Tchad: 69 étudiants condamnés pour « outrage à l’autorité de l’État »

Idriss Déby Itno

Le président tchadien Idriss Déby Itno|© flickr

Soixante-neuf étudiants ont été condamnés mardi au Tchad à un mois de prison ferme pour « outrage à l’autorité de l’État » après avoir perturbé une visite ministérielle alors que les universités grondent contre la suppression des bourses, a-t-on appris de source judiciaire.

Les étudiants de l’Union des étudiants tchadiens (Unet) ont également été condamnés à 50.000 francs CFA d’amende (environ 75 euros) par personne. Trois étudiantes ont été relaxées au bénéfice du doute par le tribunal de N’Djamena.

Aussitôt le verdict tombé, ils ont été transférés à la maison d’arrêt de la capitale tchadienne.

Samedi dernier, lors d’une visite sur un campus, le ministre de l’Enseignement supérieur, Mackay Hassan Taisso, accompagné de son homologue sénégalais, avait été hué par les étudiants qui ont lancé des pierres sur les voitures officielles, selon la même source.

Cet incident avait provoqué l’intervention de la police, qui avait dispersé les étudiants avec des grenades lacrymogènes.

A l’image de larges secteurs de la société tchadienne, les étudiants sont en colère contre les mesures d’austérité du gouvernement, qui se sont traduites par la suppression de leurs bourses.

Pays producteur de pétrole, le Tchad traverse une sévère crise économique et sociale dû à l’effondrement des cours du pétrole, ce qui a conduit le président Idriss Déby à réorienter l’économie vers l’agriculture et l’élevage.

AFP

AFP

AFP

L’Agence France-Presse (AFP) est une agence de presse mondiale fournissant une information rapide, vérifiée et complète en vidéo, texte, photo, multimédia et infographie sur les événements qui font l’actualité internationale.


Tags assigned to this article:
etudiantsprocèsTchad

Related Articles

Centrafrique: vers une prolongation de la transition

Centrafrique – Le forum de réconciliation centrafricain a réclamé lundi le report des élections présidentielle et législatives, en prenant acte de l’impréparation des autorités de transition et malgré les demandes insistantes de la communauté internationale pour un retour rapide à la normalité constitutionnelle à Bangui.

RDC : Joseph Kabila va améliorer davantage condition de la femme congolaise

IL s’est ouvert à Kinshasa lundi, le 2e forum des femmes francophones présidé par la présidente centrafricaine, Catherine Samba-Panza. A

RDC: Le parti de Joseph Kabila réitère sa volonté de réviser la constitution

Il n’est plus un secret pour personne que le parti au pouvoir en République Démocratique du Congo (RDC) entend modifier

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*