Sénégal : L’affaire de la pêche illégale prend fin avec le payement de 914.000 euros par la Russie

Sénégal : L’affaire de la pêche illégale prend fin avec le payement de 914.000 euros par la Russie

Le Sénégal veut saisir un bateau russe arraisonné pour pêche illégale

Le navire russe « Oleg Naydenov » est amarré dans le port de Dakar, le 5 janvier 2014 / AFP

Le 4 janvier dernier, le navire russe, Oleg Neydanov avait été arraisonné dans les eaux sénégalaises vers la frontière avec la Guinée-Bissau et escorté par l’armée jusqu’au port de Dakar où il avait été placé sous séquestre dans une zone militaire. Ce contentieux, connu sous le nom de « l’affaire dite Oleg Neydanov », du nom du bateau russe de 120 m de long a provoqué de tensions entre Moscou et Dakar.

Les acteurs de la pêche sénégalaise ont soutenu leurs autorités dans cette décision parce que la pêche est un secteur important pourvoyeur de recettes au Sénégal et qui occupe dans le pays près de 600.000 personnes. Mais selon la Marine sénégalaise, Oleg Neydanov a finalement quitté le port de Dakar mercredi soir, à la suite d’une notification officielle. Cette mainlevée a fait suite à un accord auquel sont parvenu le Sénégal et la Russie.

Après trois semaines passées sous séquestre le navire industriel russe qui arraisonné par le Sénégal pour question de pêche illégale a finalement quitté le port de Dakar. Pour laisser le fameux bateau partir, le Sénégal a obtenu la somme de plus de 914.000 euros par l’armateur du navire, soit environ un million de dollars. La Russie parle d’une caution mais les autorités sénégalaises, il s’agit d’une amende versée dans les caisses du Trésor public au titre de l’Oleg Neydanov et d’un autre bateau russe en fuite, le Kapitan Bogomolov, également accusé de pêche illégale au Sénégal.

Le ministre sénégalais de la Pêche, Haïdar El-Ali, a indiqué que l’affaire illustre la volonté ferme du gouvernement sénégalais de faire respecter son droit dans son espace maritime. Ce jeudi, le ministère russe des Affaires étrangères s’est déclaré reconnaissant envers des amis étrangers qui ont pris part au règlement de la situation. « Nous espérons à Moscou que nos partenaires sénégalais ne laisseront pas se reproduire de tels cas concernant des marins russes et règleront les différends éventuels dans le respect du droit international », a-t-il dit. 62 Russes et 20 Bissau-Guinéens seraient à bord du navire lorsqu’il a été arraisonné.

Quant à l’argent versé, l’Agence fédérale russe de la pêche a souligné que le montant versé par l’armateur, était une cautio qui a vocation à être restituée dans le cas où l’arraisonnement du chalutier est reconnu illégal. Tout compte fait, les deux parties saluent le dénouement heureux de la crise. Pour le Sénégal c’est le résultat de la bonne gouvernance dans la gestion des ressources halieutiques. Les acteurs sénégalais du monde de la pêche, dont des pêcheurs artisanaux, des mareyeurs et des femmes transformatrices de poissons, ont ces derniers jours réitéré leurs félicitations aux autorités sénégalaises.

Cet incident montre la détermination de Dakar à durcir le ton contre les bateaux pirates. Pour le ministre El-Ali de la Pêche, la pêche illégale met en danger la sécurité alimentaire de son pays. La pêche a contribué en 2011 pour près de 12,5% aux recettes d’exportation du Sénégal. Elle occupe 17% de la population active, soit près de 600.000 personnes.

Didier Assogba
Oeildafrique.com


Tags assigned to this article:
russiesénégal

Related Articles

Afrique de l’Ouest : 20.000 milliards de FCFA « pour régler le problème » de l’énergie

Les investissements nécessaires pour « régler le problème » du grand manque d’énergie en Afrique de l’Ouest sont estimés à 20.000 milliards

La Mauritanie rompt ses relations diplomatiques avec le Qatar

La Mauritanie a rompu ses relations diplomatiques avec le Qatar, accusé par les autres pays de la péninsule arabique et

Niger : Issoufou optimiste pour une victoire contre Boko Haram

Mahamadou Issoufou, le Président nigérien a effectué samedi une visite à Diffa (sud-est), frontalière du Nigeria. Cette localité est la

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*