Paul Biya: 85 ans mardi, dont presque 35 à la tête du Cameroun

Le Président Camerounais, Paul Biya. | Image d'archives

Le président camerounais Paul Biya, qui fête mardi ses 85 ans, continue de se projeter à la tête d'un Etat qu'il dirige depuis presque 35 ans, tandis que les défis sécuritaires se multiplient dans un pays qui connaîtra fin 2018 des élections générales.

"Le Cameroun de demain, qui se construit sous nos yeux, n'aura plus grand-chose à voir avec celui d'hier (...) C'est à la fois une chance et un défi. Saisissions cette chance et relevons ce défi", a déclaré samedi Paul Biya, dans un discours aux jeunes.

Au Cameroun en 2014, selon les dernières statistiques accessibles, 75% de la population avait moins de 25 ans et n'avait donc connu que Paul Biya comme président.

Biya, qui a intégré le palais présidentiel d'Etoudi en 1982, leur a demandé samedi d'exercer leur droit de vote aux prochaines élections, dont la présidentielle.

Lui ne s'est pas encore prononcé sur sa candidature à un éventuel septième mandat. Ses soutiens le présentent comme leur candidat naturel, tandis que ses détracteurs voient en son âge un motif suffisant pour essayer de briguer sa succession.

Si plusieurs candidats sont d'ores et déjà déclarés, le camp présidentiel a su contenir au fil des ans les voix discordantes: "M. Biya a mis en pratique l'adage +diviser pour mieux régner+ et rester ainsi au sommet d'un système sans que puissent s'organiser - et encore moins se coaliser - les forces qui auraient pu lui disputer son pouvoir", estime le chercheur Stéphane Akoa.

Biya a verrouillé l'accès aux postes et institutions clés, jusqu'à la récente création du Conseil constitutionnel, début février, composé de onze membres, tous issus du parti présidentiel, le Rassemblement démocratique du peuple camerounais (Rdpc). Il doit notamment valider les résultats des élections.

Les présidents de l'Assemblée nationale - Djibril Cavaye Yeguié, 74 ans dont 26 à ce poste - et du Sénat - Marcel Niat Njifendi, 84 ans et premier président de l'institution créée en 2013 -, le chef d'état-major des armées - René Claude Meka, 79 ans dont 17 à ce poste - et le directeur de la société nationale d'hydrocarbures - Adolphe Moudiki, 79 ans dont 25 à ce poste -, sont tous des proches du chef de l'Etat.

Ancien séminariste catholique et étudiant à Sciences Po à Paris, Biya a "mis en place un dispositif autour de lui, qui fait que le système, c'est lui", note un observateur.

Paul Biya, qui garde de fait un large contrôle sur un pays où plus d'un tiers des habitants vit avec moins dé 2 euros par jour est néanmoins souvent critiqué du Cameroun pour ses absences répétées, souvent de plusieurs semaines, principalement en Suisse.

Ces absences ont laissé planer au fil des ans des questions sur l'état de santé du président. Fin janvier encore, des rumeurs ont couru sur celui-ci, vite démontées par une apparition à la télévision d'Etat samedi.

Paul Biya aime garder le secret autour de lui et de son agenda politique, laissant à ses ministres le soin de communiquer. Si de l'avis de tous, il a le sens de la formule, ses apparitions sont aussi rares que scrutées.

Amateur de costumes en alpaga et autres cravates de soie, le "Sphinx" a dressé son bilan samedi: le groupe jihadiste Boko Haram a une capacité de nuisance "considérablement réduite", la situation de crise en régions anglophones "s'est apaisée" et l'économie s'est "embellie", selon lui.

Pourtant, les incursions jihadistes se poursuivent dans l'Extreme-Nord tandis que la situation sécuritaire dans l'ouest anglophone ne fait que s'aggraver. Dimanche, trois gendarmes y ont été tués, dans une crise qui s'est peu à peu muée en conflit de basse intensité.

L'armée - qui s'en défend - y est accusée par des témoignages d'habitants d'exactions, tandis que les attaques contre les symboles de l'Etat se multiplient par des hommes armés se réclamant de l'"Ambazonie", du nom de l'Etat indépendant qu'ils entendent créer.

