Pour la deuxième fois la France sauve Idriss Deby face aux rebelles

Emmanuel Macron et Idris Deby

Pour la deuxième fois après l'offensive des rebelles venus du Soudan en 2008, les dirigeants français viennent encore de sauver la mise au chef de l’État tchadien en prenant directement parti, au travers de « frappes chirurgicales » de Mirages 2000 basés à N’Djamena, contre des rebelles tchadiens opposés à Idriss Déby, au pouvoir depuis 28 ans et deux mois.

Cette initiative française survient après le dernier voyage, en décembre 2018, du président Emmanuel Macron au Tchad et en pleine polémique sur la visite de Benalla à N’Djamena. Dans un tel contexte, était-il approprié et opportun de conduire des bombardements contre des Tchadiens ? Même si la France a une base militaire dans ce pays et qu'elle y défend des intérêts propres, son implication directe contre l'offensive des rebelles tchadiens est plutôt mal venue et mal perçue car ce sont des Tchadiens qui ont pris la décision de résoudre un problème d'alternance politique dans leur pays sans demander l'aide de la France. Cela peut se comprendre même si l'on ne partage pas la prise de pouvoir par les armes et le recours à l'alternance par la violence. Manifestement, c'est la seule solution ou la seule voie qui s'offre désormais aux Tchadiens d'obtenir un changement à la tête du pays et c'est très regrettable.

A de nombreuses occasions, ils ont essayé d'obtenir le changement par les urnes sans jamais y parvenir. Plusieurs opposants tchadiens ont même été assassinés sous le régime du président Déby et d'autres avaient par le passé subi des actes d'une barbarie inqualifiable dont les plus mémorables restent ceux de 2008 contre l'opposant Ibn Oumar Mahamat Saleh, disparu depuis 11 ans et dont la presse française avait largement fais échos. L'un de ces opposants tchadiens, Ngarléjy Yorongar, enlevé avec Lol Mahamat Choua, à cette période avait été sauvé de justesse par l'ancien président gabonais Omar Bongo. Comment comprendre aujourd'hui l'attitude des dirigeants français qui, bien que disposant d'importants moyens de renseignement au Tchad, n'ont pas anticipé une situation que l'on sait explosive depuis plusieurs mois ? Des signes précurseurs et des informations de sources concordantes en provenance de Tripoli faisaient état d'une préparation d'actions de rebelles tchadiens contre le régime du président Idriss Déby. Ces informations n'ont apparemment pas suffisamment alerté ni inquiété les dirigeants français.

En général, il est reproché aux Africains de ne pas se prendre en charge pour régler leurs affaires et plusieurs dirigeants français n'ont de cesse de rappeler aux Africains qu'il est temps qu'ils trouvent eux-mêmes des solutions à leurs problèmes, sans chercher à se référer tout le temps à l'ancienne puissance coloniale. Mais, pour la deuxième fois au moins, alors que les Tchadiens se prennent en charge pour trouver une solution -même mauvaise- à la question de l'alternance dans leur pays, ils essuient aussitôt des bombardements aériens des troupes françaises à N’Djamena. Comment donc expliquer cette intervention militaire dans les affaires intérieures tchadiennes ? En tout cas, les Tchadiens ont, eux, du mal à l'expliquer sinon qu'ils considèrent que la France soutient obstinément le président Idriss Déby et qu'elle refuse toute alternance politique dans leur pays. C'est ce qui ressort presque unanimement de l'ensemble de l'opposition tchadienne qui exprime son « étonnement » devant l'action française et la juge « inappropriée ». 

Quant au président Déby lui-même, il n'avait pas hésité à stigmatiser publiquement l'attitude des dirigeants français devant des journalistes venus l'interroger : « J’aurais souhaité moi-même m'arrêter comme j'avais promis après mon second mandat. C'est-à-dire qu'en 2006, Je devais cédé le pouvoir. Mais la guerre a éclaté. Des mercenaires avaient attaqué N’Djamena la nuit. (…) Et comme je dis, dans la politique africaine, la France intervient souvent... Et je le dis haut et fort, alors que je ne le voulais pas, la France est intervenue pour changer la Constitution... Il y a un constitutionnaliste dont je ne connais même pas le nom qui est venu ici. J’ai dit que je ne voulais pas changer la Constitution mais ils sont passés par leurs arcanes et ils ont changé la Constitution. Et ce sont ceux-là mêmes qui ont changé la constitution tchadienne qui me critiquent ». 

