Sénégal : La Cour d’Appel décide de l’extradition de Toumba Diakité vers la Guinée

Le militaire guinéen Aboubacar Diakite, l’ancien aide de camp de Moussa Dadis Camara, au tribunal de Dakar le 10 janvier 2017.© SEYLLOU / AFP

Arrêté le 15 décembre dernier à Dakar au terme de 7 ans de cavale, Toumba Diakité qui a demandé à ne pas être extradé vers son pays, la Guinée Conakry n’aura pas gain de cause. Il devra répondre de ses actes devant la justice guinéenne, lui qui compterait parmi les responsables des massacres du Stade de Conakry de Septembre 2009. La Cour d’appel du Sénégal a accepté mardi la demande d’extradition introduite par le gouvernement guinéen.

L’ancien aide de camp du Capitaine Moussa Dadis Camara, Chef de la junte militaire en Guinée Conakry ne bénéficiera plus de la protection du Sénégal. Il sera finalement extradé vers son pays pour être écouté dans l’affaire des massacres du Stade de Conakry de 2009. C’est la décision prise mardi par les juges de la Cour d’appel de Dakar.

Aboubacar Diakité, surnommé Toumba Diakité avait pourtant demandé à ne pas être extradé. Devant le procureur de la Cour, il avait indiqué qu’il craignait pour sa sécurité. Mais sa demande n’a pas été entendue.

La chambre d’accusation a accepté la demande d’extradition du gouvernement guinéen après de courtes délibérations.

En fuite depuis décembre 2009, le Commandant Diakité avait tiré et blessé grièvement le chef de la junte militaire, Dadis Camara dont il était l’Aide de camp du capitaine.

Son avocat avait indiqué qu’il souhaite des autorités sénégalaises la possibilité de s’établir à Dakar, en attendant que probablement les personnes avec qui il doit être jugé soient également arrêtées et représentées.

Une extradition nécessaire pour la manifestation de la vérité

Depuis l’arrestation de Toumba Diakité, les autorités guinéennes et sénégalaises n’ont cessé de communiquer. L’installation d’une commission rogatoire avait été évoquée pour faire venir des juges guinéens pour interroger Toumba Diakité dans sa cellule du Camp pénal à Dakar. Mais l’option d’une extradition, moins coûteuse, sera finalement arrêtée avec la demande introduite par le gouvernement guinéen.

Ce qui est à l’avantage de Cheick Sako, le ministre guinéen de la Justice qui avait promis d’ouvrir un procès en 2017 et de traduire tous les auteurs présumés devant la justice.

Selon les autorités guinéennes, l’extradition d’Aboubacar Sidiki s’avère nécessaire au vu de sa position lors des évènements de septembre 2009.

Chef de l’unité d’élite de la garde présidentielle à l’époque, son témoignage est indispensable pour la manifestation de la vérité dans le procès du massacre du Stade de Conakry. Il est question d’éclairer les circonstances de la sanglante répression de Conakry et de situer les responsabilités.

Les bérets rouges sont accusés d’être responsables du massacre de 157 civils et du viol de plus de 100 femmes dans le stade de Conakry le 28 septembre 2009.

©OEILDAFRIQUE


Tags assigned to this article:
sénégalToumba Diakité

Related Articles

Burkina Faso : Les dissidents du parti au pouvoir en congrès pour redynamiser leur MPP

Les dissidents du Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP, pouvoir) tiennent depuis samedi le congrès constitutif de leur

Présidentielle 2020 : Bédié, ex-chef d’Etat ivoirien, « n’est pas candidat »

L’ancien chef de l’Etat ivoirien, Henri Konan Bédié, leader du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (Pdci), un grand allié au

Côte d’Ivoire : Ouattara s’insurge contre la CPI sur le transfèrement de criminels

Alassane Ouattara se veut clair vis-à-vis de la Cour pénale internationale (CPI). Pour lui, il n’y aura plus de transfèrement

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*