RDC: Samy Badibanga gouvernera t-il le Congo?

Samy Badibanga, nouveau premier ministre de la RD Congo

Samy Badibanga, nouveau premier ministre de la RD Congo

La Cenco et la classe politique ont offert aux Congolais, en guise de cadeau pour la nouvelle année, un accord politique devant permettre à la République Démocratique du Congo de sortir de la crise politique en cours depuis plusieurs années. Des conclusions qui octroient au Rassemblement de l’opposition, mené par Etienne Tshisekedi, la primature. Quid de l’actuel Premier Ministre, Samy Badibanga, et de son gouvernement ?

Nommé après la signature des accords du 18 octobre 2016, le gouvernement de Samy Badibanga, cet ancien conseiller spécial d’Etienne Tshisekedi, a été intronisé par l’Assemblée nationale après avoir approuvé sa feuille de route. Dans la foulé, les nouveaux ministres ont pris leurs fonctions. Mais, au soir du 31 décembre, l’accord signé au centre interdiocésain a de facto rendu le gouvernement Badibanga « démissionnaire » sans avoir fini de poser ces bagages. En effet, l’application de l’accord dit de « Saint Sylvestre » valide la nomination d’un nouveau Premier Ministre issu des rangs du Rassemblement. Un scénario qui a toujours prévalu dans les esprits des sympathisants de l’opposition. Bien que proche de l’UDPS et ami de Félix Tshisekedi, Samy Badibanga paraît aujourd’hui comme un « traître ». Un règlement de comptes devait in fine avoir lieu. Faisant de la primature un objectif primordial, la situation de Badibanga était dès lors menacée.

Démissionnera ou ne démissionnera pas ?

Samy Badibanga se considère comme le chef du gouvernement congolais jusqu’aux prochaines élections. Il est difficile pour cet homme, qui a depuis novembre 2011 permit aux institutions congolaises de fonctionner avec une affiche bi-partisanne, d’accepter un traitement humiliant qui le ferait entrer dans l’histoire par la petite porte. A la tête du groupe parlementaire UDPS et alliés, ayant participé en première ligne aux concertations nationales lors du dialogue national, Samy Badibanga a été ces cinq dernières années un allié inconscient du Président Joseph Kabila.

Se sentant menacés, le Premier ministre et ses alliés signataires des accords de la cité de l’OUA ont dénoncé l’accord de la CENCO et refusé de le signer. Un moyen de le rendre non inclusif.

La volonté de Joseph Kabila

Le gouvernement congolais peut-il être démissionné par le Président de la République ? Selon le premier alinéa de l’article 78 de la Constitution, « le Président de la République nomme le Premier ministre au sein de la majorité parlementaire après consultation de celle-ci. Il met fin à ses fonctions sur présentation par celui-ci de la démission du Gouvernement. » Or, le fait pour Samy Badibanga de ne pas appartenir constitutionnellement à la majorité présidentielle n’a pas empêché sa nomination à la primature, l’objectif ayant consisté à consolider la cohésion nationale au détriment d’une crise institutionnelle sans précédent.

Partant de ce postulat, deux solutions sont possibles. Primo, à l’issue de l’accord de la Saint Sylvestre, rien n’empêche le Président de la République, conformément au deuxième alinéa de l’article 78 de la Constitution, de confier « une mission d’information à une personnalité en vue d’identifier une coalition » susceptible de conduire le gouvernement. Secundo, le Président de la République peut au Parlement aussi demander au Parlement de désavouer le gouvernement de Samy Badibanga pour des raisons relatives à la cohésion nationale et à la sortie de crise politique. Dans ce cas, la majorité parlementaire, qui plus est signataire de l’accord de la Saint Sylvestre, et les parlementaires membres du Rassemblement finiront par sceller un pacte tacite, s’apparentant à une nouvelle majorité politique, qui viendra à bout du Premier ministre et de son gouvernement.

Ironie du sort, kabilistes, katumbistes et tshisekistes seront contraints de se coaliser pour faire partir Samy Badibanga. Ce dernier réussira au moins à lever le voile sur des alliances officiellement incompatibles mais officieusement correctes.

ROGER MUSANDJI
ŒIL D’AFRIQUE

 

Roger Musandji

Roger Musandji

Fondateur de RM COMMUNICATION, société éditrice d'Oeil d'Afrique.


Tags assigned to this article:
politiqueRDC

Related Articles

La RD du Congo se lance dans la «conquête spatiale»!

ARVE Error: id and provider shortcodes attributes are mandatory for old shortcodes. It is recommended to switch to new shortcodes

RDC : l’UDPS prête à participer au dialogue proposé par Kabila

L’UDPS, formation d’opposition historique en République démocratique du Congo, a fait savoir jeudi qu’elle était prête à participer au dialogue

Crise ivoirienne: début d’une opération d’exhumation des restes de victimes

Le gouvernement ivoirien a lancé une opération d’exhumation des restes de victimes « pour permettre aux familles de faire leur deuil

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*