Sondage : A Paris, le docteur Denis Mukwege en tête pour remplacer Etienne Tshisekedi au CNSA

Le gynécologue Denis Mukwege, le 10 janvier 2013 à Paris

Le gynécologue Denis Mukwege, le 10 janvier 2013 à Paris. Source: DR

La question de la succession d’Etienne Tshisekedi wa Mulumba à la tête du Conseil national de suivi de l’Accord (du 31 décembre 2016) est cruciale en ce moment. Plusieurs noms circulent et des scénari aussi. Qu’en pensent les Congolais de Paris, même s’ils ne sont pas directement partie prenante aux discussions directes conduites par la Cenco à Kinshasa ?

Selon un sondage réalisé à Paris par Afronews Magazine, 45% des Congolais de la diaspora choisissent Denis Mukwege pour remplacer Etienne Tshisekedi à la tête du CNSA. 17% Freddy Matungulu, 11% Martin fayulu, 8% Valentin Mubake, 5% Pierre Lumbi, 4% Gilbert Kiakwama, 3% Joseph Olengha Nkoy, 3% Lisanga Bonganga et 4% NSP (ne se prononcent pas).

 

Selon ce sondage, huit Congolais de Paris sur dix sont favorables, en cas de blocage, à des élections démocratiques au sein du Rassemblement pour choisir le successeur d’Etienne Tshisekedi. Six sur dix ont une très bonne opinion du Docteur Denis Mukwege, opinion que l’on retrouve même parmi ceux qui ne l’ont pas choisi et sept sur dix le trouvent plus crédible, intègre et compétent pour assumer ces responsabilités.

Les personnes qui ne se sont pas prononcées se justifient par le fait de ne pas mieux connaître les personnes proposées dans le sondage. Le sondage a été réalisé auprès d’un échantillon de 1 283 personnes représentatif de la communauté congolaise de Paris âgée de 18 ans et plus (méthode des quotas). 63% d’hommes et 37% de femmes ont participé à ce sondage qui a été réalisé les 13 et 14 février 2017 par Internet, au téléphone et au marché Dejean dans le 18ème arrondissement de Paris (Château Rouge), à Strasbourg Saint Denis (75010), à Saint Denis (93120) et à la Plaine Saint Denis (93210), centres de concentration de la communauté congolaise de Paris et de la petite couronne.

La liste de 8 noms parmi les plus en vue pour la succession (Freddy Matungulu, Martin fayulu, Valentin Mubake, Pierre Lumbi, Gilbert Kiakwama, Joseph Olengha Nkoy, Lisanga Bonganga et Denis Mukwege) a été proposée aux sondés avec dans le profil les qualités suivantes : Compétence, crédibilité, intégrité, probité morale, aura et charisme. C’est le docteur Denis Mukwege qui est plébiscité. Une cote de popularité qui survole littéralement toutes les personnes susceptibles de s’engager dans la course. C’est un constat éclatant. De quoi faire pâlir tous les ambitieux.

Blaise Kapampy explique pourquoi le docteur qui répare les femmes a été plébiscité : « Le plébiscite du docteur Denis Mukwege tient à son aura mais aussi à la fierté qu’il apporte aux Congolais. Son dévouement et son combat pour les femmes violées en RDC y sont pour beaucoup. Sa passion et sa compassion pour ses patientes ne laissent personne indifférent. On se souvient de cet homme menacé de mort qui avait refusé l’exil doré qu’on lui proposait pour retourner auprès de ses patientes en désarroi ! »

Il y a aussi les qualités qui collent à son image notamment le sérieux, la sympathie, la compétence, la simplicité, l’intelligence, la compassion, le charisme, la notoriété internationale qui font de lui l’homme de la situation qui pourrait résister à toutes les tentations de corruption, qui peut porter un message audible et crédible chez les partenaires internationaux et qui peut-être écouté et respecté comme l’était Etienne Tshisekedi.

Des Prix internationaux et titres honorifiques

Pour bien des Congolais, le docteur Denis Mukwege reste le Congolais le plus populaire, le plus capé et le seul qui, aujourd’hui, fait l’honneur de la RDC dans les grandes rencontres scientifiques internationales. Trois fois nominé au Prix Nobel de la Paix, le docteur Denis Mukwege a reçu tous les autres Prix internationaux et disctinctions honorifiques. Son merveilleux et noble travail est reconnu internationalement. Ce qui lui a valu des décorations aux quatre coins du monde.

En octobre 2016, le 13ème Prix de la Paix de Séoul lui était décerné pour ses efforts dans l’aide fournie à quelque 48 500 femmes et enfants victimes de violences sexuelles durant la guerre civile en République démocratique du Congo (RDC). Il a contribué à l’amélioration des droits humains pour les femmes et les enfants en traitant les victimes de la guerre non-éthique dans laquelle le viol est utilisé comme arme de guerre.

Une volonté d’éveiller les consciences

Denis Mukwege suscite aussi l’enthousiasme chez ses compatriotes parce que son engagement pour le respect des droits de l’homme est exceptionnel comme l’est l’homme lui-même. C’est un modèle d’intégrité et de probité. Son rôle d’éveilleur des consciences a beaucoup compté dans ce plébiscite. Qui ne se souvient de cette déclaration qu’il avait faite il n’y a pas longtemps : «Si la population congolaise peut prendre conscience de tout le potentiel que nous avons en RDC […], elle pourra tout simplement réaliser qu’il n’est pas acceptable que les Congolais vivent dans la situation qu’ils connaissent aujourd’hui. La priorité, c’est amener la population à comprendre qu’elle doit réclamer ses droits et que, si elle ne les défend pas, il n’y a personne qui va les lui donner en cadeau.»

Tout ceci mis bout à bout fait de Denis Mukwege un homme aux mains propres capable de remplacer valablement Etienne Tshisekedi à la tête du CNSA. Le fait qu’il n’a pas encore plongé dans la politique active le met à l’abri de toute suspicion de corruption. Sa force de caractère force l’admiration et convainc ses supporters qu’il n’aura pas froid aux yeux pour taper du poing sur la table en cas de non respect de l’accord par toutes les parties. Vu les espoirs que fondent les Congolais sur l’organisation des élections pour parvenir à l’alternance, Un homme qui présente autant de qualités est une carte joker.


Related Articles

Cameroun: un ex-Premier ministre et un ancien ministre arrêtés

L’ex-Premier ministre camerounais Inoni Ephraïm et l’ancien ministre de l’Administration territoriale et de la Décentralisation (Intérieur) Marafa Hamidou Yaya ont

L’Ivoirien Blé Goudé accusé de meurtres et viols devant la Cour pénale internationale

Les hommes sous l’autorité de l’Ivoirien Charles Blé Goudé, proche de l’ex-président Laurent Gbagbo, ont tué, violé, brûlé vifs et

Concertations nationales en RDC : un discours et rien !

Les concertations nationales, qui ont démarré le 7 septembre à Kinshasa, ont laissé perplexe plus d’un observateur de la scène

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*