Vers un rebond de la croissance économique au Congo

Vers un rebond de la croissance économique au Congo

Les perspectives économiques de la République du Congo laissent entrevoir un rebond de la croissance à 5,3% pour l’ensemble de l’année 2013, contre 3,4% en 2012, selon un communiqué du ministère congolais des Finances, du Budget et du Portefeuille public publié le jeudi à Brazzaville.

Ce communiqué fait suite à la réunion du Comité monétaire et financier du Congo, tenue le 17 juillet à Brazzaville, sous la présidence ministre d’Etat, ministre de l’Economie, des Finances, du Plan, du Portefeuille public et de l’Intégration, Gilbert Ondongo. C’était en présence du ministre délégué auprès du ministre d’Etat, ministre de l’Economie, des Finances, du Plan, du Portefeuille public et de l’Intégration, chargé du Plan et de l’Intégration, Léon Raphaël Mokoko, assisté du gouverneur de la BEAC, Lucas Abaga Nchama.

Selon ce communiqué, le Comité a noté que l’activité économique au niveau national a été consolidée, particulièrement dans le secteur hors pétrole, ceci dans un contexte de poursuite du flux de la production pétrolière. D’où, le rebond de la croissance économique de 5,3%, au lieu de 3,6% comme initialement prévu au cours de cette année.

‘’Les participants ont planché au cours de cette réunion sur la conjoncture économique du Congo ; les finances publiques au Congo ; les créances brutes de la BEAC sur le Congo ; les relations entre le Congo et les institutions financières internationales ; la dette publique du Congo ; la situation monétaire du Congo ; l’évolution de la situation comptable de la BEAC ; l’état du système bancaire du Congo ; le système des moyens de paiements et la réunion de la Zone Franc ont souligné que l’inflation demeurerait encore au-dessus de la norme communautaire maximale de 3% », indique le communiqué.

Au plan mondial, le Comité a noté que la situation économique s’est légèrement améliorée au cours du premier trimestre 2013. ‘’Cependant, relève-t-il, les perspectives sont aujourd’hui moins optimistes par rapport aux prévisions initiales ».

Le communiqué souligne également que les contreperformances des pays de la Zone euro et le ralentissement des pays émergents continueront de peser négativement sur l’évolution de l’économie mondiale. ‘’Le rythme de la croissance y est encore contraint par la faiblesse de la demande, le resserrement de la politique budgétaire, l’assainissement des bilans des banques et des conditions toujours restrictives d’octroi des crédits à l’économie. Le FMI a ainsi revu sa prévision de croissance mondiale à la baisse, à 3,1% en 2013, au lieu de 3,5 prévue initialement, contre 3,1% en 2012 », précise le communiqué.

Quant au taux d’inflation, il est resté globalement modéré à l’échelle mondiale : ce taux s’est établi à 3,2% depuis janvier, contre 3,7% à la même période de l’année précédente. Au niveau des marchés de change, l’euro s’est redressé face au dollar au premier trimestre 203. Mais, cette tendance devrait s’inverser en raison de la reprise de l’économie américaine.

En ce qui concerne les marchés internationaux des matières premières, le Comité a noté que les cours des principaux produits de base et matières premières exportés par le Congo, tout en demeurant élevés, avaient connu une baisse au terme du premier 2013.

Cette évolution est due au repli de la demande, en liaison avec la faiblesse de l’activité dans les pays avancés. ‘’Le Comité a pris connaissance des décisions des différentes instances de la BEAC et de la CEMAC (Communauté monétaire et économique de l’Afrique Centrale) sans les préciser », conclu le communiqué.

Oeildafrique.com avec APA / Photo Lolakayacongo


Tags assigned to this article:
congoéconomie

Related Articles

Explosions au Congo: la fin du déminage est prévue en août

Le déminage du site des explosions qui ont fait près de 300 morts le 4 mars à Brazzaville s’achèvera en

Les pays émergents des Brics lancent leur banque de développement

Réunis en sommet au Brésil, les grandes puissances émergentes ébauchent une nouvelle architecture financière face à l’hégémonie occidentale. Dotée de

Gabon: l’Etat veut reprendre en main l’exploitation de l’or

Profond de quatre mètres, le trou a été creusé à la force du poignet comme des dizaines d’autres alentour. Sous

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*