RDC: y a-t-il un pilote au ministère des Congolais de l’étranger ?

Emmanuel Ilunga, Ministre délégue en charge des congolais de l'étranger

Emmanuel Ilunga, Ministre délégué en charge des congolais de l’étranger

Après plusieurs années d’absence, les congolais de l’étranger ont de nouveau un ministère qui leur est dédié. D’abord comme un vice-ministère en 2015, ensuite il devient un ministère délégué en 2017. Une valuation qui devrait permettre d’agir et d’élargir le Champs d’actions.

Le ministère des congolais de l’étranger semble loin des préoccupations de ses administrés. Avec une population divisée mais surtout dominée par les opposants au pouvoir de Kinshasa, la mission de ce ministère semble quasi impossible.

Y a-t-il un pilote ?

Nommé vice-ministre des congolais de l’étranger dans le gouvernement Badibanga, Emmanuel Ilunga, membre actif de l’opposition congolaise basée à Paris, a été reconduit à la tête du ministère de la diaspora lors de la nomination de Bruno Tshibala. Devenu ministre délégué, monsieur Ilunga a désormais un ministère à part entière.

Plusieurs fois annoncées, la rencontre-débat entre l’autorité et ses administrés n’a toujours pas eu lieu. Ni les ressortissants congolais expatriés en Afrique, Ni ceux installés en Europe et aux américains n’ont pu échanger avec lui. Une frange de l’opposition congolaise basée en occident refuse toutes tenus de meeting des autorités de la RDC. Une difficulté que le ministre Emmanuel Ilunga n’a pour l’heure pas su résoudre.

6 mois en fonction et quels résultats ?

Représenter les congolais de l’étranger est un pari risqué tant les attentes sont nombreuses. La double nationalité, le droit de vote, le prix des passeports, le visa pour les congolais d’origines, le retour au pays, les droits de douane, les combattants, les étudiants congolais à l’étranger… tant de dossiers qui sont sur la table du ministre et qui n’ont toujours pas trouvé de réponses.

Aucun décret, aucune loi vient en soutien aux travaux du ministère des congolais de l’étranger. Le prix du passeport est un sujet sensible tant le partage de la manne atteint les hautes autorités du pays. Le sujet de la double nationalité est également un dossier à risque car elle nécessite une modification de la constitution. Depuis janvier 2015 et la tentative de la modification de la loi électorale, les congolais veillent à ce que rien ne bouge jusqu’à la transition du pouvoir.

Les combattants

C’est l’autre visage de l’opposition congolaise en dehors du pays. Depuis dix ans, un groupe nommé « les combattants » agit pour la défense de la République Démocratique du Congo et dénoncent « son occupation par des éléments étrangers venant principalement du Rwanda. » Pour se faire, ils ont choisi la manière forte. Ils traquent, parfois avec violence les autorités congolaises. Mais leur dernières victimes en date restent les musiciens à qui ils ont interdit d’organiser des concerts en occident « pour avoir soutenu le pouvoir de Joseph Kabila et refuser de se mettre du côté des opprimés. »

Aucun commentaire, aucune réaction en provenance du dit ministère, alors que pour certains, il s’agit de l’autorité sur qui il faudra se reposer afin de trouver une solution apaise à ce différend.

Au soir de l’annulation du concert de Fally Ipupa le 22 juin à la Cigale et suivi de celui d’Heritier Watanabe le 15 juillet à l’Olympia, les voix s’élèvent pour dénoncer le silence du ministre. « Que fait le ministre des congolais de l’étranger? Aujourd’hui dans les rues de Paris, la diaspora brûle des véhicules pour empêcher un concert. Comment expliquer l’inaction d’un ministre qui devrait être un trait d’union entre ces populations? »

Il est à s’interroger sur le mutisme des gouvernants congolais sur le quotidien de la diaspora. Une entrée au gouvernement vous rende t-il taiseux comme l’est le président congolais Joseph Kabila?

Roger Musandji
Oeil d’Afrique

Roger Musandji

Roger Musandji

Fondateur de RM COMMUNICATION, société éditrice d'Oeil d'Afrique.



Related Articles

John Kerry à Kinshasa: Réactions des leaders politique de la diaspora congolaise

Le secrétaire d’Etats américain John Kerry était porteur d’un message du président Barack Obama pour son homologue congolais, Joseph Kabila.

Au grand marché de Kinshasa, « même le prix du piment a augmenté »

« Ici, les prix ont vraiment grimpé depuis cette affaire du taux de change qui augmente chaque jour », remarque Sandra Umba

Viols en RDC : « Ils cherchent de l’or dans nos vagins »

Par Valérie Dupont | Journaliste |RUE 89 En République démocratique du Congo, « les viols massifs se déroulent dans des villages près des zones

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*