Après, ce rappel piquant, on est en droit de se demander si la France est à nouveau intervenue pour rassurer son allié au pouvoir ou pour éviter de perdre la bataille du pétrole de plus en plus féroce entre Paris et Pékin en Afrique Centrale. Depuis quelque temps, les entreprises chinoises, dont la China National Petroleum Corporation (CNPC), se positionnent autour du développement des infrastructures au Tchad. Au lieu de s'illustrer, de par son expérience et sa connaissance du pays, par une action de médiation, aujourd'hui plus opportune sur le plan politique, entre les rebelles et le régime d'Idriss Déby, Paris choisit plutôt de jouer la carte de l'immobilisme et du parti pris suicidaire d'un régime crépusculaire, renforçant ainsi son impopularité dans toute l'Afrique Centrale et au-delà.

Charles ONANA / Politologue

Videos

Analyses et Opinions

Le NFAC , les nouveaux Black Panthers ?

Qui est la NFAC, la milice armée noire qui défile dans les manifestations anti-racisme ?

Alors que les tensions raciales se multiplient aux États-Unis, une nouvelle milice afro-américaine a récemment vu le jour outre-Atlantique : la Not Fucking Around Coalition (NFAC). Qui sont ces femmes et ces hommes ? Eléments de réponse.Leurs visages sont régulièrement cagoulés de noirs, leurs vêtements arborent la même couleur. Ces citoyens américains portent des armes, bien visibles.
Le président français Emmanuel Macron reçoit son homologue ivoirien Alassane Ouattara à l'Elysée, le 4 septembre 2020. Crédit : @AOuattara_PRCI

Côte d'Ivoire: Ce qu'il faut retenir de la rencontre Ouattara Emmanuel Macron sur le 3e mandat

Le président Ivoirien Alassane Ouattara a été reçu à déjeuner ce vendredi 4 septembre 2020 à l’Elysée par le président Emmanuel Macron. En marge de ce qui a été de ce déjeuner de travail, un tête-à-tête entre les deux homologues. La question du 3e mandat et la position de Paris surement au cœur de ce huis-clos.
Marche contre la révision constitutionnelle au Mali. / Image d'illustration

Afrique: La révision des Constitutions pour conserver le pouvoir en Afrique

Le président ivoirien Alassane Ouattara et le guinéen Alpha Condé misent sur la modification de la Constitution pour espérer briguer un nouveau mandat avec pour argument que les "compteurs sont remis à zéro".
Guillaume Soro, Alassane Ouattara, Henri Konan Bédié et Laurent Gbagbo. AFP

Côte d’Ivoire recherche désespérément leader politique.

La Côte d’Ivoire a eu soixante ans ce 7 août 2020. A cette occasion, son président lui a offert un cadeau d’anniversaire de très mauvais goût. Alassane Dramane Ouattara est revenu sur sa promesse de ne pas briguer un troisième mandat. C’est ce que lui aurait demandé avec insistance une majorité de sa famille politique. Il a cédé à la tentation du combat de trop. Soit par suivisme, soit par égoïsme, ou alors sous l’effet conjugué des deux.
Kader Diarrassouba, Jeune ivoirien, exilé en France depuis 6 mois, membre Générations et Peuples Solidaires ( GPS )

Lettre ouverte à Monsieur Emmanuel Macron, Président de la République de France, par Kader Diarrassouba

Monsieur le Président, votre élection à la tête de la république française le 7 mai 2017 a sonné pour bien de jeunes africains comme un nouvel espoir, l’espoir qui diminue la peine de toutes les politiques antérieures de la Françafrique. Politique néo-coloniale décrite par François-Xavier Verschave comme « une nébuleuse d’acteurs économiques, politiques et militaires, en France et en Afrique, organisée en réseaux et lobbies, et polarisé sur l’accaparement de deux rentes : les matières premières et l’aide publique au développement.
Rex Kazadi, secrétaire général de Ba patriotes ya Kongo (BPK)

RDC: Rex Kazadi demande à la ville de Kinshasa de déboulonner le statue de Leopold II

Kinshasa, la capitale de la République démocratique du Congo, ancienne colonie Belge va-t-elle enboiter le pas d'Anvers et déboulonner la statue du roi Leopold II ? C'est en tout cas le souhaite de Rex Kazadi, secrétaire général de Ba patriotes ya Kongo (
Aimé Gata-Kambudi, Juriste spécialisé en Droit Public Approfondi

La gestion de la crise institutionnelle au Kongo central est-elle la preuve  d'un Etat de droit à géométrie variable ?

Une analyse chronologique et démonstrative de la crise qui tend à l’ingouvernabilité de la province, par Aimé Gata-Kambudi.