Quand vous militez contre un système, prenez toujours le temps d'observer l'attitude de ceux qui l'ont façonné

Etudiants africains / Source: Camille Millerand

Quand vous militez contre un système ou prétendez le combattre, prenez toujours le temps d'observer ou d'analyser sérieusement l'attitude de ceux qui l'ont façonné. C'est seulement en faisant cet exercice que vous saurez si vous menez ou non le bon combat. Parfois nous croyons mener le bon combat, alors que nous faisons exactement ce que l'adversaire attend de nous, tout en nous faisant croire le contraire.

Je me souviens d'une discussion que j'ai eue, il y a quelques années, avec un groupe de jeunes africains sur la question du terrorisme. Les frères se mirent à « louanger » les attentats suicides contre les intérêts occidentaux au nom de la lutte contre l'impérialisme. Pour la plupart de ces jeunes, les Africains devraient s’inspirer des intégristes musulmans qui se font sauter un peu partout contre les intérêts occidentaux. L’un d’entre eux me demanda : « M. Mbeko, pourquoi les Africains ne font pas comme les Arabes (c'est-à-dire se faire sauter là où il y a les intérêts occidentaux)? »

Quand j’étais jeune activiste, je pensais exactement comme eux; j’avais des convictions et pensais pouvoir changer le monde. Mais avec l’âge et en me familiarisant avec les affaires d’État, j’ai changé ma manière de voir les choses. Certains entretiens que j’ai eus avec les hommes de pouvoir m’ont fait prendre conscience de la réalité; cette réalité qui est souvent aux antipodes de ce qu’on peut croire. Mes convictions n’ont jamais changé, mais ma compréhension du fonctionnement du monde a beaucoup évolué et m’a permis de mieux orienter mes choix et mes combats. On croit mener des grands combats, alors qu’on ne fait que nourrir la bête.

À ce jeune qui me demandait pourquoi les Africains n’imitaient pas les intégristes musulmans, je lui répondis simplement ceci : « Si ces "fous de Dieu" ne se faisaient pas exploser, les Occidentaux auraient organisé des attentats contre leurs propres intérêts à leur place. Laissez-moi vous apprendre ceci: les Occidentaux les adorent...» Surpris par ma réponse, un autre jeune du groupe demanda pourquoi je disais de telles choses. Je lui rétorquai : « Il arrive aussi au voleur de crier au voleur et au diable de chasser les démons. » Ce monde est vraiment rempli de mystère. Je vois des jeunes africains se mobiliser sur des questions importantes, je les vois rejeter l'ordre néocolonial sous toutes ses formes, et je les vois aussi nourrir la bête sans le savoir. En fait, nombreux sont ceux qui militent pour une Afrique digne et souveraine, en faisant exactement ce que les "petites mains" du capitalisme sorcier attendent d'eux. C'est ce qui m'inquiète. Parfois la détermination, la fougue de la jeunesse et les connaissances livresques ne suffisent pas. Ce monde est rempli de mystère...

Videos

Analyses et Opinions

Le NFAC , les nouveaux Black Panthers ?

Qui est la NFAC, la milice armée noire qui défile dans les manifestations anti-racisme ?

Alors que les tensions raciales se multiplient aux États-Unis, une nouvelle milice afro-américaine a récemment vu le jour outre-Atlantique : la Not Fucking Around Coalition (NFAC). Qui sont ces femmes et ces hommes ? Eléments de réponse.Leurs visages sont régulièrement cagoulés de noirs, leurs vêtements arborent la même couleur. Ces citoyens américains portent des armes, bien visibles.
Le président français Emmanuel Macron reçoit son homologue ivoirien Alassane Ouattara à l'Elysée, le 4 septembre 2020. Crédit : @AOuattara_PRCI

Côte d'Ivoire: Ce qu'il faut retenir de la rencontre Ouattara Emmanuel Macron sur le 3e mandat

Le président Ivoirien Alassane Ouattara a été reçu à déjeuner ce vendredi 4 septembre 2020 à l’Elysée par le président Emmanuel Macron. En marge de ce qui a été de ce déjeuner de travail, un tête-à-tête entre les deux homologues. La question du 3e mandat et la position de Paris surement au cœur de ce huis-clos.
Marche contre la révision constitutionnelle au Mali. / Image d'illustration

Afrique: La révision des Constitutions pour conserver le pouvoir en Afrique

Le président ivoirien Alassane Ouattara et le guinéen Alpha Condé misent sur la modification de la Constitution pour espérer briguer un nouveau mandat avec pour argument que les "compteurs sont remis à zéro".
Guillaume Soro, Alassane Ouattara, Henri Konan Bédié et Laurent Gbagbo. AFP

Côte d’Ivoire recherche désespérément leader politique.

La Côte d’Ivoire a eu soixante ans ce 7 août 2020. A cette occasion, son président lui a offert un cadeau d’anniversaire de très mauvais goût. Alassane Dramane Ouattara est revenu sur sa promesse de ne pas briguer un troisième mandat. C’est ce que lui aurait demandé avec insistance une majorité de sa famille politique. Il a cédé à la tentation du combat de trop. Soit par suivisme, soit par égoïsme, ou alors sous l’effet conjugué des deux.
Kader Diarrassouba, Jeune ivoirien, exilé en France depuis 6 mois, membre Générations et Peuples Solidaires ( GPS )

Lettre ouverte à Monsieur Emmanuel Macron, Président de la République de France, par Kader Diarrassouba

Monsieur le Président, votre élection à la tête de la république française le 7 mai 2017 a sonné pour bien de jeunes africains comme un nouvel espoir, l’espoir qui diminue la peine de toutes les politiques antérieures de la Françafrique. Politique néo-coloniale décrite par François-Xavier Verschave comme « une nébuleuse d’acteurs économiques, politiques et militaires, en France et en Afrique, organisée en réseaux et lobbies, et polarisé sur l’accaparement de deux rentes : les matières premières et l’aide publique au développement.
Rex Kazadi, secrétaire général de Ba patriotes ya Kongo (BPK)

RDC: Rex Kazadi demande à la ville de Kinshasa de déboulonner le statue de Leopold II

Kinshasa, la capitale de la République démocratique du Congo, ancienne colonie Belge va-t-elle enboiter le pas d'Anvers et déboulonner la statue du roi Leopold II ? C'est en tout cas le souhaite de Rex Kazadi, secrétaire général de Ba patriotes ya Kongo (
Aimé Gata-Kambudi, Juriste spécialisé en Droit Public Approfondi

La gestion de la crise institutionnelle au Kongo central est-elle la preuve  d'un Etat de droit à géométrie variable ?

Une analyse chronologique et démonstrative de la crise qui tend à l’ingouvernabilité de la province, par Aimé Gata-Kambudi.