Sénégal: Macky Sall, grand perdant des élections locales

Sénégal: Macky Sall, grand perdant des élections locales

Macky Sall

Le président sénégalais, Macky Sall

Déroute pour le parti présidentiel au Sénégal: la quasi-totalité des têtes d’affiche de la mouvance présidentielle ont été battus à Dakar  et dans de nombreuses grandes villes lors des élections locales organisées dimanche 29 juin au Sénégal.

L’Alliance pour la République du président Macky Sall (APR) est dans ses petits souliers. L’un des plus grands perdants aux élections locales du dimanche 29 juin est certainement la mouvance présidentielle. Dans la plupart des villes, l’APR a perdu du terrain, ses ministres battus et la coalition Benno Bokk Yakaar qui a porté Macky Sall au pouvoir en mars 2012, a volé en éclat.

C’est à Dakar, précisément dans la commune de Grand Yoff que se manifeste le fiasco au sommet du parti présidentiel, avec la défaite dans son propre bureau de vote, du Premier ministre Aminata Touré. Son bourreau s’appelle Khalifa Sall, maire socialiste sortant de Dakar. Dans les dix-neuf communes de la capitale, la liste Taxawu Dakar que le socialiste a montée, a barré la route aux appétits du camp présidentiel.  Cette victoire met en orbite Khalifa Sall vers  la présidentielle de 2017 ou 2019. Mais, tout dépendra du Parti socialiste qui doit afficher une position claire vis-à-vis de l’APR..  

Aux Parcelles Assainies (banlieue de Dakar), l’ancien ministre de l’Intérieur, Mbaye Ndiaye, par ailleurs responsable des structures de l’APR, a mordu la poussière face au candidat de la liste Taxawu Dakar. A la Médina (commune de la capitale), le porte-parole du gouvernement, Seydou Guèye est impuissant face au maire sortant, Bamba Fall.

A Ziguinchor (Sud), deux ministres à savoir Benoît Sambou (Jeunesse) et Haïdar El Ali (Pêche) ont piqué le nez devant l’opposant Abdoulaye Baldé de l’Union centriste du Sénégal, maire sortant. A Bignona (sud), l’ancien ministre, Mamadou Lamine Keïta conserve son fauteuil de maire devant la coalition présidentielle Benno Bokk Yaakaar.

Le ministre de la Bonne gouvernance Abdoulatif Coulibaly s’incline à Sokone et à Saint-Louis, son collègue de la Communication et de l’Économie numérique, Cheikh Bamba Dièye a perdu la bataille de la mairie qu’il dirigeait depuis 2009. Dans cette vieille ville, le camp présidentiel semble faire les frais d’une division au sein de l’APR, avec notamment les candidatures du beau-frère de Macky Sall et d’Alioune Badara Cissé, ancien ministre des Affaires étrangères, également pro-Macky. Tous ont vu Ahmeth Fall Braya, candidat du Parti démocratique sénégalais (PDS, opposition) leur ravir la mairie. La socialiste Aissata Tall Sall parvient à conserver son fauteuil de maire de Podor (Nord) grâce à une différence d’une dizaine de voix devant l’alliance contre nature APR-PDS.

Dans la commune de Fatick où a voté Macky Sall, l’honneur de l’APR a été sauvé, de même que Kolda et Kaolack où respectivement le ministre Abdoulaye Bibi Baldé (Plan) et Mariama Sarr, ancienne ministre ont dirigé les listes du camp présidentiel. A Guédiawaye (banlieue de Dakar), au nom du soutien de l’Alliance des forces du progrès (AFP), le jeune frère du chef de l’Etat, Aliou Sall, s’impose, malgré les contestations de l’APR pour son parachutage dans la commune.

Malgré un taux de participation faible (37%), les enseignements à tirer de ces élections signifient que les Sénégalais ont adressé un message fort à Macky Sall. Ils le désavouent sur sa gestion hésitante du pouvoir, à l’influence des membres de sa famille sur la décision dans certaines affaires de l’Etat. Il faut rappeler qu’aux municipales de 2009, les Sénégalais avaient fait le même constat pour sanctionner Abdoulaye Wade, en votant contre son parti, le PDS. Ce qui avait été perçu comme la première étape vers sa chute en 2012. 

Pendant la campagne, le président Macky Sall avait déclaré que ces élections locales n’avaient d’enjeux que locaux. On s’est rendu compte, donc, que beaucoup de ministres n’avaient pas de base politique dans leurs localités respectives et l’opposition a repris du poil de la bête face à une APR et Benno Bokk Yakaar quasiment en éclat.  Macky Sall avait déclaré que les ministres et directeurs généraux qui perdent dans leurs localités, vont être sanctionnés. Va-t-il tenir promesse ? En tous cas, le ministre de la Communication, Cheikh Bamba Dièye battu à Saint-Louis, n’a pas attendu le chef de l’Etat pour abandonner le navire gouvernemental. Il a démissionné, lundi, de son poste de ministre.

Sur la base des résultats des élections locales, un remaniement ministériel ne ferait qu’envoyer les perdants du camp présidentiel à l’échafaud.

Baba Mballo
Dakar – Oeildafrique.com

 

Baba Mballo

Baba Mballo

Journaliste à oeil d'Afrique, basé à Dakar (Sénégal)


Tags assigned to this article:
éléctionmacky sallsénégal

Related Articles

Egypte: Badie arrêté, Moubarak en voie d’être libéré, l’armée se dévoile

Deux faits majeurs ont marqué la journée d’hier en Egypte : l’arrestation de Mohamed Badie, guide suprême des Frères musulmans

CAN-2019: 1ère journée de la phase de groupes des éliminatoires

La CAN-2019 au Cameroun, c’est maintenant: les qualifications débutent ce week-end, de vendredi à dimanche, avec notamment un Algérie-Togo et

L’Afrique de l’Ouest se prépare à l’arrivée du numérique

Les pays de l’Afrique de l’Ouest se préparent au passage imminent de l’analogique au numérique en 2015. Ainsi, pour peaufiner

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*