RDC : "L'affaire Kamerhe", un procès pour corruption au sommet de l'Etat qui interpelle toute l'Afrique

Vital Kamerhe à l'ouverture de son procès au centre pénitentiaire et de rééducationde de Kinshasa (ex-prison de Makala), Kinshasa, RDC 11 mai 2020. (Capture d'écran)

Vital Kamerhe a été arrêté le 8 avril 2020. Depuis, il est incarcéré à titre préventif à la prison centrale de Kinshasa. C'était le principal allié politique du président congolais Félix Tshisekedi. Il avait activement contribué à son accession au pouvoir, avant de devenir son puissant chef de cabinet. Il est accusé, avec deux autres prévenus, du détournement de 50 millions de dollars. Des fonds destinés au financement de grands travaux de modernisation des infrastructures du pays, lancés par le chef de l'Etat après son investiture le 24 janvier 2019. Ils devaient servir, entre autres, à la construction de 4 500 logements sociaux. L'interessé était chargé de l'attribution de ces juteux marchés. Un travail "qu'il n'était pas seul à superviser", tient-il à préciser à ses accusateurs.

Les poursuites engagées contre Vital Kamerhe sont le résultat d'une vaste enquête anti-corruption, supposée marquer "le renouveau" de la justice congolaise dans le cadre de la lutte contre l'impunité des élites depuis l'indépendance de ce pays. Un fléau répandu à travers toute l'Afrique.

La corruption est un véritable cancer qui tue sur le continent africain. La tragédie dans nos pays, c'est l'arrogance et l'impunité qui protège les élites corrompues. Ahmedou Ould Abdallah, ancien chef de la diplomatie mauritanienne à franceinfo Afrique en mai 2019.

Autant dire que "l'affaire Kamerhe" suscite un intérêt évident dans plusieurs pays africains. Dans l'entretien qu'il avait accordé à franceinfo Afrique, Ahmedou Ould Abdallah dénonçait de véritables hold-up opérés par les élites africaines. "Une escroquerie à grande échelle qui discrédite et tribalise les Etats", observait-il.

Le nouveau président de la République démocratique du Congo, Félix Tshisekedi, veut manifestement mettre un terme à cette pratique scandaleuse qui perdure dans son pays depuis son accession à l'indépendance. Son message est clair : fini le temps où l'argent public s'évaporait dans la nature, sans que personne n'intervienne.

"Que la vérité triomphe"

Si une partie de l'opinion congolaise reste sceptique et évoque un règlement de comptes au sein de la coalition au pouvoir, de nombreux Congolais veulent y croire. Ils ont suivi avec beaucoup d'intérêt la première audience de ce procès, retransmis en direct par la télévision publique à la demande de l'accusé. Il a été reporté au 25 mai pour faciliter la poursuite de l'instruction.

Nous disons bravo, mais nous voulons que la justice soit impartiale, sinon cela donnera raison à tous ceux qui crient à l'acharnement. Jacques Lumumba, défenseur congolais des droits de l'Homme au journal Le Monde.

Ils sont nombreux sur les réseaux sociaux à exiger un procès équitable pour tous les prévenus dans ce procès anti-corruption sans précédent. "Pour être équitable, le procès Vital Kamerhe doit échapper à la précipitation et à la tentation de trouver le coupable idéal", met en garde un internaute congolais. C'est aussi le souhait exprimé dans la presse congolaise. "Que la vérité triomphe, rien que la vérité", clame le journal La Prospérité.

"Un Vital Kamerhe peut en cacher d'autres"

Un procès dont les échos résonnent bien au-delà de la RDC. Au Burkina Faso, le quotidien Le Pays invite les autorités congolaises à ne pas hésiter à aller jusqu'au bout.

"Tout se passe comme si, sous le magistère de Félix Tshisekedi, nul n'est désormais au-dessus de la loi. Seulement, il doit comprendre qu'un Vital Kamerhe pouvant en cacher bien d'autres, il y a lieu d'aller jusqu'au bout en démasquant tous ceux-là qui, de près ou de loin, ont trempé la main dans le cambouis", écrit le quotidien burkinabè. C'est à ce prix que le président Tshisekedi prouvera aux yeux du monde entier qu'on est à l'aube d'une nouvelle ère en RDC, conclut notre confrère.

