Sénégal: Macky Sall veut mettre de l’ordre dans son parti

Sénégal: Macky Sall veut mettre de l’ordre dans son parti

Macky Sall veut faire taire les divergences au sein de son. Le président sénégalais est arrivé au pouvoir en avril 2012 grâce à la coalition Benno Bokk Yakaar, dans laquelle figurent notamment Moustapha Niasse, Ousmane Tanor Dieng ou encore Idrissa Seck. Aujourd’hui, Macky Sall veut mettre les choses au clair au sein de sa coalition d’origine, Macky 2012, qui ces derniers temps, s’en prend aux partis alliés, risquant ainsi de fragiliser l’unité de son alliance gouvernementale.

« Je mettrai bientôt fin à la récréation au sein du parti », a déclaré Macky Sall d’un ton ferme. « Ce n’est pas acceptable, a-t-il poursuivi, que certaines positions soient prises à l’encontre de nos alliés, à qui on doit du respect ».

Cette mise en garde vise à freiner les ardeurs des militants de la coalition Macky 2012, qui en fin de semaine dernière, ont demandé aux leaders de Benno Bokk Yakaar de « surseoir à leurs ambitions électoralistes individuelles pour une période de dix ans ».

Quelques nuances en interne

Dans la grande coalition qui a soutenu Macky Sall au second tour de l’élection présidentielle de 2012, cette mise au point vient clore « un faux débat » selon les mots d’un parti allié à Macky Sall. Mais en interne, on peut sentir quelques nuances. Le Parti socialiste encourage le gouvernement à faire un véritable état des lieux sur le plan économique. Il y a quelques mois déjà, concernant la baisse des prix des denrées, Ousmane Tanor Dieng avait rappelé qu’il était important de respecter les promesses de campagne.

Au Rewmi, également, on n’a de cesse de dresser un bilan critique des actions gouvernementales. Peu surpris par ces déclarations, le chercheur en sociologie politique Ibou Sané, décrit un délicat travail d’équilibriste : « Macky Sall est un jeune président, affirme cet observateur, qui pour préparer un second mandat, doit travailler en intelligence avec ses alliés, tout en mettant de l’ordre dans son parti ».

Par Rfi


Tags assigned to this article:
macky sallsénégal

Related Articles

Côte d’Ivoire: vers une normalisation de la vie politique

La réconciliation nationale se présente pour les populations et les autorités ivoiriennes comme un défi majeur après la crise post-électorale

Guinée: report sine die des législatives du 8 juillet

Le président guinéen Alpha Condé a annoncé vendredi soir le report sine die des élections législatives prévues le 8 juillet

Congo: le général Mokoko, candidat à la présidentielle, exige le report du scrutin

Candidat à la présidentielle congolaise prévue le 20 mars 2016, le général Mokoko, l’un des neuf candidats, a fustigé jeudi

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*