Sénégal: Hissène Habré présenté avant son procès au tribunal spécial

Sénégal: Hissène Habré présenté avant son procès au tribunal spécial
L'ex-président tchadien Hissène Habré à sa sortie du tribunal de Dakar, le 3 juin 2015

L’ex-président tchadien Hissène Habré à sa sortie du tribunal de Dakar, le 3 juin 2015|AFP

L’ex-président tchadien Hissène Habré a été présenté mercredi à Dakar au tribunal spécial devant le juger, pour un « interrogatoire d’identité », mais, selon son avocat, il a refusé de parler devant cette juridiction qu’il ne « reconnaît pas ».

M. Habré, poursuivi pour « crimes contre l’humanité, crimes de guerre et crimes de torture », a été convoqué par les Chambres africaines extraordinaires (CAE, tribunal spécial) pour cet « interrogatoire, une formalité administrative », avant son procès devant démarrer le 20 juillet à Dakar, a affirmé un responsable de cette juridiction.

L’ex-président tchadien, vêtu d’un boubou blanc et coiffé d’un turban, n’a pas fait de déclaration à sa sortie du tribunal.

Il a salué de la main une dizaine de proches et sympathisants, qui l’ont acclamé, puis il est monté dans une voiture banalisée qui a pris la direction de la prison, en bordure de mer, dans le centre-ville de Dakar.

L’interrogatoire « a duré vingt minutes », M. Habré « est resté silencieux. Il n’a répondu à aucune des cinq questions qui lui ont été posées », a affirmé Me Ibrahima Diawara, un de ses avocats.

« Il n’y a pas lieu de participer à ce qui n’est pas un procès. M. Habré ne reconnaît ni la légalité ni la légitimité des Chambres africaines extraordinaires« , a-t-il poursuivi.

Le tribunal spécial a été créé par l’Union africaine (UA) à la suite d’un accord avec le Sénégal signé en décembre 2012.

Il est présidé par le Burkinabè Gberdao Gustave Kam, assisté de trois juges sénégalais: Amady Diouf et Moustapha Ba, assesseurs titulaires, ainsi que Pape Ousmane Diallo, assesseur suppléant.

Hissène Habré a dirigé le Tchad de 1982 à 1990, date à laquelle il a été renversé par l’actuel président Idriss Deby Itno. Depuis sa chute, il vit en exil au Sénégal.

Il a été arrêté le 30 juin 2013 à Dakar puis inculpé le 2 juillet 2013 par le tribunal spécial et placé en détention préventive.

En février, à l’issue de 19 mois d’instruction, il a été renvoyé devant la cour d’assises des CAE, les magistrats instructeurs concluant qu’il y avait suffisamment de preuves pour le juger pour les chefs d’inculpation retenu à son encontre.

AFP

AFP

AFP

L’Agence France-Presse (AFP) est une agence de presse mondiale fournissant une information rapide, vérifiée et complète en vidéo, texte, photo, multimédia et infographie sur les événements qui font l’actualité internationale.


Tags assigned to this article:
justiceprocèssénégalTchadUA

Related Articles

Côte d’Ivoire: La liste de 15 membres de la nouvelle CEI entérinée, sans le FPI et ses alliés

Lors de sa réunion du Conseil des ministres mercredi, le gouvernement ivoirien a entérinée la liste de 15 membres sur

Trafic d’armes: Le Sénégal traîne le pas pour sa ratification

Les organisations de la société civile africaine se mobilisent pour faire ratifier le traité sur le commerce des armes à

Dakar: Un millier de manifestants pro palestiniens défilent dans les rues

Plusieurs personnes ont manifesté, après la grande prière du vendredi, dans les rues de Dakar, la capitale sénégalaise pour soutenir

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*