Avec France Info.

Videos

Analyses et Opinions

Le NFAC , les nouveaux Black Panthers ?

Qui est la NFAC, la milice armée noire qui défile dans les manifestations anti-racisme ?

Alors que les tensions raciales se multiplient aux États-Unis, une nouvelle milice afro-américaine a récemment vu le jour outre-Atlantique : la Not Fucking Around Coalition (NFAC). Qui sont ces femmes et ces hommes ? Eléments de réponse.Leurs visages sont régulièrement cagoulés de noirs, leurs vêtements arborent la même couleur. Ces citoyens américains portent des armes, bien visibles.
Le président français Emmanuel Macron reçoit son homologue ivoirien Alassane Ouattara à l'Elysée, le 4 septembre 2020. Crédit : @AOuattara_PRCI

Côte d'Ivoire: Ce qu'il faut retenir de la rencontre Ouattara Emmanuel Macron sur le 3e mandat

Le président Ivoirien Alassane Ouattara a été reçu à déjeuner ce vendredi 4 septembre 2020 à l’Elysée par le président Emmanuel Macron. En marge de ce qui a été de ce déjeuner de travail, un tête-à-tête entre les deux homologues. La question du 3e mandat et la position de Paris surement au cœur de ce huis-clos.
Marche contre la révision constitutionnelle au Mali. / Image d'illustration

Afrique: La révision des Constitutions pour conserver le pouvoir en Afrique

Le président ivoirien Alassane Ouattara et le guinéen Alpha Condé misent sur la modification de la Constitution pour espérer briguer un nouveau mandat avec pour argument que les "compteurs sont remis à zéro".
Guillaume Soro, Alassane Ouattara, Henri Konan Bédié et Laurent Gbagbo. AFP

Côte d’Ivoire recherche désespérément leader politique.

La Côte d’Ivoire a eu soixante ans ce 7 août 2020. A cette occasion, son président lui a offert un cadeau d’anniversaire de très mauvais goût. Alassane Dramane Ouattara est revenu sur sa promesse de ne pas briguer un troisième mandat. C’est ce que lui aurait demandé avec insistance une majorité de sa famille politique. Il a cédé à la tentation du combat de trop. Soit par suivisme, soit par égoïsme, ou alors sous l’effet conjugué des deux.
Kader Diarrassouba, Jeune ivoirien, exilé en France depuis 6 mois, membre Générations et Peuples Solidaires ( GPS )

Lettre ouverte à Monsieur Emmanuel Macron, Président de la République de France, par Kader Diarrassouba

Monsieur le Président, votre élection à la tête de la république française le 7 mai 2017 a sonné pour bien de jeunes africains comme un nouvel espoir, l’espoir qui diminue la peine de toutes les politiques antérieures de la Françafrique. Politique néo-coloniale décrite par François-Xavier Verschave comme « une nébuleuse d’acteurs économiques, politiques et militaires, en France et en Afrique, organisée en réseaux et lobbies, et polarisé sur l’accaparement de deux rentes : les matières premières et l’aide publique au développement.
Rex Kazadi, secrétaire général de Ba patriotes ya Kongo (BPK)

RDC: Rex Kazadi demande à la ville de Kinshasa de déboulonner le statue de Leopold II

Kinshasa, la capitale de la République démocratique du Congo, ancienne colonie Belge va-t-elle enboiter le pas d'Anvers et déboulonner la statue du roi Leopold II ? C'est en tout cas le souhaite de Rex Kazadi, secrétaire général de Ba patriotes ya Kongo (
Aimé Gata-Kambudi, Juriste spécialisé en Droit Public Approfondi

La gestion de la crise institutionnelle au Kongo central est-elle la preuve  d'un Etat de droit à géométrie variable ?

Une analyse chronologique et démonstrative de la crise qui tend à l’ingouvernabilité de la province, par Aimé Gata-Kambudi.