"Avec les troubles en régions anglophones et la menace persistante de Boko Haram, les élections de 2018 vont être un défi plus important que les précédentes", estime Hans De Marie Heungoup, chercheur au centre d'analyse International Crisis Group (ICG).

Videos

Analyses et Opinions

Le NFAC , les nouveaux Black Panthers ?

Qui est la NFAC, la milice armée noire qui défile dans les manifestations anti-racisme ?

Alors que les tensions raciales se multiplient aux États-Unis, une nouvelle milice afro-américaine a récemment vu le jour outre-Atlantique : la Not Fucking Around Coalition (NFAC). Qui sont ces femmes et ces hommes ? Eléments de réponse.Leurs visages sont régulièrement cagoulés de noirs, leurs vêtements arborent la même couleur. Ces citoyens américains portent des armes, bien visibles.
Le président français Emmanuel Macron reçoit son homologue ivoirien Alassane Ouattara à l'Elysée, le 4 septembre 2020. Crédit : @AOuattara_PRCI

Côte d'Ivoire: Ce qu'il faut retenir de la rencontre Ouattara Emmanuel Macron sur le 3e mandat

Le président Ivoirien Alassane Ouattara a été reçu à déjeuner ce vendredi 4 septembre 2020 à l’Elysée par le président Emmanuel Macron. En marge de ce qui a été de ce déjeuner de travail, un tête-à-tête entre les deux homologues. La question du 3e mandat et la position de Paris surement au cœur de ce huis-clos.
Marche contre la révision constitutionnelle au Mali. / Image d'illustration

Afrique: La révision des Constitutions pour conserver le pouvoir en Afrique

Le président ivoirien Alassane Ouattara et le guinéen Alpha Condé misent sur la modification de la Constitution pour espérer briguer un nouveau mandat avec pour argument que les "compteurs sont remis à zéro".
Guillaume Soro, Alassane Ouattara, Henri Konan Bédié et Laurent Gbagbo. AFP

Côte d’Ivoire recherche désespérément leader politique.

La Côte d’Ivoire a eu soixante ans ce 7 août 2020. A cette occasion, son président lui a offert un cadeau d’anniversaire de très mauvais goût. Alassane Dramane Ouattara est revenu sur sa promesse de ne pas briguer un troisième mandat. C’est ce que lui aurait demandé avec insistance une majorité de sa famille politique. Il a cédé à la tentation du combat de trop. Soit par suivisme, soit par égoïsme, ou alors sous l’effet conjugué des deux.
Kader Diarrassouba, Jeune ivoirien, exilé en France depuis 6 mois, membre Générations et Peuples Solidaires ( GPS )

Lettre ouverte à Monsieur Emmanuel Macron, Président de la République de France, par Kader Diarrassouba

Monsieur le Président, votre élection à la tête de la république française le 7 mai 2017 a sonné pour bien de jeunes africains comme un nouvel espoir, l’espoir qui diminue la peine de toutes les politiques antérieures de la Françafrique. Politique néo-coloniale décrite par François-Xavier Verschave comme « une nébuleuse d’acteurs économiques, politiques et militaires, en France et en Afrique, organisée en réseaux et lobbies, et polarisé sur l’accaparement de deux rentes : les matières premières et l’aide publique au développement.
Rex Kazadi, secrétaire général de Ba patriotes ya Kongo (BPK)

RDC: Rex Kazadi demande à la ville de Kinshasa de déboulonner le statue de Leopold II

Kinshasa, la capitale de la République démocratique du Congo, ancienne colonie Belge va-t-elle enboiter le pas d'Anvers et déboulonner la statue du roi Leopold II ? C'est en tout cas le souhaite de Rex Kazadi, secrétaire général de Ba patriotes ya Kongo (
Aimé Gata-Kambudi, Juriste spécialisé en Droit Public Approfondi

La gestion de la crise institutionnelle au Kongo central est-elle la preuve  d'un Etat de droit à géométrie variable ?

Une analyse chronologique et démonstrative de la crise qui tend à l’ingouvernabilité de la province, par Aimé Gata-Kambudi.