Sénégal : Manuel Valls à la conquête d’un nouveau marché économique

Les Premiers ministres français, Manuel Valls, et sénégalais, Mahammed Boun Abdallah Dionne|©DR

Les Premiers ministres français, Manuel Valls, et sénégalais, Mahammed Boun Abdallah Dionne|©DR

Manuels Valls achève ce vendredi sa visite de 48 heures au Sénégal qu’il a entamée jeudi par saleur « une stabilité démocratique » du pays. Au terme de son séjour, le Premier ministre français repart à Paris avec plusieurs contrats signés dans les domaines de l’éducation et de l’eau.   

La France est loin d’abdiquer face à la percée des entreprises chinoises au Sénégal. La visite de Manuel Valls à Dakar a ouvert de nouveaux débouchés économiques, notamment dans les volets de l’éducation et de l’hydraulique.

«Le très important accord qui a été signé et qui porte sur la construction de traitement d’eau potable de KMS 3 va sécuriser l’approvisionnement en eau de la capitale. Donc, cette capacité à intervenir à la fois à travers des investissements publics et en mobilisant tous les investissements privés et les grandes entreprises, les Pme et en continuant à accompagner le Pse, démontrent les bonnes relations entre le Sénégal et la France », a affirmé, hier à Dakar, Manuels Valls, lors d’une conférence de presse conjointe avec son homologue sénégalais, Mohamed Boun Abdallah Dionne.

Le projet KMS 3 financé à hauteur de 61 milliards prévoit la construction d’une usine d’eau potable à Keur Momar Sarr d’une capacité de production de 100.000 m3 jour.  Ce financement comprend également une subvention de 1 million d’euros destinée au renforcement des capacités de la société nationale des eaux.

Sur le volet de l’éducation, la France a financé le projet Isep à hauteur de 131,1 milliards de Fcfa consistant en la création de deux Instituts supérieurs d’enseignement professionnel (Isep) à Bignona et Richard Toll dédiés aux métiers agricoles et agro industriels.

Pour Manuels Valls, le Sénégal «incarne incontestablement» un «rôle de leader» dans l’avenir du monde qui «se joue entre l’Europe, l’Afrique et la France». Saluant la situation du Sénégal marquée, selon lui, par une « stabilité démocratique, une société civile particulièrement vivante, une situation économique marquée par un très haut niveau de croissance et par une maitrise des finances publiques », Manuels Valls entrevoit d’autres perspectives de financement pour les entreprises. Il énumère les domaines des énergies renouvelables, la lutte contre le réchauffement climatique, les transports, les hydrocarbures, le tourisme, etc.  

La construction du Train express régional (Ter) est aussi dans le viseur de la France. Valls a rencontré la communauté française du Sénégal, qu’il a invité de s’inspirer du modèle de vie sénégalais. Il a aussi rendu visite aux Eléments français du Sénégal (Efs) et au Pôle urbain de Diamniadio, une ville en devenir à environ  30 kilomètres de Dakar.

© OEIL D’AFRIQUE


Tags assigned to this article:
economiqueManuel Vallssénégal

Related Articles

Guinée: la justice refuse à Toumba Diakité la liberté provisoire

La justice guinéenne a refusé à Aboubacar Sidiki Diakité la liberté provisoire. Selon l’avocat de l’inculpé pour le massacre de

Nigeria: au moins 45 morts dans un double attentat-suicide à Maiduguri

  Plus de 45 personnes ont été tuées dans un double attentat-suicide mené mardi par deux femmes dans un marché

En Côte d’Ivoire, l’arrivée de Blaise Compaoré fait grincer des dents

  Faiseur de paix ou pompier pyromane? L’arrivée de l’ex-président burkinabè Blaise Compaoré en Côte d’Ivoire, dans un pays où

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*