Dossier Présidentielle en RDC : Comprendre le linge sale des opposants congolais

De g. à dr. : les opposants congolais Vital Kamerhe, Félix Tshisekedi, Adolphe Muzito, Moïse Katumbi et Jean-Pierre Bemba, à Bruxelles, le 12 septembre 2018. CRÉDITS : JOHN THYS / AFP

Par une présentation des differents acteurs de l'opposition politique en RD Congo, Patrick Mbeko explique les raisons des difficultés qu'ils rencontrent pour la designation d'un candidat unique devant faire face à Emmanuel Ramazani Shadari, dauphin désigné de Joseph Kabila.

--- Félix Tshisekedi : il jouit de l’aura de son défunt père, mais la plupart de ses collègues opposants, sans l’avouer ouvertement, savent qu’il n’a pas les aptitudes intellectuelles et l'intelligence nécessaires pour diriger un pays comme la RDC. Son entourage pose problème et inquiète, et les derniers événements n'aident pas non plus. À l’UDPS, c’est lui ou personne. Les dés sont déjà pipés de ce côté-là. Mais bon, on continue quand même de jouer au poker menteur avec les autres.

--- Martin Fayulu : un homme assez brillant et d'une certaine intégrité, mais il est un peu conflictuel. Il semble avoir un problème personnel avec Vital Kamerhe qu’il ne porte pas beaucoup dans son cœur. S’il faut parler de candidature unique, pas sûr que les deux hommes se soutiennent mutuellement...

--- Vital Kamerhe : un homme très brillant et ouvert d'esprit, mais il n’inspire pas confiance. Parmi les leaders qui pourraient soutenir sa candidature, il y a Jean-Pierre Bemba, Adolphe Muzito et Freddy Matungulu. Pas sûr que ses deux meilleurs «ennemis» que sont Moise Katumbi et Martin Fayulu lui apportent leur soutien. En revanche, lui n'aurait pas de mal à soutenir une candidature acceptée par la majorité...

--- Moise Katumbi : Intellectuellement limité, il a une capacité de cooptation non négligeable. Ceux qui le soutiennent le font davantage pour des raisons pécuniaires qu’idéologique. En fait, Moise « achète » les cœurs et les esprits sans sourciller et ses collaborateurs semblent adorer cela. Écarté de la course à la magistrature suprême, il manœuvre en coulisse pour embarquer les « validés » avec lui.

--- Jean-Pierre Bemba : brillant et charismatique, il a souvent suscité crainte et méfiance. Son invalidation a fait des heureux dans le camp de l’opposition, mais ne le dites à personne. Il est prêt à soutenir celui qui sera accepté par la majorité...

--- Freddy Matungulu : un homme brillant et d’une très grande intégrité. Malheureusement pour lui, il ne pèse pas sur l’échiquier politique congolais. Il est l’un des rares opposants à ne pas avoir de casseroles. Mieux, il n’est pas conflictuel.

--- Adolphe Muzito : Impossible de le classer. On sait qu'il est là...

Au regard de ce petit "portrait", lequel de ces hommes devrait être désigné candidat unique de l'opposition ?

 

Patrick Mbeko

Ecrivain et journaliste indépendant.

 

Videos

Analyses et Opinions

Le NFAC , les nouveaux Black Panthers ?

Qui est la NFAC, la milice armée noire qui défile dans les manifestations anti-racisme ?

Alors que les tensions raciales se multiplient aux États-Unis, une nouvelle milice afro-américaine a récemment vu le jour outre-Atlantique : la Not Fucking Around Coalition (NFAC). Qui sont ces femmes et ces hommes ? Eléments de réponse.Leurs visages sont régulièrement cagoulés de noirs, leurs vêtements arborent la même couleur. Ces citoyens américains portent des armes, bien visibles.
Le président français Emmanuel Macron reçoit son homologue ivoirien Alassane Ouattara à l'Elysée, le 4 septembre 2020. Crédit : @AOuattara_PRCI

Côte d'Ivoire: Ce qu'il faut retenir de la rencontre Ouattara Emmanuel Macron sur le 3e mandat

Le président Ivoirien Alassane Ouattara a été reçu à déjeuner ce vendredi 4 septembre 2020 à l’Elysée par le président Emmanuel Macron. En marge de ce qui a été de ce déjeuner de travail, un tête-à-tête entre les deux homologues. La question du 3e mandat et la position de Paris surement au cœur de ce huis-clos.
Marche contre la révision constitutionnelle au Mali. / Image d'illustration

Afrique: La révision des Constitutions pour conserver le pouvoir en Afrique

Le président ivoirien Alassane Ouattara et le guinéen Alpha Condé misent sur la modification de la Constitution pour espérer briguer un nouveau mandat avec pour argument que les "compteurs sont remis à zéro".
Guillaume Soro, Alassane Ouattara, Henri Konan Bédié et Laurent Gbagbo. AFP

Côte d’Ivoire recherche désespérément leader politique.

La Côte d’Ivoire a eu soixante ans ce 7 août 2020. A cette occasion, son président lui a offert un cadeau d’anniversaire de très mauvais goût. Alassane Dramane Ouattara est revenu sur sa promesse de ne pas briguer un troisième mandat. C’est ce que lui aurait demandé avec insistance une majorité de sa famille politique. Il a cédé à la tentation du combat de trop. Soit par suivisme, soit par égoïsme, ou alors sous l’effet conjugué des deux.
Kader Diarrassouba, Jeune ivoirien, exilé en France depuis 6 mois, membre Générations et Peuples Solidaires ( GPS )

Lettre ouverte à Monsieur Emmanuel Macron, Président de la République de France, par Kader Diarrassouba

Monsieur le Président, votre élection à la tête de la république française le 7 mai 2017 a sonné pour bien de jeunes africains comme un nouvel espoir, l’espoir qui diminue la peine de toutes les politiques antérieures de la Françafrique. Politique néo-coloniale décrite par François-Xavier Verschave comme « une nébuleuse d’acteurs économiques, politiques et militaires, en France et en Afrique, organisée en réseaux et lobbies, et polarisé sur l’accaparement de deux rentes : les matières premières et l’aide publique au développement.
Rex Kazadi, secrétaire général de Ba patriotes ya Kongo (BPK)

RDC: Rex Kazadi demande à la ville de Kinshasa de déboulonner le statue de Leopold II

Kinshasa, la capitale de la République démocratique du Congo, ancienne colonie Belge va-t-elle enboiter le pas d'Anvers et déboulonner la statue du roi Leopold II ? C'est en tout cas le souhaite de Rex Kazadi, secrétaire général de Ba patriotes ya Kongo (
Aimé Gata-Kambudi, Juriste spécialisé en Droit Public Approfondi

La gestion de la crise institutionnelle au Kongo central est-elle la preuve  d'un Etat de droit à géométrie variable ?

Une analyse chronologique et démonstrative de la crise qui tend à l’ingouvernabilité de la province, par Aimé Gata-Kambudi.