Présidentielle en RDC - Les Occidentaux payent le prix de leur hypocrisie

Conseil de sécurité de l'ONU

Le 10 janvier dernier, après une curieuse et très longue attente que certains ont jugé surréaliste, la commission électorale nationale indépendante (CENI) de la RD Congo a rendu son verdict : Félix Tshisekedi est déclaré vainqueur de l’élection présidentielle avec 38,57% des suffrages contre 34,8% pour son adversaire Martin Fayulu et 23,8% pour Ramazani Shadary. Des résultats qui sèment le doute et ne rassurent ni à l’intérieur ni à l’extérieur du pays.

Aussitôt les résultats de l’élection présidentielle congolaise proclamés, la Conférence nationale épiscopale du Congo (CENCO), qui a déployé près de 40 000 observateurs dans les bureaux de votre disséminés dans les quatre coins du pays, lance aussitôt l’alerte en déclarant que ces résultats ne sont pas conformes à « la vérité des urnes ».

Les Occidentaux emboîtent le pas quelque temps après en exprimant le doute sur la véracité des résultats proclamés par la CENI. Le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian demande à cet effet que « la clarté soit faite sur ces résultats ». Même son de cloche à Washington et à Bruxelles où l’on recommande la publication des procès-verbaux afin de vérifier que les chiffres avancés correspondent bien au vote des Congolais.

Selon les données de la CENCO et des documents internes de la CENI ayant fuité dans la presse, Martin Fayulu, arrivé deuxième, serait le véritable gagnant de cette présidentielle.

Ce n’est pas la première fois qu'il y a un doute sur les élections présidentielles en RDC. La première fois, depuis la chute du maréchal Mobutu, c'était en 2006. Le président sortant Joseph Kabila l’avait emporté par 58,05% des voix contre 41,95% à son adversaire Jean-Pierre Bemba. L’Union Européenne avait félicité M. Kabila alors que la Belgique s’était contentée de « prendre note » du résultat final. La deuxième fois en 2011, le même Joseph Kabila a remporté les suffrages à 48,95% contre 32,33% des voix pour son prestigieux adversaire Étienne Tshisekedi.

Exaspérés, les Congolais avaient déposé une pléthore de requêtes dénonçant la fraude massive du régime auprès des Nations Unies et de l’Union Européenne, sans résultat. Les observateurs internationaux avaient admis l’importance des fraudes, mais la communauté internationale avait validé les résultats et Kabila, considéré à l’époque comme « le garant des investissements étrangers » au Congo —pour reprendre les mots d’un observateur européen —, a continué à la tête du pays comme si rien ne s’était produit.

Cette fois, la situation est différente. Les Occidentaux, comme les Africains, veulent savoir la vérité. Toutefois, les premiers ont du mal à se faire comprendre auprès des seconds. En effet, la posture des dirigeants européens sur la « vérité des urnes » au Congo est certes salutaire, mais suscite la méfiance en Afrique en général et au Congo en particulier.

Comment se faire entendre et comprendre quand on a soutenu un dictateur par opportunisme économique et validé sa fraude électorale en 2006 et 2011 ? 

Les Occidentaux payent aujourd’hui le prix de leur hypocrisie et leur pratique du deux poids deux mesures en Afrique subsaharienne. Ils devraient se résoudre à revoir leur sens de la real politique avec des dictateurs « amis » s’ils veulent que leur discours sur le respect de la démocratie et des droits de l’homme reste pleinement crédible sur le continent noir.

Quant aux Congolais, ils ne s’attendent qu’à une chose : que leur choix soit respecté. Aussi bien par la Chine, la Russie et un certain nombre de pays africains, notamment ceux qui veulent maintenir le statu quo en soutenant la dictature en place, que par les Occidentaux qui prétendent aujourd'hui soutenir la volonté populaire...

Patrick Mbeko

 

Videos

Analyses et Opinions

Le NFAC , les nouveaux Black Panthers ?

Qui est la NFAC, la milice armée noire qui défile dans les manifestations anti-racisme ?

Alors que les tensions raciales se multiplient aux États-Unis, une nouvelle milice afro-américaine a récemment vu le jour outre-Atlantique : la Not Fucking Around Coalition (NFAC). Qui sont ces femmes et ces hommes ? Eléments de réponse.Leurs visages sont régulièrement cagoulés de noirs, leurs vêtements arborent la même couleur. Ces citoyens américains portent des armes, bien visibles.
Le président français Emmanuel Macron reçoit son homologue ivoirien Alassane Ouattara à l'Elysée, le 4 septembre 2020. Crédit : @AOuattara_PRCI

Côte d'Ivoire: Ce qu'il faut retenir de la rencontre Ouattara Emmanuel Macron sur le 3e mandat

Le président Ivoirien Alassane Ouattara a été reçu à déjeuner ce vendredi 4 septembre 2020 à l’Elysée par le président Emmanuel Macron. En marge de ce qui a été de ce déjeuner de travail, un tête-à-tête entre les deux homologues. La question du 3e mandat et la position de Paris surement au cœur de ce huis-clos.
Marche contre la révision constitutionnelle au Mali. / Image d'illustration

Afrique: La révision des Constitutions pour conserver le pouvoir en Afrique

Le président ivoirien Alassane Ouattara et le guinéen Alpha Condé misent sur la modification de la Constitution pour espérer briguer un nouveau mandat avec pour argument que les "compteurs sont remis à zéro".
Guillaume Soro, Alassane Ouattara, Henri Konan Bédié et Laurent Gbagbo. AFP

Côte d’Ivoire recherche désespérément leader politique.

La Côte d’Ivoire a eu soixante ans ce 7 août 2020. A cette occasion, son président lui a offert un cadeau d’anniversaire de très mauvais goût. Alassane Dramane Ouattara est revenu sur sa promesse de ne pas briguer un troisième mandat. C’est ce que lui aurait demandé avec insistance une majorité de sa famille politique. Il a cédé à la tentation du combat de trop. Soit par suivisme, soit par égoïsme, ou alors sous l’effet conjugué des deux.
Kader Diarrassouba, Jeune ivoirien, exilé en France depuis 6 mois, membre Générations et Peuples Solidaires ( GPS )

Lettre ouverte à Monsieur Emmanuel Macron, Président de la République de France, par Kader Diarrassouba

Monsieur le Président, votre élection à la tête de la république française le 7 mai 2017 a sonné pour bien de jeunes africains comme un nouvel espoir, l’espoir qui diminue la peine de toutes les politiques antérieures de la Françafrique. Politique néo-coloniale décrite par François-Xavier Verschave comme « une nébuleuse d’acteurs économiques, politiques et militaires, en France et en Afrique, organisée en réseaux et lobbies, et polarisé sur l’accaparement de deux rentes : les matières premières et l’aide publique au développement.
Rex Kazadi, secrétaire général de Ba patriotes ya Kongo (BPK)

RDC: Rex Kazadi demande à la ville de Kinshasa de déboulonner le statue de Leopold II

Kinshasa, la capitale de la République démocratique du Congo, ancienne colonie Belge va-t-elle enboiter le pas d'Anvers et déboulonner la statue du roi Leopold II ? C'est en tout cas le souhaite de Rex Kazadi, secrétaire général de Ba patriotes ya Kongo (
Aimé Gata-Kambudi, Juriste spécialisé en Droit Public Approfondi

La gestion de la crise institutionnelle au Kongo central est-elle la preuve  d'un Etat de droit à géométrie variable ?

Une analyse chronologique et démonstrative de la crise qui tend à l’ingouvernabilité de la province, par Aimé Gata-Kambudi.