjeter appel. Et pour des raisons médicales, monsieur Katumbi avait fini par obtenir l’autorisation de quitter les pays afin de se soigner.

La Prison

C’est Francis Kalombo, député national, proche de monsieur Katumbi qui l’affirme. Lors de son passage à la chaîne Télé sud, le député Kalombo insiste. « Monsieur Katumbi va rentrer au Congo. On va l’arrêter mais il va rentrer. » Puis de poursuivre « Même Tshisekedi [Etienne] a fait de la prison. »

Monsieur Kalombo a donc servi ici, la prochaine étape de la campagne de Moïse Katumbi afin de gagner ses galons d’opposant politique. Membre de la majorité présidentielle et proche du Président Joseph Kabila, monsieur Katumbi a fini par s’émanciper et opter pour l’opposition à son mentor et son projet de se maintenir au pourvoir au-delà du mandat constitutionnel.

Entré dans l’opposition par la grande porte grâce à sa fortune, Moïse Katumbi réussi à devenir un proche du leader de l’opposition qu’était Etienne Tshisekedi. En vrai marionnettiste, il dirige en sous-main le G7 et laisse la tête du Rassemblement au Président de l’UDPS.  

Avec la disparition, d’Etienne Tshisekedi, la place du numéro un de l’opposition est en jeu. Bien qu’une certaine presse qualifie l’ancien homme fort de Lubumbashi d’héritier naturel, il lui reste encore des indécis à convaincre. Perçu par ces adversaires comme un « peureux », incapable de descendre dans l’arène comme Tshisekedi a pu le faire face à Mobutu, Katumbi n’a plus le choix que de prendre des risques. Alors pourquoi pas la case prison ?

Après avoir dénoncé le non-respect de la constitution, organisé une campagne de dénonciation du pouvoir de Kinshasa auprès des institutions internationales, connu un procès dont la régularité est contestée, Moïse Katumbi va se mettre en danger au risque de retrouver Diomi Ndongala, Jean-Claude Muyambo, Franc Diongo … à Makala, la prison centrale de Kinshasa.

Roger Musanjdi Nzanza

Roger Musandji

Roger Musandji

Fondateur de RM COMMUNICATION, société éditrice d'Oeil d'Afrique.


Tags assigned to this article:
Etienne TshisekediMoise KatumbiRDC

Related Articles

RDC : l’union Africaine désigne Edem Kodjo facilitateur du dialogue national

L’ancien Premier ministre togolais Edem Kodjo a été nommé jeudi facilitateur du dialogue national en République démocratique du Congo (RDC)

RDC: contre-attaque visant des rebelles ougandais après une nouvelle tuerie dans l’est

Les Casques bleus et l’armée congolaise ont contre-attaqué mardi face aux rebelles ougandais des Forces démocratiques alliées (ADF) accusés d’une

RDC: Goma sous le choc après la mort du colonel Mamadou Ndala

  De nombreux habitants de Goma, capitale de la province du Nord-Kivu, dans l’est de la République démocratique du Congo,

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*