Ce qu'Emmanuel Macron «révèle» aux Africains dans sa réponse au journaliste ivoirien

Emmanuel Macron, le 21 mai 2017, à Paris. AFP

Depuis avant-hier, ça brasse dans tous les sens. « Emmanuel Macron a insulté les Africains, comme l’a fait Sarkozy à Dakar» peut-on lire ci et là. Non, Emmanuel Macron n’a pas insulté les Africains. Il n’a fait que dire tout haut ce qu’un dirigeant occidental en général, et français en particulier, pense de l’Afrique et des Africains.

Pour moi, celui qui mérite critiques et baffes, ce n’est pas Macron, mais bien le journaliste ivoirien qui a posé une question idiote. Pourquoi les Européens, ou disons les Occidentaux, devraient contribuer au développement de l’Afrique? Est-ce dans leur intérêt? La réaction de la plupart de mes compatriotes africains m’a surpris. Cessons d’être constamment dans l’émotion. Que de vociférer et de passer le temps à polémiquer sur les propos de Macron, prenons le temps de les analyser et d’en tirer les leçons qui s’imposent.

Selon le locataire de l’Élysée, le défi auquel l’Afrique est confrontée est « civilisationnel », avec en tête des problématiques ce qu’il appelle « la transition démographique ». C’est ce dernier point qui a attiré mon attention. Pourquoi ? Simplement parce que la question de la démographie, bien que négligée sur le continent africain, a toujours été au cœur des enjeux géopolitiques, stratégiques, économiques, sociaux et culturels. Souvenons-nous de cette formule attribuée au leader palestinien Yasser Arafat: « Nous gagnerons grâce aux utérus de nos femmes »...

Des propos qui reflètent, à ne point douter, le poids de l’arme démographique dans le conflit qui oppose Palestiniens et Israéliens. Les Africains doivent comprendre le monde dans lequel ils évoluent; ils doivent comprendre que la démographie galopante de leur continent est perçue comme une menace dans certains pays occidentaux connaissant depuis quelques décennies maintenant un «hiver démographique» qui ne dit pas son nom. Que de s’attarder sur les propos condescendants de Macron, le fils de sa femme Brigitte, les Africains feraient mieux de prendre au sérieux la menace qui pèse sur les ventres et les utérus de leurs femmes. Faites attention aux vaccins et autres médicaments qu’on vous demande de prendre. Je ne veux alarmer personne, mais le monde est ce qu’il est. Il fut un temps au Canada, où l’on remettait aux premières nations (les Amérindiens) des couvertures empoisonnées, pour soi-disant les protéger du froid hivernal.

«Vous feriez bien d’essayer d’infecter les Indiens avec des couvertures, ou par toute autre méthode visant à exterminer cette race exécrable » suggéra Jeffery Amherst, officier britannique et administrateur colonial, à son subalterne, le colonel Henri Bouquet. C’est ainsi que des couvertures contaminées au virus de la variole furent distribuées à des populations indiennes, causant près de 200 mille morts. Pas besoin de vous dire qu’une rue de Montréal porte aujourd’hui le nom de l’infâme et «héroïque» officier britannique : la rue Amherst au centre-ville.

Bref, chers frères d’Afrique, faites attention à toutes ces politiques de planning familial qu’on vous présente, méfiez-vous de tous ces «gentils sorciers» qui vous proposent leurs médicaments et leurs vaccins pour votre soi disant bien-être et/ou celui de vos enfants; et par-dessus tout, continuez à peupler ce continent qui vous est cher... avec modération svp.

Patrick Mbeko

Videos

Analyses et Opinions

Le NFAC , les nouveaux Black Panthers ?

Qui est la NFAC, la milice armée noire qui défile dans les manifestations anti-racisme ?

Alors que les tensions raciales se multiplient aux États-Unis, une nouvelle milice afro-américaine a récemment vu le jour outre-Atlantique : la Not Fucking Around Coalition (NFAC). Qui sont ces femmes et ces hommes ? Eléments de réponse.Leurs visages sont régulièrement cagoulés de noirs, leurs vêtements arborent la même couleur. Ces citoyens américains portent des armes, bien visibles.
Le président français Emmanuel Macron reçoit son homologue ivoirien Alassane Ouattara à l'Elysée, le 4 septembre 2020. Crédit : @AOuattara_PRCI

Côte d'Ivoire: Ce qu'il faut retenir de la rencontre Ouattara Emmanuel Macron sur le 3e mandat

Le président Ivoirien Alassane Ouattara a été reçu à déjeuner ce vendredi 4 septembre 2020 à l’Elysée par le président Emmanuel Macron. En marge de ce qui a été de ce déjeuner de travail, un tête-à-tête entre les deux homologues. La question du 3e mandat et la position de Paris surement au cœur de ce huis-clos.
Marche contre la révision constitutionnelle au Mali. / Image d'illustration

Afrique: La révision des Constitutions pour conserver le pouvoir en Afrique

Le président ivoirien Alassane Ouattara et le guinéen Alpha Condé misent sur la modification de la Constitution pour espérer briguer un nouveau mandat avec pour argument que les "compteurs sont remis à zéro".
Guillaume Soro, Alassane Ouattara, Henri Konan Bédié et Laurent Gbagbo. AFP

Côte d’Ivoire recherche désespérément leader politique.

La Côte d’Ivoire a eu soixante ans ce 7 août 2020. A cette occasion, son président lui a offert un cadeau d’anniversaire de très mauvais goût. Alassane Dramane Ouattara est revenu sur sa promesse de ne pas briguer un troisième mandat. C’est ce que lui aurait demandé avec insistance une majorité de sa famille politique. Il a cédé à la tentation du combat de trop. Soit par suivisme, soit par égoïsme, ou alors sous l’effet conjugué des deux.
Kader Diarrassouba, Jeune ivoirien, exilé en France depuis 6 mois, membre Générations et Peuples Solidaires ( GPS )

Lettre ouverte à Monsieur Emmanuel Macron, Président de la République de France, par Kader Diarrassouba

Monsieur le Président, votre élection à la tête de la république française le 7 mai 2017 a sonné pour bien de jeunes africains comme un nouvel espoir, l’espoir qui diminue la peine de toutes les politiques antérieures de la Françafrique. Politique néo-coloniale décrite par François-Xavier Verschave comme « une nébuleuse d’acteurs économiques, politiques et militaires, en France et en Afrique, organisée en réseaux et lobbies, et polarisé sur l’accaparement de deux rentes : les matières premières et l’aide publique au développement.
Rex Kazadi, secrétaire général de Ba patriotes ya Kongo (BPK)

RDC: Rex Kazadi demande à la ville de Kinshasa de déboulonner le statue de Leopold II

Kinshasa, la capitale de la République démocratique du Congo, ancienne colonie Belge va-t-elle enboiter le pas d'Anvers et déboulonner la statue du roi Leopold II ? C'est en tout cas le souhaite de Rex Kazadi, secrétaire général de Ba patriotes ya Kongo (
Aimé Gata-Kambudi, Juriste spécialisé en Droit Public Approfondi

La gestion de la crise institutionnelle au Kongo central est-elle la preuve  d'un Etat de droit à géométrie variable ?

Une analyse chronologique et démonstrative de la crise qui tend à l’ingouvernabilité de la province, par Aimé Gata-Kambudi.