Sénégal: des activistes remettent en cause le français dans l’administration

Sénégal: des activistes remettent en cause le français dans l’administration

 

La ville de Dakar |Archives

La ville de Dakar |Archives

Le français ne doit plus être la langue dans l’administration des pays africains francophones, ont indiqué, lundi à Dakar des activistes sénégalais, membres du Front patriotique pour le salut (FPS).

Les activistes, parmi eux des universitaires, ont manifesté avant l’ouverture officielle du XVe sommet de la Francophonie qui s’est déroulé les 29 et 30 novembre 2014, loin du centre ville de Dakar. Il s’agissait pour eux de montrer leur refus d’adhérer à la Francophonie. Les activités prévoyaient de dérouler en même temps que celles du sommet, mais qui ont été interdites par la police.

«Nous exigeons que se posent les questions politiques sous-jacentes au développement de l’Afrique qui passe avant tout par la souveraineté. Pour ce faire, il faut immédiatement mettre fin au statut inadmissible de la langue française comme langue officielle exclusive dans les pays dits francophones et ériger les langues africaines en langues de travail constitutionnellement reconnues», a dit Docteur Dialo Diop, un des membres du FPS. Avant d’ajouter: «Jamais l’on a vu,  dans l’histoire de l’humanité, un pays connaître des progrès significatifs dans une langue ignorée de la majorité de ses habitants. La langue française crée un fossé insurmontable entre les élites et la masse car parlée par une infime minorité dominante».

Selon Cheikhouna Keïta, ex-commissaire de police, «les Etats africains doivent unir leurs forces pour mettre fin à cette forme de colonisation», matérialisée par  l’usage de la langue française.

Baba Mballo
© OEIL D’AFRIQUE

Baba Mballo

Baba Mballo

Journaliste à oeil d'Afrique, basé à Dakar (Sénégal)


Tags assigned to this article:
Francophiniesénégal

Related Articles

De Youssou Ndour aux occidentaux : « Arrêtez de nous commander et respectez-nous en tant que pays souverain !»

Le ministre conseiller du président du Sénégal, Youssou Ndour ne mache pas ses mots. Le célèbre artiste et homme politique

Boko Haram: 800 soldats béninois vont rejoindre la force d’intervention multinationale

Boni Yayi, le chef de l’Etat béninois a annoncé durant le week-end dernier, en marge de la célébration de la

Inauguration de l’autoroute à péage : le Sénégal sur la voie rapide

La BAD demeure un acteur clé dans le développement intégré des infrastructures au Sénégal. La preuve, avec la nouvelle autoroute

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*