[Tribune] RDC- Charles Onana : « Ce que je craignais est arrivé et ça continue »

Charles Onana, journaliste, écrivain

Charles Onana, journaliste, écrivain

Ce que je craignais est arrivé et ça continue… C’est désormais Monseigneur Fridolin Ambongo qui parle haut et fort. Peut-être qu’il exagère ou qu’il n’aime pas le Congo. Il a au moins une qualité que je n’ai pas. C’est un Congolais authentique ! Et membre éminent de la CENCO.

Certains n’avaient pas compris mon cri du cœur. D’autres, honnêtes et sensibles au sort du pays et à mon engagement jamais démenti, ont apprécié et m’ont soutenu. Je tiens à les remercier tous et réitère ici ma constance pour la défense du peuple congolais. Ceux qui disaient aimer le Congo plus que Dieu le père font manifestement profil bas ou pataugent dans la boue, sans esprit ni imagination pour sortir le pays des ténèbres de l’occupation et de la servitude. Ils peinent, traînent, fatigués ou affalés dans le marécage. Un grand pays, un don du ciel, une bénédiction, qu’ils traitent avec légèreté et indécence, sans dignité ni honneur. Que répondent-ils aux Congolais qui demandent où va-t-on ? Que fait-on ?

C’est depuis décembre que l’on assiste, le cœur en peine, à la remise en scelle de Joseph Kabila par ceux qui avaient prétendu le « chasser », le « déloger » ou le « dégager ». Ils n’ont pas été capables ni de le « déloger » ni de le « dégager ». Ils sont désormais à ses pieds, cirant ses chaussures, léchant les semelles à s’écorcher la langue. C’est à peine s’il les regarde, s’il les entend, s’il les voit. Joseph trône, règne plus que jamais à la tête du pays. Silencieux, insidieux, perfide, pernicieux, dédaigneux… « Le petit » n’est plus inquiet, l’a-t-il jamais été ? « Le taximan », comme ils l’appellent, n’a aucun souci à tel point qu’il attend le moment où il va les humilier, les uns après les autres, posant sur leur tête, son sabot odorant et n’hésitant pas à écraser les doigts des plus accroupis. Il suit sa route, librement sans respecter la constitution ni ses courtisans.

Et le peuple ? Il est toujours en souffrance, en pleurs, destiné à la morgue. Et l’occupant ? Plus arrogant que jamais car la libération du pays n’est toujours pas à l’ordre du jour. Personne parmi ceux qui ont qualité ne la demande ! On semble se battre pour autre chose, si j’en crois les Congolais les mieux informés qui me disent dépités : « on n’en peut plus ! Ils nous prennent pour des billes ».

Depuis décembre, les résultats sont sur la table, piteux. Une vraie misère par rapport à ce qu’attendait le digne peuple du Congo, une escroquerie par rapport à ce qu’on lui avait promis. La liberté ? La joie, l’espoir ? Ce que je craignais est bel et bien arrivé et aujourd’hui c’est confirmé par ceux qui travaillent pour trouver une solution en RDC. Ils paraît qu’ils sont encore plus sévères que moi. Regardons cette vidéo de Monseigneur et pleurons ensemble, en attendant que le peuple soit entièrement décimé…. Bon courage chers Congolais, ne baissez pas les bras !

Charles Onana
Journaliste, écrivain 


Tags assigned to this article:
Charles OnanaRDC

Related Articles

RDC: 34 civils tués dans l’attaque d’un village

Trente-quatre civils ont été tués dimanche dans l’attaque d’un village par une milice nande dans une zone de l’Est de

Suisse : l’ex-domaine vaudois de Mobutu cédé à 5,5 millions d’euros

La propriété de l’ancien président de la RD Congo Mobutu Sese Seko, à Savigny, a été a été vendue aux

L’Europe réitère ses engagements envers la RDC

Le partenariat entre les deux parties a été réaffirmé, le 9 mai, par le chef de la Délégation de l’Union européenne à Kinshasa. 

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*