Togo: L’opposant Alberto Olympio condamné à cinq ans de prison pour détournement de fonds

Alberto Olympio

Alberto Olympio

L’opposant togolais Alberto Olympio a été condamné à cinq ans de prison ferme par la justice de son pays, pour détournement de près de six milliards de francs CFA, ont rapporté des médias.

Le verdict du procès du leader du Parti des Togolais a été prononcé mercredi 21 septembre par le tribunal correctionnel de Lomé.

L’affaire porte notamment sur un litige commercial qui l’opposait à un groupe spécialisé dans l’informatique et les télécommunications, selon des responsables de son parti.

Alberto Olympio n’était pas présent à l’audience. Il devra rembourser 5,9 milliards de francs CFA à ses anciens partenaires et payer 885 millions de francs CFA pour dommages et intérêts.

« M. Olympio tient à rappeler qu’il ne reconnaît aucun des faits pour lesquels la justice togolaise l’a condamné », a déclaré à l’Agence France-Presse son directeur de cabinet, Nathaniel Olympio.

Alberto Olympio, informaticien et homme d’affaires, avait annoncé sa candidature à l’élection présidentielle d’avril 2015 au Togo, mais il s’était retiré en estimant que le fichier des électeurs était artificiellement gonflé.

Le Conseil de l’opposant a annoncé qu’il allait faire appel. Les proches de l’homme politique refusent de voir dans cette condamnation un litige commercial. Son directeur de cabinet parle d’un « procès ubuesque » et accuse le pouvoir d’avoir tiré prétexte de cette affaire pour se débarrasser d’un adversaire.

Il est le neveu de Gilchrist Olympio, un opposant rallié au pouvoir il y a quelques années.

© OEIL D’AFRIQUE


Tags assigned to this article:
Alberto OlympiojusticeTogo

Related Articles

Côte d’Ivoire : Pascal Affi N’Guessan désigné candidat du FPI à la présidentielle

Pascal Affi N’Guessan, le chef du parti de l’ex-président ivoirien Laurent Gbagbo, secoué par des divisions internes, a été désigné

Burkina: le procureur général dit avoir ouvert une enquête sur le coup d’Etat

Le procureur général de la République du Burkina Faso, Laurent Poda, a annoncé vendredi à l’AFP avoir ouvert une enquête

Côte d’Ivoire: Guillaume Soro ouvre le débat sur la relecture et la réécriture de la Constitution

A l’ouverture de la première session ordinaire de l’Assemblée nationale ivoirienne ce mercredi, Guillaume Kigbafori Soro a proposé que la

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*