RDC : six Casques bleus arrêtés en possession d’uniformes congolais

RDC : six Casques bleus arrêtés en possession d’uniformes congolais

Image d'archive:Trois Casques bleus et un Congolais ont été arrêtés mercredi après-midi à Goma, dans l'Est de la République démocratique du Congo, pour détention illégale d'uniformes de l'armée congolaise

Image d’archive:Trois Casques bleus et un Congolais ont été arrêtés mercredi après-midi à Goma, dans l’Est de la République démocratique du Congo, pour détention illégale d’uniformes de l’armée congolaise

Six Casques bleus et un Congolais ont été arrêtés mercredi après-midi à Goma, dans l’Est de la République démocratique du Congo, pour détention illégale d’uniformes de l’armée congolaise, a-t-on appris de sources concordantes.

Cette affaire potentiellement embarrassante pour la Mission de l’ONU au Congo (Monusco) survient alors que le Conseil de sécurité des Nations unies vient de rappeler sa volonté de la voir agir de concert avec les autorités congolaises pour neutraliser par la force deux groupes armés étrangers présents dans l’Est du pays.

Selon plusieurs diplomates et experts, la perspective d’offensives militaires contre ces rebelles hutu rwandais des Forces démocratiques de libération du Rwanda (FDLR) et ougandais des Forces démocratiques alliées (ADF) suscite de fortes réticences au sein de l’armée congolaise.

Six Ukrainiens membres de l’aviation de la Monusco ont été arrêtés par les services de la sécurité militaire congolaise à Goma, où ils sont détenus sous l’accusation de possession d’uniformes congolais, a déclaré à l’AFP Charles-Antoine Bambara, porte-parole de la Mission onusienne.

Les six Ukrainiens ont été arrêtés après avoir quitté l’aéroport dans un bus Monusco […] avec le fournisseur de la marchandise, un Congolais, a affirmé à l’AFP le lieutenant-colonel Olivier Hamuli, de la cellule de communication des Forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC).

Six tenues neuves de la Garde républicaine [unité chargée de la sécurité du président congolais Joseph Kabila, NDLR] ont été découvertes dans leur minibus, a déclaré de son côté le général de brigade Emmanuel Lombe, commandant de la région militaire qui couvre le Nord-Kivu, la province dont Goma est la capitale.

Ils ont dit qu’ils comptaient les utiliser chez eux pour la chasse après la fin de leur mission, a-t-il ajouté.

La Monusco coopérera pleinement avec les autorités congolaises pour clarifier les faits, a déclaré M. Bambara, souhaitant que les six Casques bleus sous les verrous bénéficient de la présomption d’innocence, tout en affirmant que la Mission avait une politique de tolérance zéro vis-à-vis de toute mauvaise conduite de son personnel.

Face aux réactions qu’a suscité l’arrestation des six hommes localement et alors que les réseaux sociaux s’emballent avec certains messages allant jusqu’à dire que les Ukrainiens s’apprêtaient à livrer les uniformes congolais aux ADF, M. Bambara a appelé au calme la population de Goma.

L’arrestation des Casques bleus a eu lieu alors que la sécurité se détériore dans l’ensemble du Nord-Kivu, tout particulièrement dans le Nord de ce territoire, dans la région de Beni, où plus de 200 personnes ont été tuées en moins de deux mois dans des massacres à l’arme blanche attribués aux ADF.

Un spécialiste du Nord-Kivu tenu au devoir de réserve n’a pas exclu que les six Ukrainiens aient pu tomber dans une sorte de piège. Selon une source proche du dossier, leur minibus aurait été arrêté très rapidement après qu’ils eurent fait monter à bord un Congolais, apparemment connu de l’un d’eux, et en possession des tenues militaires.

Mardi, le Conseil de sécurité de l’ONU a condamné dans les termes les plus forts les massacres de civils dans la région de Beni, estimant de la plus haute importance que le gouvernement de Kinshasa redouble d’efforts pour protéger les civils.

Après l’attaque nocturne ayant visé un patrouille de policiers onusiens le 19 novembre, le Conseil a appelé toutes les parties à coopérer pleinement avec la Monusco, soulignant que toute tentative pour affaiblir la capacité de la Monusco à accomplir son mandat ne (serait) pas tolérée.

La Monusco compte quelque 20.000 hommes, essentiellement déployés dans l’Est de la RDC, ravagé par les conflits depuis plus de vingt ans et où sévissent encore plusieurs dizaines de groupes armés locaux et étrangers.

AFP

AFP

AFP

L’Agence France-Presse (AFP) est une agence de presse mondiale fournissant une information rapide, vérifiée et complète en vidéo, texte, photo, multimédia et infographie sur les événements qui font l’actualité internationale.


Tags assigned to this article:
Casques bleusRDC

Related Articles

Centrafrique: les rebelles demandent à Bangui de déposer les armes

La coalition rebelle du Séléka, aux portes de la capitale centrafricaine, a demandé au pouvoir mercredi de déposer les armes,

RDC: l’ONU crée une force d’intervention rapide pour combattre les rebelles

Le Conseil de sécurité des Nations unies a adopté jeudi une résolution qui renforce la Mission de l’ONU en République

RCA : Samba-Panza à Kinshasha pour parler Femme au forum de l’OIF et Sécurité avec Joseph Kabila

Catherine Samba-Panza s’est envolée ce samedi avec une forte délégation centrafricaine, pour Kinshasa en République Démocratique du Congo (RDC). La

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*