Zimbabwe : liberté provisoire pour Sibanda, l’offenseur de Mugabe

Zimbabwe : liberté provisoire pour Sibanda, l’offenseur de Mugabe

Jabulani Sibanda

Zimbabwe : liberté provisoire pour Sibanda, l’offenseur de Mugabe|AFP

Jabulani Sibanda, l’ancien chef de file des vétérans de la lutte pour l’indépendance est traduit en justice depuis quelques semaines pour avoir proféré des propos injurieux à l’endroit du plus vieux président africain Robert Mugabe qui s’active actuellement à se trouver un successeur au trône.

Jabulani Sibanda qui était jusque-là l’une des figures importante de la ZANU PF a été exclu de la majorité présidentielle. L’homme a été arrêté la semaine dernière pour insulte et atteinte à l’autorité du chef de l’Etat. Il a comparu pour la première fois mardi devant le tribunal à Harare.

Sibanda est accusé d’avoir affirmé devant des vétérans que «le couple présidentiel préparait un coup d’Etat en chambre, pour évincer la vice-présidente Joice Mujuru et la remplacer par la Première dame Grace Mugabe». L’ancien chef de file des vétérans de la lutte à l’indépendance est également accusé d’avoir déclaré que «le pouvoir n’est pas sexuellement transmissible».

Des propos qui n’ont pas du tout plu à la présidence zimbabwéenne qui a porté plainte contre l’ancien homme du parti au pouvoir. Mais au sein de la population zimbabwéenne, on estime que M. Sibanda n’a fait que porter haut ce que la majorité de la population pense tout bas.

Après sa première comparution mardi, la justice lui a accordé la liberté sous caution. L’ex-leader a été libéré après avoir payé une caution de 400 dollars. Il est par conséquent interdit d’accès au congrès du parti débuté mardi et qui se déroule à huis clos.

Mais les déclarations de M. Sibanda sont devenues des clameurs depuis quelques jours. Au Zimbabwe, la Première dame, Grace Mugabé ne cache plus son ambition de se présenter à la prochaine élection présidentielle afin de succéder à son mari.

Elle a d’ailleurs accusé sa potentielle rivale, Joyce Mujuru, l’actuelle vice-présidente de corruption et d’autres actes capables de l’écarter de la course.

© OEIL D’AFRIQUE


Tags assigned to this article:
mugabeSibandazimbabwe

Related Articles

Zambie et Zimbabwe lancent un visa commun

Le Zimbabwe et la Zambie vont lancer à la fin du mois un visa commun destiné à promouvoir le tourisme

Zimbabwe: après 12 années de sanctions, l’UE va reprendre son aide

  L’Union européenne va reprendre l’aide au développement versé au gouvernement du Zimbabwe, dans le cadre d’un processus de normalisation

Zimbabwe: le parti de Mugabe en congrès sur fond de guerre de succession

  Plus divisé que jamais, le parti de Robert Mugabe, au pouvoir au Zimbabwe depuis 1980, tient cette semaine un

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*